AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A la pêche aux mouleleles {James}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




MessageSujet: A la pêche aux mouleleles {James} Mer 6 Oct - 14:36

Le dernier à l’eau est une poule mouillée Potter ! Deborah fit un clin d’œil à son meilleur ami et se jeta habillée dans le lac. Bon, à la base, c’était pas forcément un bon plan. Il pleuvait, il faisait froid et l’eau ne devait pas dépasser les 6°. Mais bon, ils revenaient de Pré-Au-Lard, où un passage par Les Trois Balais était nécessaire. Restait à savoir pourquoi ils se jetaient à l’eau. Le délire ? Nan. Ils se disputaient sur un sujet bien précis. A savoir si Picott avait plus de faciès de la tête ou du derrière d’un strangulot. Ok, c’était complètement idiot. La pèche aux strangulots. Mais bon, il fallait se sacrifier pour la science ! Une réponse à cette question existentielle était absolument indispensable. Sinon, ils n’en dormiraient pas de la nuit. Enfin, la nuit, c’était déjà commencé, mais bon.
Maintenant qu’ils étaient tout les deux dans l’eau gelée, il fallait réfléchir à une méthode de pèche. Surtout que si ils avaient sautés habillés, ils avaient laissés leurs baguettes sur le bord. Dans le genre malin.
De plus, le blanc des chemises avait tendance à devenir transparent, une fois mouillé, et Deborah n’était pas une fervente admiratrice de ces engins de torture nommés « soutien-gorges », mais bon, ils n’étaient que meilleurs amis, James n’était pas si vicieux, en avait sans doute déjà vu d’autre et rêvait sûrement d’une autre poitrine que celle de sa meilleure amie. Mais ne nous éloignons pas trop dans ce sujet. Revenons à la pèche aux strangulots ! A main nue donc. Si le contact brutal avec l’eau froide avait tendance à faire passer l’effet de l’alcool, l’euphorie et l’amour pour la science étaient toujours présents. Rappelons que le but de cette expérience à but savant était de savoir si Picott ressemblait plus à une tronche ou un fion de strangulot, comme ils l’avaient si sciemment déclarés tout à l’heure.

-Bon, déclara Deborah grelottant un peu, ma poule mouillée, les strangulots ne sont point au bord du lac, il faut donc s’avancer un peu, tu vois la grosse bouée là-bas, on fait la course ? Aussitôt dit, aussitôt fait.
Une petite course ! Rien de mieux pour se réchauffer. Sauf que la bouée, elle était loin, bien au plein milieu du lac. Genre, 5 minutes de nage quoi.
Ils arrivèrent essoufflés, à égalité, en même temps, le froid, plus la fatigue, plus l’obscurité plus l’alcool, ça permettait pas tellement de voir qui était arrivé en premier. Mai bon, histoire qu’il n’y ai pas d’injustice, on déclarait l’égalité. C’est à ce moment là, que Deb, regardant la rive qui était en fait, vue d’ici, relativement loin quoi… C’est à ce moment là qu’elle eue cette superbe déclaration, alors que sonnait les onze coups de l’horloge

-Heu…James…Tu pense pas que la science peu attendre demain ? Là…Pas sûre qu’on attrape autre chose qu’un rhume

[Hj : Et on se détend avec un post court, faut savoir alterner, les 2300 mots, j’en fait pas tout les jours. Et James, il me semble évident que cette partie de pèche nocturne va mal tourner Wink]
Revenir en haut Aller en bas

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 19/07/2010
● MESSAGES : 337


MessageSujet: Re: A la pêche aux mouleleles {James} Jeu 7 Oct - 0:09

La soirée avait bien commencé, et avait bien évidemment tourné au cauchemar pour le propriétaire des Trois Balais. James et Deborah s'étaient retrouvé à 19 heures, devant le pub, et n'avaient fait que boire, s'enfilant bièraubeurre après bièraubeurres, whisky pur feu après whisky pur feu. Ce n'était pas la première fois qu'ils faisaient ce genre de petites sorties, mais à chaque fois, c'était plus génial encore que la fois précédente. Les deux adolescents avaient donc fini par être complètements saouls, et avaient commencé à faire n'importe quoi dans la taverne, s'attirant les regards choqués des gens présents. En effet, James avait commencé à danser sur sa chaise, pendant que Deb' chantait des chansons paillardes, dans lesquelles il était question de choses plus ou moins catholiques, et finalement, les deux jeunes avaient été virés, à grand renfort de coups de balais aux fesses.

