AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Petit Rat de Bibliothèque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 23/07/2010
● MESSAGES : 53


MessageSujet: Le Petit Rat de Bibliothèque Sam 24 Juil - 13:12



« Aujourd’hui maman est morte… J’ai demandé à papa ce que ça voulait dire… Il m’a répondu que ça voulait dire qu’elle était allée dans un autre endroit, loin de nous, où tout était magnifique et où elle allait continuer sa vie, bien heureuse, en nous attendant. Je lui ai demandé pourquoi on n’allait pas avec elle tout de suite alors, pour pas qu’elle aie à nous attendre. Il m’a dit que c’était pas possible alors moi je comprends rien. Pourquoi elle nous a pas attendu maman ? Et pourquoi on peut pas y aller tout de suite ? Surtout si c’est si beau que ça ! Quand papa l’a décrit, ça m’a donné envie d’y aller. Elle me manque déjà et puis j’ai entendu papa pleurer dans sa chambre en parlant à maman. J’ai cru qu’elle était encore là et que papa m’avait menti pour plus que je parle à maman mais quand je suis retourné dans leur chambre après qu’il soit parti, maman n’y était plus… Est-ce qu’il a parlé tout seul ? Je ne comprends pas, papa est bizarre. Il a le regard triste. Pourquoi il est si malheureux si maman nous attend quelque part pas trop loin ? Pourquoi il est si malheureux si on va la rejoindre un jour ? »


Plus jamais Peter n’écrivit dans ce cahier que sa mère lui avait offert pour son dernier anniversaire, alors qu’il apprenait à peine à écrire.


Elle avait été si fière de lui ! Elle l’avait encouragé, lui avait promis de lui apprendre à écrire, comme elle. Parce que sa mère était une écrivain. Une sorcière qui avait voué plume et baguette aux livres. Peter n’avait donc pas émis beaucoup de rétience à appendre à écrire. Il avait l’espoir d’un jour devenir comme sa maman. Mais ce qui lui plaisait le plus, dans l’écriture, c’était le plaisir de voir le regard de sa mère s’illuminer soudain, se remplir d’amour et de fierté à chaque fois qu’elle le voyait le nez dans un livre ou un stylo à la main. Rien que pour ce regard-là, Peter aurait passé sa vie à écrire.


Peter ne sut jamais de quoi mourrut sa mère. Son père ne lui en dit rien et il évita d’évoquer le sujet, en grandissant, comprenant peu à peu ce que mourir voulait dire… Son père avait le regard qui s’assombrissait si vite quand il osait évoquer sa mère que le jeune garçon préférait rester dans l’ignorence et garder sa peine pour lui, essayant de faire comme si tout était normal.


Malgré tout, le père de Peter était un homme aimant. Il avait aimé sa femme jusqu’à la suivre dans ses études, abandonnant tout apprentissage complément de la magie après son passage à Poudlard pour se consacrer entièrement à la découverte des livres. Il l’aurait suivie jusqu’au bout du monde. Même dans la mort s’il n’avait pas eu à s’occuper de son fils, s’il n’avait pas émis de réticence à l’idée de laisser cet enfant qu’il aimait plus que tout, peut-être même encore plus que sa défunte épouse, seul, abandonné, orphelin. Et il s’occupa d’autant plus de Peter qu’il devinait le manque terrible qui se cresait petit à petit dans le cœur de son enfant. Le manque d’une présence féminine, d’une mère, de sa mère.



Son père finit donc par acheter une petite boutique et se reconvertit en libraire, en mémoire de sa femme disparue mais néanmoins tendrement aimée et toujours présente à son esprit. C’est dans cet endroit sacré que Peter construisit sa cabane, loin de celles des autres enfants qui aménageaient les arbres. Son jardin secret à lui, c’était le débarras, derrière la petite porte au fond du magasin, dissimulée derrière un grand étalage de vieux livres. Il y avait de tout dans ce petit coin de paradis. Livres antiques, usés, livres neufs, encre, plumes, étiquettes, des échelles, de vieilles étagères et même plusieurs cartons contenant des merveilles. Peter avait l’habitude de passer ses vacances avec son père, dans ce débarras. Il s’installait dans un coin, sur un vieux matelas, prenait une série de livres et se plongeait dedans pendant des heures et des heures.




