AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cours n°1 ~ Des épouvantards et de la manière de les contrer. ~ Terminé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
GRYFFINDOR ϟ Il est encore temps de choisir sa place..
avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 02/09/2010
● MESSAGES : 146


MessageSujet: Re: Cours n°1 ~ Des épouvantards et de la manière de les contrer. ~ Terminé. Sam 6 Nov - 11:10

Coleen resta perplexe après avoir entendu le nom du grand mage noir commençant à semer la terreur et la haine dans le monde des sorciers. Ce qui était incroyable aujourd'hui, c'est que Coleen était intéressée. Elle avait prit une page entière de notes et elle avait désormais une affreuse douleur au poingnet qu'elle massait en éspèrant pouvoir réécrire à nouveau. Isaac avait fait gagner cinq points à Gryffondor et Coleen lui avait lancé un petit clin d'oeil et un sourire bien qu'elle voyait qu'il paraissait lui aussi non pas terrorisé mais légèrement tremblant d'avoir prononcé ce nom. Beaucoup de choses fuent dites par le professeur et plusieurs élèves que Coleen n'oublia pas de prendre en notes commençant à peine son verso. C'est alors que le professeur lança.

- Tous en rang ! Vous allez chacun votre tour affronter votre épouvantard, qui prend la forme la plus terrifiante possible lorsqu'elle rencontre une personne. Personne ne sait à quoi ressemble un Epouvantard quand il est tout seul et il semble se nourrir avec la peur, et pas seulement comme moyen de défense, c'est pourquoi elle est désignée comme une créature maléfique.On combat l'Epouvantard avec le sortilège dont la formule est "Riddikulus". Allons, prouvez moi que vous maîtrisez cette formule basique, que nous puissions passer à autre chose.. Tous en rang !

Coleen sauta immédiatement de sa chaise, elle voulait passer première, mener la danse, montrer aux autres. Bien qu'elle ne l'avait jamais fait, elle était sûre que cela allait être très facile. Elle sortit sa baguette et se plaça devant la malle mais elle ne resta pas longtemps en place vu le rang qui se bousculait et tous les cris qui en sortaient. Mais elle avait garder sa place. Elle aimait être première... C'est alors qu'elle repensa tout à coup au match de Quidditch, celui contre Serdaigle qui avait tourné au vinaigre ayant faire perdre quarante points à Gryffondor. Coleen était devenue rouge, rouge de honte et de reproches. Surtout que le professeur lui ayant retirer ces points était là devant elle la regardant d'un air vague. C'est alors... Qu'il ouvrit la malle d'un coup de baguette et Coleen apperçu une forme sombre en jaïr mais devenir tout autre chose... quelque chose qui mit une boule dans la gorge à Coleen... Elle tremblait et avait des sueurs froides dans la nuques... Un basilic, le roi des Serpents. Rester calme, surtout rester calme. Ne pas montrer sa peur, arrêter de se mordre la lèvre ! Coleen ferma son poing gauche au point de s'en écraser les doigts et, en pointant sa baguette toute simple au manche sombre et au bois clair, elle prononça !

- RIDDIKULUS !




pair = Le sort réussi et le basilic explose en un millier de confétis ! *O*
impair = Le sort ne marche pas et Coleen se dépêche de laisser sa place ! =__=


Dernière édition par Coleen Wilson le Sam 6 Nov - 11:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Cours n°1 ~ Des épouvantards et de la manière de les contrer. ~ Terminé. Sam 6 Nov - 11:10

Le membre 'Coleen Wilson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Le dé' : 2
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Cours n°1 ~ Des épouvantards et de la manière de les contrer. ~ Terminé. Lun 15 Nov - 17:51

    De bonne humeur, c'est ce que j'étais en me levant. Il n'y avait plus personne dans le dortoir. Pas d'Azaël. Et puis, j'avais Défense contre les Forces du Mal, un cours que j'adorais. Le nouveau professeur était, parait-il, génial. J'ai pris ma douche en chantant, et j'ai petit déjeuner rapidement, avant de remonter dans mon dortoir, toujours vide, où j'ai pris mes affaires. J'ai descendu lentement les escaliers, ne voulant pas arriver le premier dans la salle de classe.

    Et quand je l'ai vu, j'ai su que je serais sûrement un des derniers.