Ne sachant pas vraiment quoi faire, James et Debbie avaient erré dans les rues, et ils s'étaient retrouvés en une heure à peu près devant les grilles du château de Poudlard, après avoir faire le tour du village de Pré-Au-Lard. Les grilles étaient fermées, et les deux Gryffondor avaient du les escalader, se griffant, tombant plusieurs fois, ce qui avait valu à James un beau bleu sur l'avant-bras droit et un autre au mollet gauche. Pour ce qui était de Debbie, le résultat n'avait guère été mieux, elle aussi avait écopé de bleus et de griffures, cependant, les siennes semblaient plus discrètes que celles de James. Une fois dans le Parc, James et Deb' avaient titubé sur quelques mètres, disant des choses complètement stupides comme "Tu crois que Picott a une tronche de... tronche ou de c*l de strangulot ?" ou autres conneries dans ce genre ; puis ils s'étaient tous les deux effondré sur place, harassés.

Enfin, après une quinzaine de minutes passés dans un état de délire total, Deb' s'était subitement levée, et, tout en courant vers le Lac, elle avait hurlé :

- Le dernier à l’eau est une poule mouillée Potter !

James ne comprit que quelques secondes plus tard qu'il fallait qu'il se bouge un peu, aussi courut-il comme un dératé derrière sa meilleure amie pour essayer de la rattraper... Peine perdue. Poule mouillée du soir : James Potter. Cependant, ce n'était pas ce qui préoccupait le plus le Gryffondor. La question de savoir si Picott avait une tête ou un derrière de strangulot à la place de la tête tournait dans sa tête... Et c'est exactement pourquoi les deux ados avaient sauté dans le Lac. L'eau glaciale remit un peu les idées en place à James et le contact de sa chemise lourde et glacée sur sa peau lui fit prendre conscience qu'il n'avait finalement pas que de l'eau jusqu'aux genoux. Ils étaient près du bord du Lac, mais la zone était déjà très profonde. Mais avant que James ait pu déterminer l'endroit exact où ils se trouvaient, Deborah se mit à parler, d'une voix entrecoupée de grelottements.

- Bon, ma poule mouillée, les strangulots ne sont point au bord du lac, il faut donc s’avancer un peu, tu vois la grosse bouée là-bas, on fait la course ? Aussitôt dit, aussitôt fait.

Ah oui, la pêche aux strangulots. T'es con ou quoi, James ? Y'a à peine deux secondes, tu t'en rappelais ! Ouh, l'alcool n'était pas encore totalement disparu... Voyant que Deb' partait vers la bouée, James se mit lui aussi à nager, la rattrapant bientôt, essayant de la couler pour gagner... Mauvais joueur, James Potter ? N'importe quoi. Regardant derrière lui, il resta bouche bée lorsqu'il se rendit compte que la bouée à laquelle il était accroché était très, très loin de la rive la plus proche...

- Heu… James… Tu pense pas que la science peu attendre demain ? Là… Pas sûre qu’on attrape autre chose qu’un rhume.

La voix de Debbie, toujours grelottante, le tira de ses calculs - à combien de millions de kilomètres sommes-nous du rivage ? combien de temps nous faudra-t-il pour y revenir ? quels sont nos chances de nous faire manger la jambe par le calamar géant affamé du lac ? - ; et le bruit de l'horloge sonnant onze heures finit de le réveiller.

- Bah, pour le rhume, ça fait trois jours que j'en ai un, t'façons. Mais je crois quand même qu'il faut qu'on continue à chercher. Imagine, en plein journaux, les gros titres - bon, James délirait un peu - : "James Potter et Deborah Fenders O'Ryan : ils résolvent l'énigme de la tête de Picott ; révélant au monde entier que ce dernier a bien une tête de derrière de strangulot". Ca fait classe, non ? Moi en tout cas, je me remet à chercher.