Quand il ne lisait pas, Peter aidait son père pour conseiller les gens, ranger les livres ou tenir la caisse. La librairie n’était pas très fréquentée mais elle survivait quand même, grâce à une liste d’habitués.




Peter les connaissait tous, il discutait avec eux, parlait livre, reliure, sortilèges ou même philosophie.


On aurait pu croire que Peter avait développé, avec tant d’heures passées dans les livres, une certaine intelligence, un talent pour l’école. Ce ne fut pas le cas. A la mort de sa mère, Peter se rétracta, essayant inconsciemment de lui faire payer son abandon. Il ne voulait plus être écrivain parce que pour lui, les écrivains finissaient tous par abandonner leur famille pour aller vivre dans un autre endroit, un autre monde, tiré de leur livre qui leur était trop monté à la tête. De même, ne recherchant plus le soutien de sa mère et son regard illuminé, Peter n’avait plus aucune raison de s’intéresser à l’école et il passa sa jeunesse dans la maladresse et la timidité, devenant de moins en moins sociable, de plus en plus renfermé et malheureux.


Et plus jamais il n’écrivit dans ce cahier que sa mère lui avait offert pour son dernier anniversaire, alors qu’il apprenait à peine à écrire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 23/07/2010
● MESSAGES : 53


MessageSujet: Re: Le Petit Rat de Bibliothèque Sam 24 Juil - 13:14


"Allez, Sirius, bouge !
- Ca va, ça va, j'arrive ! Laisse-moi le temps !
- Le temps de quoi ? De te recoiffer dans le miroir ? Pas question ! Allez, viens ou je pars sans toi !
- Okay, okay, minute ! Roh c'est fou ce que tu peux être stressant !
- Je comprends pas, pourquoi, tu te recoiffes alors qu'il est une heure du matin, qu'on risque pas de croiser une seule fille dans le couloir et que...
- Oh oh... Problème..."

James venait de s'arrêter au bas des marches, pétrifié et Sirius qui regardait le sol, n'y ayant pas fait attention, venait de lui rentrer dedans. Il avait juste eu le temps de lever les yeux : la Salle Commune n'était pas vide. Peter Pettogrow s'y trouvait, en pleine lecture devant le feu de cheminée et il avait la tête tournée vers eux. Sirius et James étaient embêtés. Ils le connaissaient à peine, ils n'étaient après tout qu'en première année...

"Oh... Peter Pettigrow... commença James.
- Tu vas pas nous dénoncer, dis, si on sort maintenant ?
- Non, non, vous inquiétez pas. Vous allez où ?
- Heu... juste faire un tour... Enfin, un tour pour... Aïe !"

Coupe de coude de James dans les côtes de Sirius. Il n'avait pas confiance. Après tout, peut-être que Peter jubilait à l'idée de pouvoir aller cafter. Sirius lui lança un regard réprobateur. Peter Pettigrow était un garçon timide, pas du tout du genre à aller rappporter. Il n'aurait même pas osé demander quelque chose en cours !

Finalement, ils sortirent et disparurent derrière le portrait de la Grosse Dame.

Par la suite, James et Sirius rencontrèrent souvent Peter dans la Salle Commune juste avant leurs sorties nocturnes. Ils étaient à présent suivis de Rémus Lupin, un garçon que Peter appréciait beaucoup pour son air sage et calme. Ils avaient pris l'habitude d'échanger quelques mots à chaque fois, et peu à peu, les échanges devenaient de plus en plus longs, s'accompagnaient d'éclats de rire, de plaisanteries et Peter les regardait disparaître dans les couloirs. Jusqu'au jour où...