    Azaël se tenait debout, au milieu de la Salle Commune. Sans doute possible, il m'attendais. Mon premier reflexe a été de faire demi-tour, puis je me suis ravisé. Non, pas devant lui. Il ne méritait même pas que je fasse ça. Alors, j'ai avancé. Je voulais lui passer devant, l'ignorer, aller à mon cours. Mais il m'a attrapé le bras. D'un geste brusque, je l'ai fait le lacher en grognant à moitié. Mon envie de lui crier dessus n'avait jamais été aussi forte. Comme celle de le frapper. Mais je n'ai rien fais. Je me suis contenté de le regarder de haut. Je ne savais pas quoi faire d'autre.

    Il a commencé à me parler. Et ses paroles étaient comme du venin en moi, comme une brûlure dans mes veines, envahissant le moindre milimètre carré envahissable, prenant toute la place dans mon esprit. Ses mots résonnaient dans mon crâne, je me sentais oppréssé. Son regard me blessait, ses gestes étaient comme des coups de massue.
    J'ai repris ma route, lui tournant le dos, mais il m'a suivi. A plusieurs reprises, il m'a coincé dans un coin, a tenté de me parler encore, mais je ne l'entendais pas. J'avais mal à la tête, je tremblais.

    J'ai finis par arriver devant la salle de Défense contre les Forces du Mal. Très en retard. Azaël a crié quelque chose, j'ai ouvert la porte violement, et en même temps qu'un serpent explosait en mille bouts de papier, ma tête a explosé, les mots se sont echappés, et j'ai crié à mon tour, à moitié dans la salle.


    " Ta gueule Stanwell. "

    Les regards se sont tous tournés vers nous. Les élèves nous dévisageaient, et je ne voyais qu'Azaël, je ne voyais que son expression, je ne lisais dans ses yeux le mal que je lui avais fait en employant son nom de famille.
    Puis j'ai vu le regard du professeur, je suis entré, je me suis rendu compte que j'avais crié, j'ai senti à nouveau la douleur dans mon crâne. J'ai baissé les yeux dans la direction du professeur, j'ai vu les papiers de toutes les couleurs sur le sol.


    " Je vous demande pardon pour mon retard, professeur. Je suis... Sincèrement désolé et je... "

    Et je suis resté planté dans l'encadrement de la porte, Azaël derrière moi, les regards sur nous, le professeur de Défense contre les Forces du Mal devant moi. J'ai passé ma main sur mon visage.
    Oublier, penser à autre chose.
    J'ai bien réussi à l'ignorer jusqu'ici, je peux recommencer. Je peux... Recommencer.

    Mon mal de crâne est parti peu à peu, et j'ai relevé les yeux. La présence d'Azaël dans mon dos était presque inexistante, il n'existait presque plus. Mon regard dans celui du professeur. Ce devait être la première fois que je n'exprimais ni défi, ni insolence, ni sarcasme.
    Je n'avais plus qu'à attendre une réaction, un signe. Je n'avais pas le choix, j'aurais pu entrer discrètement, j'aurais pu faire pleins de choses. Mais je ne l'avais pas fait.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 04/08/2010
● MESSAGES : 120


MessageSujet: Re: Cours n°1 ~ Des épouvantards et de la manière de les contrer. ~ Terminé. Lun 15 Nov - 20:27

    Azaël avait passé une nuit épouvantable. C’était comme si un réveille-matin automatique se mettait en route toutes les demi-heures pour le tirer de son sommeil de la façon la plus brusque possible. Alors, à chaque fois, il tentait de se redormir. Pour manquer de tomber de son lit trente minutes plus tard. Au bout d’un moment, il hissa le drapeau blanc et quitta son lit. Il devait être cinq heures du matin. Lui qui avait habituellement le sommeil lourd… Lentement, il revêtit l’uniforme de Poudlard, en prenant soin de ne pas faire trop de bruit. Il évitait de regarder ses camarades assoupis. Il se coiffa vaguement, mit la main sur son sac et sortit du dortoir.

    Morose. Médusé. Maussade. Mélancolique. Il lâcha un soupir, prit place dans un fauteuil dressé devant le foyer agonisant et attendit. Il resta là deux heures. Immobile et taciturne, le regard perdu dans les méandres des flammes fragiles et des cendres ternes. Les premiers Serdaigle descendirent des dortoirs, joyeux et encore un peu endormis, pour ensuite partir dans la grande salle. Il fut bien obligé de sortir de son apathie. Se levant et se postant contre le dossier d’un canapé, il croisa les bras et observa le flux d’élèves quitter la tour des Aigles. Quelques uns le saluèrent, il les gratifia d’un sourire presque imperceptible. Il n’était pas d’humeur à sourire. Et ce n’était pas la personne qu’il attendait qui allait modifier son humeur, puisqu’elle en était la cause directe.