Sur ces paroles sensées, James disparut sous l'eau, à la recherche de strangulots... Oups, ses lunettes étaient restées sur le bord du rivage, avec son sac et sa baguette - qu'il avait eu le temps de jeter, in extremis, avant de sauter à l'eau - et il ne voyait rien du tout, ne distinguant que des formes floues... Hein, c'était quoi ce truc ? Il venait de rentrer dans quelque chose de dur, et qui bougeait. La chose en question lui donna un coup dans le menton... Et maintenant la chose le baffait !

- Aaaaaaaaaaaaaaaaaaah Deeeeeeb ! Au secouuuuuuuuuurs ! Quelque chose m'attaque !

James était près de Deb', donc il n'avait pas besoin de hurler aussi fort, d'autant plus qu'il risquait de réveiller tout le château - et de se prendre une petite semaine, voir un mois, de retenue en compagnie de l'adorable Picott- ; mais il voulait être sûr que Deb' l'entendait, qu'elle soit derrière lui ou à cent mètres. Mission réussie, en tous cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: A la pêche aux mouleleles {James} Dim 17 Oct - 13:03

Conclusion du soir dans son esprit embrumé. L’eau. Ça mouille. Woua ! Bravo Deb. Prix Nobel de physique là. Bon, James avait fait une remarque très claire et très sage. Le rhume, il l’avait déjà. Et plouf ! Le voilà disparut sous l’eau. Byebye James ! Tu m’enverras une carte postale ! Oups ! Bon. Pour tout dire, le coup dans le menton. C’était elle, mais les baffes, nan. Elle paniqua quand James l’appela à l’aide. Il était à 10cm d’elle, donc, logiquement, si il était en danger, elle aussi. Franchement, Deb, ce soir tu te surpasse, vraiment. Prenant son courage de Gryffondor à deux mains, elle l’attrapa par le col de la chemise et le ramena vers elle, s’accrochant à lui et à la bouée. Maintenant ils étaient tout les deux collés tels des bernicles sur la grosse boulle flottante.
Elle allait dire quelque chose quand soudain, elle sentit quelque chose sur ses jambes, doucement, qui lui tirait son jean. Elle jeta un coup d’œil à James, et lâcha cette phrase mémorable.

-James, tu sais, je préfère qu’on reste amis, hein, tu peux arrêter de me déshabiller maintenant ? Mais devant l’air désabusé de son frère de cœur, et par la vision de ses deux mains sur la bouée, elle comprit mais n’eu le temps de rien dire quand plouf, elle se retrouva complètement sous l’eau, son cri se perdant dans le liquide.
Le truc le lâcha soudainement, elle était bien sous l’eau, et elle n’y voyait pas grand chose, non seulement à cause de l’environnement mais aussi du manque de lumière. Néanmoins cela ne l’empêcha pas de voir un strangulot qui la fixait et qui disparut quand une main sortie de nul part la remonta à la surface. Elle avait vu les deux ! Elle avait la solution ! Une fois ressortie de l’eau, grâce à l’aide divine de Potter. Recrachant toute l’eau qu’elle avait dans la bouche, elle reprit son souffle en remerciant son ami d’un regard. Puis, profitant de l’accalmie, elle déclara, haletante

Vu…strang…C’est..Le fion ! Faut qu’on…En ramène un ! En gros, Picott ressemblait comme deux gouttes (c’est le cas de le dire) à un derrière de strangulot. Mais une preuve était nécessaire. Il faudrait donc s’armer de courage, et en tant que Gryffondor, ils en avaient, et replonger dans l’eau gelée pour l’ouverture officielle de la pèche aux strangulots.


[Hj ; c’est court et mauvais, désolée^^’]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: A la pêche aux mouleleles {James}

Revenir en haut Aller en bas

A la pêche aux mouleleles {James}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A WINDOW TO THE PAST  :: 
EXTERIEUR DU CHÂTEAU
 :: 
LE LAC
-