"Bon allez, assez traîné, on y va, nous !
- Okay ! répondit Peter joyeusement.
- Dis... Je pensais..."

James lança un regard interrogateur à Sirius puis à Rémus qui acquiescèrent avec un petit sourire en coin. James afficha à son tour un grand sourire, se tournant à nouveau vers Peter.

"Tu voudrais pas venir avec nous ce soir ?"

Peter n'en croyait pas ses oreilles. Il s'empressa d'accepter et les suivit pour ce qui fut la première fois d'une longue série qui ne se termina qu'avec la fin de leurs études, à la sortie de Poudlard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 23/07/2010
● MESSAGES : 53


MessageSujet: Re: Le Petit Rat de Bibliothèque Sam 24 Juil - 13:16

Mogwai ~ Local Authority

Juin 1980 ~ 20 ans

C’était une nuit d’août. Peter était sorti pour prendre un peu l’air. Une brise fraîche soufflait. La rue était déserte, mais il n’avait pas peur. Il avait pris l’habitude de sortir la nuit. Ca lui changeait les idées. Seulement, cette nuit-là serait différente…

L’homme se montra au coin de la rue, faisant légèrement sursauter Peter. Il était enveloppé dans une cape sombre ce qui était assez étonnant pour un mois d’août. L’homme adopta un sourire narquois qui fit froncer les sourcils de Peter.

« Bonsoir Pettigrow… »

Sa voix, glaciale, accentua le mauvais pressentiment de Peter.

« Qui êtes-vous ?

- Oh non, très cher Peter, ne me fait pas l’affront de me poser cette question. C’est vexant…

- Qui êtes-vous ? s’obstina Peter.

- Mais tu insistes ! Une forte tête à ce que je vois… Je t’imaginais moins courageux. Il faut croire que tes petits amis ont bien fait leur travail. Ils t’ont parfaitement transformé. Tu leur ressemble beaucoup à présent. Il faut dire que le courage n’avait jamais été ton fort. Je suis impressionné du changement. Potter, Black et…

- Comment les connaissez-vous ? le coupa sèchement Peter.

- Oh… mais alors tu ne devines réellement pas qui je suis ? C’est navrant…

- Qu’est-ce que vous leur avez fait ?

- Oh rien, rien du tout, rassure-toi. Du moins je n’ai encore rien fait.

- Qu’est-ce que vous voulez dire ?

- Tu sais très bien ce que je veux dire. Cessons ce petit jeu maintenant ! Tu tiens à tes amis n’est-ce pas ? A ta famille aussi ? Ton père, ta belle-mère ? Bien. Alors tu sais ce qu’il te reste à faire. »

Peter, pour la première fois depuis le début, blêmit. Il commençait à comprendre…

« Ah ! Je vois que tu as enfin une lueur d’intelligence dans les yeux ! Oui, très cher Peter, je suis Lord Voldemort et ceci est une invitation à rejoindre mes rangs.

- Une invitation ! Pouah ! Tu parles ! Un chantage, oui !

- Chacun voit les choses comme il le veut. Dois-je prendre cette réponse pour un oui ?

- Jamais ! Plutôt mourir ! »

Le Seigneur des Ténèbres partit d’un grand rire sinistre.

« Je crois que tu n’as pas bien compris… Il ne s’agit plus de ta vie maintenant, il s’agit de celle de tes amis. »

Peter regarda fixement le visage fin et pâle de l’homme qui se trouvait en face de lui. Parlait-il sérieusement ? Bien sûr, c’était une évidence… Il ne se trouvait pas en face de n’importe qui. Il s’agissait de Lord Voldemort…