    Puis, enfin, il arriva.
    Eliott se stoppa immédiatement. Puis, surement après avoir pesé le pour et le contre, il reprit sa marche. Et il avait la ferme intention de passer devant Azaël en l’ignorant proprement. Bah voyons. Lorsque le Serdaigle commençait à le dépasser, il attrapa son bras par réflexe, mais se ravisa presque avant le grognement d’Eliott. Celui-ci darda sur lui un regard hautain, qu’il voulait peut-être indifférent, Merlin sait. Naturellement (du moins, en apparence), Azaël le soutint. Alors Eliott reprit sa marche.

    - Mais à quoi ça t’avance de faire ça ? lâcha Azaël, exténué, bien que sa voix trahisse une pointe de colère.

    Eliott pressa le pas, Azaël le suivit. C’était inutile de vouloir rester à sa hauteur : il se contentait de rester derrière lui. Apparemment, le Serdaigle avait la ferme intention de rester enfermé dans un mutisme absolu. De ne pas lui décrocher la moindre parole. Entendu. Au pire, Azaël n’avait tellement besoin de réponse. Du moins… il essayait de s’en persuader.

    - Sincèrement, qu’est-ce que ça change ? A quoi ça t’avance de jouer le mec indifférent maintenant que tu sais ça ? Dis-toi que si j’avais choisi de ne rien dire, on n’en serait pas là aujourd’hui. Et c’est seulement à cause de toi, Eliott ! Je n’y peux rien. J’ai été franc avec toi. Je ne le faisais que rarement, et maintenant sois certain que je ne recommencerais plus !

    Le sac sur l’épaule, il déballait ce qu’il pensait. Une nouvelle fois. La colère avait tendance à prendre le dessus sur l’indignation mêlée à la profonde tristesse qui le saisissait. Ses phrases partaient en crescendo, chaque mot à la fin trahissait son agacement. Mais qu’importe. Il n’avait plus rien à perdre. Et il savait qu’il était inutile de jouer la carte du ton pathétique. Car de un, il se voyait mal se lamenter ou s’excuser. Oh, il fallait arrêter le délire : il n’avait rien fait ! Et de deux, Eliott était bien trop entêté pour se laisser influencer. Alors tant qu’à faire. Il rattrapa les quelques pas qui les séparaient et essaya d’arrêter le garçon. En vain.

    - Tu sais aussi bien que moi que je ne suis PAS fautif. Alors soit t’arrêtes vite fait ton char, soit tu me balances ce que tu penses vraiment. Pas la connerie de prétexte que tu as lâché dans la salle commune, je veux dire. Merci, mais j’ai connu plus crédible.

    Azaël n’en menait pas large. Il n’avait pas suffisamment d’arguments pour contrer le silence têtu d’Eliott. Alors, il cherchait à le prendre à son propre jeu. Le faire parler, en l’occurrence. Qu’il dise quoi que ce soit, qu’importe, mais bon dieu, qu’il parle ! Et ça ne semblait pas marcher. Le Serdaigle était désarçonné. La salle de Défense contre les forces du Mal était au bout du couloir, et il ne lui avait pas arraché le moindre mot. Que dire… Il respira un bon coup. La main d’Eliott allait saisir la poignée de porte. Alors, ces mots franchirent bien trop rapidement ses lèvres et fusèrent dans le couloir :

    - Mais bordel, à quoi ça t’avance de jouer au con ?!
    - Ta gueule, Stanwell.

    Azaël n’accusa pas le coup. Déjà il était posté derrière Eliott, face à la classe, face aux confettis, face au professeur. Eliott bégaya une excuse, Azaël hocha rapidement la tête, d’un air de dire « Moi aussi, veuillez m’excuser, blabla ». Puis, en attendant la réponse de Tchakarov, il avisa une table dans le fond. Il contourna Eliott et s’y installa silencieusement. Au pire, le prof lui faisait une remarque en parlant d’impolitesse et compagnie puis le dégageait de la classe. Au pire ? Non, ce serait au mieux, quand on y pense.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Cours n°1 ~ Des épouvantards et de la manière de les contrer. ~ Terminé. Jeu 25 Nov - 19:57

    Camille Loreens était restée des plus silencieuse depuis le début de ce cours. Elle ne répondait à aucune question mais prenait note de tout ce qui pouvait être dit et qu'elle estimait être intéressant. En réalité, c'était plus pour faire quelque chose. La poufsouffle n'était pas une grande fan de cette matière, elle connaissait que trop bien sa maladresse ( ou ne connaissez pas assez son manque de confiance en elle ) et avait toujours peur de mal faire. Observant ce qui pouvait bien se dire et se passer, la demoiselle se figea littéralement lorsque la conversation se tourna tout simplement vers les épouvantard...Fixant les autres élèves se mettre en rang, près à en découdre avec l'épouvantard en question, la demoiselle resta littéralement interdite sur sa chaise. Allait-elle se lever ? En toute sincérité, elle hésitait, elle savait que sa plus grande phobie était très certainement absurde et le seul effet que cela aurait par rapport aux autres seraient de tout simplement et tout bonnement leur donnée une arme de plus pour se moquer d'elle.

    La poufsouffle se sentait presque l'âme d'une rebelle, prête à ranger ses affaires et à claqué la porte au cours mais en réalité, elle n'en fit rien, figer sur sa chaise. A croire qu'elle avait bien plus peur de passer devant tout le monde plutôt que de faire face à l'épouvantard en question. Elle n'aimait pas cette exercice, c'était montrer à chacun une partie de soi qu'on ne souhaitait pas forcément dévoiler aux autres élèves. Anxieuse, elle observait le professeur Tchakarov un court instant. Prendre son courage à deux mains, au final que risquait-elle de plus que d'habitude ? Elle fini par se lever, se positionnant dans la file qui c'était formée pour l'exercice. Il lui semblait alors, maintenant qu'elle était dans cette file, que celle-ci défilait beaucoup trop vite mais alors beaucoup beaucoup trop vite...Ce fut, à ses yeux, en moins de temps qu'il ne faut pour dire "bombabouse" qu'elle se retrouva face à la fameuse "cage" qui renfermait son futur pire cauchemar.

    Camille eut l'impression de pouvoir sentir le moindre regard se poser sur elle, sa baguette entre ses doigts, elle la serrait si fort qu'elle eut peur, durant une fraction seconde que celle-ci se brise avant qu'elle ne puisse jeter le sortilège qui la sortirait de ce pétrin. Elle inspira profondément, se souvenant du mouvement, de la formule mais surtout...Elle se souvenait que la meilleure façon de réussir ( et d'ailleurs la seule ) était de penser à quelque chose d'agréable. Ce qui, sur le moment, semblait impossible pour elle. Quel souvenir agréable possédait-elle ? Pas de premier baiser, pas de premier amour, promise en mariage à un élève sang pur, tête de turque de bon nombre d'élève de Poudlard, n'excelle pas dans tout les domaines, ne peut pas faire du quidditch, peut mourir à cause d'un simple bleu.
    La blondinette paniquait déjà avant même que l'épouvantard n'ai quitter sa cachette pour se montrer et dévoiler la plus grande peur de Camille.

    Elle lança un regard peu assurer au professeur, hésitant encore une fois à l'idée de fuir tout simplement la classe mais non...Elle devait le faire...La malle s'ouvrit...Dans un grincement déjà horrifiant, Camille inspira, on pouvait déjà y ressentir le tremblement de son corps. Fixant la malle, elle attendait alors que sa plus grande peur sorte de là. De petite chaussure noir, un costume bouffant de couleur jaune poussin dont le torse était orné de trois énorme ponpon orange...Les manches était rayée verticalement, de bleu, de vert, de gris, de violet...Le col était en trois partie, toute trois de tailles différente et de couleur différente, elles étaient ronde...Et là...Le visage...En forme de huit, aussi blanc que de la neige, aussi mate que de la craie...Des lèvres trop fine au couleur du sang, un nez trop gros assortie...Des yeux contourné de noir, des sourcils fin, redessiné peut-être, tout aussi noir...Le crâne était chauve sur le dessus, laissant voir un front trop large et le haut du crâne...Toujours aussi blanc que le reste du visage...Et sur les côtés, une horrible coiffure rouge, plus rouge que le poudlard express, des cheveux fin, ébouriffer.