Peter ferma un moment les yeux. Comment cela pouvait-il lui arriver ? Ce ne pouvait être qu’un vieux cauchemar qui le hantait. Il allait se réveiller, c’était obligé… Mais non, Peter savait très bien en cet instant, que tout était bien trop vrai pour n’être qu’un rêve… Voldemort lui faisait un chantage des plus horribles… Et que faire en cet instant ? Accepter de mourir et de faire mourir les siens ou le rejoindre pour qu’il les préserve ? Qu’auraient fait James, Sirius ou Remus en cet instant ? Il le savait parfaitement… Pour eux, l’amitié passait avant tout, mais pas uniquement pour eux. Pour Peter aussi. Il avait appris cela auprès d’eux. Toujours penser à ceux qu’on aime, toujours tout faire pour eux, quel qu’en soit le prix, quel qu’en soit le sacrifice demandé. Mais un sacrifice tel que celui que lui proposait Voldemort ! C’était insurmontable ! Faire mourir des gens, passer du côté noir de la magie pour sauver ceux qu’il aime. C’était la meilleure façon de leur rester fidèle. Mais comment pourrait-il vivre avec l’idée que…

« Vous ne feriez pas ça.

- Qui es-tu pour me dire ce que je ferais ou ne ferais pas ? J’ai déjà tué à de nombreuses reprises, crois-tu que je m’arrêterais pour un misérable comme Potter ?

- Non, justement, dit-il préférant ne pas relever la provocation du « misérable », alors je ne vois pas pourquoi vous l’épargneriez si je vous rejoignais. Vous dites vous-même que lorsque vous avez une idée en tête, vous ne la lâchez pas. Personne n’a le droit de vous arrêter. »

Le Seigneur des Ténèbres rit à nouveau.

« Tu as l’esprit vif ! Tu me plais de plus en plus ! Tu n’es pas celui que je croyais. Tu es beaucoup mieux ! En effet, c’est bien vu. Mais j’ai de plus en plus envie de te voir rejoindre nos rangs. Et j’aurai besoin de toi. Pour une petite mission. En échange de laquelle je te laisse la vie sauve et, dans un élan de générosité que j’espère que tu sauras remercier, celle de tes proches.

- Tuez-moi si vous le voulez mais ne toucher pas à un seul de leurs cheveux !

- Si je te tue, j’irais les tuer aussi. Ta mort aura été inutile et stupide. D’ailleurs, je veillerai à ce que tu sois présent lors de leur mort. A chacun. Après je te tuerai aussi. Or, c’est bien simple, personne ne désobéit à Lord Voldemort sans passer par la mort. Tu vois où je veux en venir ? »

Peter eut une moue horrifiée.

« Oui, tu n’as pas le choix. Ou plutôt, le choix qui s’offre à toi est terrible.

- Vous êtes monstrueux ! »

A nouveau, l’homme se mit à rire.

« Alors, ta réponse ? Je perds patience.

- Vous ne leur ferez vraiment aucun mal ?

- Aucun, c’est promis. »

Peter le fixa d’un air dubitatif, soupçonneux.

Il se sentit soudain défaillir. Que faire ? Il ne pouvais quand même pas rejoindre les rangs de Voldemort ! Mais la vie de James, de Sirius et de Remus était en jeu. Celle de sa belle-mère aussi et surtout surtout, celle de son père… Cet homme qui avait été si bon pour lui… Et il savait que Voldemort ne leur ferait pas de cadeau. S’il désirait les tuer, il le ferait. Peter se devait de les sauver. Mais au prix de quel sacrifice ! Il ne voulait pas, non, il ne voulait vraiment pas être au service de ce meurtrier. Mais avait-il réellement le choix ? Il allait trahir ses amis, sa famille, ses principes et même pire, il allait se trahir lui-même. Il allait passer le restant de ses jours dans la honte la plus totale. Mais c’était pour eux qu’il faisait ça… Et s’ils le découvraient, ils ne lui pardonneraient pas, ils ne le laisseraient même pas s’expliquer, ils lui en voudraient à mort, le renieraient… Ils ne comprendraient pas parce qu’ils ne sauraient pas… Peter serait condamné à vivre seul, loin d’eux tous avec son terrible secret… Mais au moins ils seraient saufs…

Il n’avait pas le choix, non…

« Est-ce que je peux réfléchir à la proposition et donner ma réponse plus tard ?