    Il s'avança lentement vers Camille...Qui, baguette pointée vers lui, ne réagissait absolument plus. C'était comme si...Elle avait été changée en statue de sel. Elle déglutit, difficilement, incapable de quitter des yeux la source de sa panique intérieur. Elle observait le clown sans même cligné des yeux. Celui-ci la fixa, l'observa longuement, il inclina légèrement la tête sur le côté...Son sourire resté fermé jusqu'à présent, s'ouvrit légèrement...Laissant voir une rangée de dent entièrement constituée de crocs ou de canine...Aussi pointue que les canines d'un lion, aussi acéré qu'une lame de rasoir...

    "....E..."

    Elle recula d'un pas, plus effrayée que jamais, elle sentait son coeur changer de rythme cardiaque, venant cogner sa poitrine dans une horrible douleur. Elle sentait l'adrénaline lui monter au cerveau mais incapable de la faire réagir. Chacun de ses poils se redressait, il lui semblait même se retrouver seule face à cet être abjecte...Comme si toute les personnes de cette classe avait déserté les lieux ( ce qui n'était pas le cas ). Elle devait y arriver mais sentait ses forces la quitter. Un souvenir, un bon, tout de suite.

    Alors que le clown se rapprochait et se montrait de plus en plus menaçant, Camille cherchait encore inlassablement un bon souvenir, quelque chose d'agréable...Et c'est alors qu'un visage apparut dans sa tête, une discussion, une barre de chocolat. Profitant de l'instant où ce simple moment, important aux yeux de Camille, était fraichement remémorer dans sa tête, elle fit un geste précis du poignet et de la main...Lançant avec vigueur:

    "Riddikulus !"

    [ pour ceux qui veulent voir en image à quoi ressemble plus ou moins son épouvantard:

    Cliquez ici
    Et ici ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Cours n°1 ~ Des épouvantards et de la manière de les contrer. ~ Terminé. Jeu 25 Nov - 19:57

Le membre 'Camille Loreens' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Le dé' : 6
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Cours n°1 ~ Des épouvantards et de la manière de les contrer. ~ Terminé. Ven 26 Nov - 20:16

    Les élèves s'avançaient en rangs d'oignons sous le regard de Tchakarov qui les fixait d'un air distrait. Un simple exercice d'épouvantard, il ne fallait rien exagérer. L'attitude de miss Love était presque compréhensible. C'était un sort de troisième année, et seuls les élèves plus jeunes ou âgés de 13 ans devaient en toute logique rater ce sort. Les autres étaient tenus de montrer leurs capacités. Mais Stepan n'était pas dupe et il savait pertinemment que tous les élèves ne réussiraient pas. Affronter sa plus grande peur n'était pas chose simple ; même quand au dehors des choses bien pires rôdaient et qu'il leur faudrait bien apprendre à se montrer plus forts qu'elles. Effrayer les élèves n'était pas quelque chose que Stepan faisait consciemment. En fait, il le faisait sans s'en rendre vraiment compte, tant cela lui paraissait une chose capitale. Sans peur, il n'y a pas de discipline. Et s'il y avait bien une chose que le Goulag lui avait appris, c'était que la discipline contrôlait absolument tout.
    Miss Wilson fut la première à s'avancer. Stepan la couva d'un regard impérieux. Bien. Elle se montrait courageuse pour son jeune âge. C'était une qualité qu'il appréciait, à présent il lui faudrait montrer ses capacités magiques. Si petite, elle se plaça devant la lourde malle. Aussitôt, un basilic en sortit. Ce n'était pas un véritable Basilic, aussi personne n'était-il en danger de mort si on le regardait dans les yeux, mais la plupart des élèves regardèrent aussitôt leurs pieds avec appréhension. Coleen tremblait mais elle releva la tête et tira sa baguette. Le sort fut lancé à la perfection, et un instant plus tard l'horrible lézard avait fait place à un million de confetis qui s'envolèrent dans la salle de cours.

    - Bien, très bien ! 5 points de plus pour Gryffondor, Wilson. Si vous pouviez viser les batteurs adverses aussi bien que vous lancez des sorts, cela changerait la vie de tout le monde... au suivant !

    Mais à peine avait-il prononcé ces mots que la porte de la classe s'ouvrit. Deux retardataires apparurent, sanglés dans leurs uniformes de Serdaigle, la cravate à l'ouest et les cheveux en bataille. Stepan leva un sourcil. Les studieux, les sages, les réfléchis, hmm ?