- Non.

- Quel manque de patience !

- Quelle impertinence ! Ta réponse ?

- J’accepte. Mais ne leur faites aucun mal !

- J’ai promis. Je savais que tu reviendrais à la raison mon cher Peter. Bienvenue parmi nous Peter Pettigrow. »

Il lui attrapa soudain le bras violamment et il fut entraîné dans un tourbillon inquiétant. Lorsque tout s’arrêta, Voldemort et lui se trouvaient au milieu d’un cercle d’hommes et de femme encapuchonnés.

« Mes très chers Mangemorts, nous avons un nouveau membre. Je vous présente… Peter Pettigrow. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 23/07/2010
● MESSAGES : 53


MessageSujet: Re: Le Petit Rat de Bibliothèque Sam 24 Juil - 13:17

*

"Ah Peter ! Te voilà ! As-tu pu rendre visite au nouveau-né ?

- Evidemment non puisque vous m'avez fait venir dès que vous avez appris la nouvelle ! répondit Peter sèchement.

- Que voilà des paroles aimables ! Ne serais-tu pas en train de me reprocher mon impatience ?

- Si.

- Je vois que tu n'as toujours pas calmé ta colère... Dois-je te rappeler que tu nous a rejoint de ton plein gré ?"

Peter ricana ironiquement. Il avait pris un air méchant mais il préféra ne rien ajouter.

"Tu sais, Peter, un jour tu perdras tout ton courage et tu ne me suivras plus que par crainte, pour ta peau, par lâcheté... Et ce jour est proche...

-Je demande à voir !

-Ca ne sera pas long."

Peter tressaillit malgré lui. Il avait beau dire, le Seigneur des Ténèbres restait effrayant.... Pour ne rien laisser paraître, il s'empressa de changer de sujet.

"Bon alors, qu'est-ce que vous voulez ? Je suppose que vous ne m'avez pas fait venir pour me lire l'avenir dans une boule de cristal...

- Tellement amusant ! Tu ne crois pas si bien dire !

- Pardon ?

- Non rien, ceci ne te regarde pas.

- Evidemment..."

Peter commençait à s'habituer à ce genre de cachotteries gratuites. Cela ne lui faisait plus rien. Il s'en fichait après tout. C'était les affaires de Voldemort. Mais pour une fois, il aurait mieux fait d'insister. Car s'il avait su, il aurait compris pourquoi Voldemort voulait la vie du nouveau-né des Potter. Et en sachant ça, il aurait sûrement changé d'avis... Son seul désir étant de supprimer la menace qui planait sur lui et ses amis et donc de tuer le Seigneur des Ténèbres.

Quand il avait appris de la bouche de Voldemort la mission qui lui avait été confiée, Peter s'était rebellé mais il avait très vite été stoppé par les menaces subtiles du Seigneur des Ténèbres. Il avait fini par se résoudre à son sort. Après tout, Lily et James n'auraient pas le temps de trop s'attacher au bébé et ils finiraient par oublier, en recréer un autre, le fruit de leur amour. Peter n'acceptait pas, loin de là. Mais il n'avait pas d'autre choix et il s'était consolé avec les promesses de Voldemort.

"Vous jurez de ne pas toucher aux parents ? De préserver James et Lily ?

- Bien sûr, que tu es stupide ! Je ne cesse de te répéter que tes deux amis ne m'intéressent pas. Je veux juste l'enfant.

- Mais pourquoi ? Qu'est-ce que ça peut vous faire d'avoir leur fils ?

- Ceci ne te regarde pas ! Puis-je compter sur toi ?"

Peter avait mis du temps à répondre mais il avait fini par acquiescer, totalement détruit. Il croyait limiter les dégâts mais il était loin de se douter de ce que ses actes allaient entrainer...

Il n'avait qu'une chose à faire. Donner le lieu d'habitation des Potter. Trahir le secret. Il l'avait fait. Peu glorieusement et aussitôt après, était parti se coucher pour oublier sa trahison. Il savait que ses amis ne l'écouteraient pas, n'essaieraient pas de le comprendre. Il était le seul à pouvoir révéler ce secret... Les accusations porteraient sur lui automatiquement. La perte d'un enfant est la pire chose qui puisse exister...

Evidemment, il n'avait pas pu trouver le sommeil, ni ce jour-là, ni les deux nuits qui suivirent et s'il réussit à s'endormir la troisième nuit, ce ne fut que par une trop grosse accumulation de fatigue.

Aujourd'hui, Harry était né. Peter avait longtemps hésité à aller le voir. Ne serait-ce pas une épreuve trop difficile à surmonter ? Finalement, il avait décidé d'y aller, d'affronter le regard du petit Harry.

~
Peter avait ouvert la petite porte blanche semblable aux mille autres. Lily se tenait dans un lit, l'air fatigué. Sur un fauteuil, à ses côtés, James lui tenait la main, avec le sourire des nouveaux pères. Sirius était en face du lit, appuyé contre le mur, la tête tournée vers la fenêtre.

Ils étaient tous sortis de leur immobilité en entendant la porte s'ouvrir. Le sourire resplendissant parfaitement heureux qui s'installa sur leurs visages au moment où ils reconnurent Peter le glaça. Il les avait trahis.

James se leva pour le prendre dans ses bras et Sirius ne tarda pas à faire de même. Peter alla déposer un baiser sur le front de Lily tandis qu'il oubliait peu à peu sa conversation avec Voldemort. Ses trois amis étaient enjoués...

"Et Remus ?

- Il est avec Harry !

- Ah... Et... Où est Harry ?

- Dans la salle à côté. Lunard est allé demander la permission d'avoir le bébé dans la chambre de Lily. Il ne devrait pas tarder à..."

La porte s'ouvrit sur Remus, suivi d'une infirmière qui apportait un berceau de maternité. Dans le berceau, un petite boule rose était profondément endormie dans ses couvertures.

"Peter ! s'exclama Remus, tu es là !"

Il le prit lui aussi dans ses bras.

"Tu as vu Harry ? Regarde-le, il est tellement mignon ! James, le premier de nous tous à s'être lancé dans la vraie vie ! James papa ! Vous ne trouvez pas ça bizarre ?"

E toutes les paroles qui suivirent résonnèrent en echos dans la tête de Peter : "Rapproche-toi" "Regarde Harry" "Il est tellement mignon" "Regarde ses yeux, ce sont ceux de Lily !"...

Peter prit son courage à deux mains et se pencha sur le berceau. Un bébé endormi ouvrit soudain ses petits yeux et fixa le jeune homme avec curiosité. Encore un autre étranger ? Mais il finit par s'habituer et par lever ses deux petits bras potelés vers Peter. Celui-ci blêmit. L'enfant était magnifique et sous ses traits de nouveau-né, il voyait le visage de son meilleur ami et les yeux de Lily...

Il regréta aussitôt d'avoir trahi la confiance des Potter.

"Prends-le dans tes bras, Queudvert !"

Le jeune homme déglutit péniblement et prit le bébé dans ses bras. Et il oublia tout aussitôt. Tout ce qu'il avait dit, tout ce qu'il avait fait, tout ce qu'il était. Il se prit à sourire sous les regards ravis de ses amis.

Harry avait conquis le coeur de Peter. Mais un peu trop tard... Il essaya bien par la suite de stopper le Seigneur des Ténèbres mais en vain. Il était trop tard... La volonté de Voldemort était plus forte que tout...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Le Petit Rat de Bibliothèque

Revenir en haut Aller en bas

Le Petit Rat de Bibliothèque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A WINDOW TO THE PAST  :: 
LUMOS !
 :: 
BIOGRAPHIES
-