    " Je vous demande pardon pour mon retard, professeur. Je suis... Sincèrement désolé et je... "

    - Vous quoi, McFaster ? Le cours est commencé depuis presque une demi-heure, et je pense que vous me connaissez assez pour savoir que je déteste que l'on se fiche de moi, le coupa Tchakarov. Stanwell, revenez ici, lança t-il sans le regarder à l'intention du jeune insolent qui était parti s'asseoir au fond de la classe. Je vois que vous laissez le soin à votre camarade d'excuser votre retard, vraiment très courageux. Oh, non, n'essayez pas de vous rattraper. Je vous offre une retenue de deux heures samedi prochain avec Mr Picott pour le faire. Maintenant dans la file, et plus vite que cela.

    Il les regarda traîner des pieds tandis qu'une jeune Poufsouffle s'avança vers le tas de confettis. En un éclair et sous sa mine horrifiée, ceux-ci se transformèrent en un clown hideux aux dents aiguisées. Allez, Camille... Allez. Elle recula d'un pas néanmoins, effrayée.

    - Loreens, allez-y !

    Elle lança le sort. Et celui-ci fut efficace. Le clown se transforma en un instant en une tringle à rideaux.

    - Très bien. Vous voyez, quand vous voulez, vous pouvez... 5 points pour Poufsouffle. Au suivant !

    [ HJ : Miss Loreens, vous n'avez pas bien compris le principe il me semble. Il fallait préciser paire/ impaire et dire en quoi se transformait l'épouvantard. Néanmoins vous avez fait paire, je vous accorde donc que vous avez réussi. les autres, ne faites pas la même erreur.]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Cours n°1 ~ Des épouvantards et de la manière de les contrer. ~ Terminé. Ven 26 Nov - 20:57

    - Vous quoi, McFaster ? Le cours est commencé depuis presque une demi-heure, et je pense que vous me connaissez assez pour savoir que je déteste que l'on se fiche de moi. Stanwell, revenez ici. Je vois que vous laissez le soin à votre camarade d'excuser votre retard, vraiment très courageux. Oh, non, n'essayez pas de vous rattraper. Je vous offre une retenue de deux heures samedi prochain avec Mr Picott pour le faire. Maintenant dans la file, et plus vite que cela.

    Humiliation, tout d'abord. C'est le premier sentiment qui me transperça. Puis la colère, la rage contre Azaël, contre celui de qui venait cette humiliation, celui de qui venaient tous mes problèmes ces derniers temps. J'ai senti cette rage se propager, envoyer dans le moindre recoin de mon corps sa chaleur électrique. Puis, sentant les regards posés sur moi, j'ai avancé de mauvais coeur vers la file qui s'était formée devant la malle. Je ne savais pas trop ce qu'elle contenait... Puis j'ai entendu le professeur dire " Ridikulus ". Ce sort, je le connaissais. Je le maitrisait. La file s'est égrainée rapidement devant moi, les élèves préférant espérer que la sonnerie retentisse et les sauve, peut-être, de l'affrontement avec leur plus grande peur.
    Je n'ai pas réfléchis. Je ne savais plus à ce moment là quel serait mon épouvantard. Je me rappelais à peine de la formule à prononcer.
    J'avais ma rage, mon humiliation, mes sentiments, ceux que je ne voulais pas.

    J'avais ma baguette dans la main, j'avais la malle en face de moi, j'avais un truc drôle par terre... Et puis, il disparut.
    Il n'y avait rien dans les airs. Juste... Un petit bourdonnement. Bzzzzz... Zzzzzzzzzz...
    Moustique. Moustique !

    Mon sang s'est glacé. J'ai arrêté de bouger, presque même de respirer, et j'ai scruté l'air à m'en faire mal aux yeux. Puis je l'ai vu. Cet insecte inutile, ce suceur de sang.
    Il était là, en face de moi, et malgré le ridicule de la situation, j'étais mort de peur.
    J'ai essayé de la cacher. Puis, j'ai inspirer une grande bouffée d'air. Elle m'a fait mal aux poumons, mal à la trachée. Une larme est montée jusqu'à mon œil droit, puis, rageur, j'ai levé ma baguette, et j'ai crié.


    " RIDIKULUS ! "


Pair : Le moustique se gonfle et se multiplie, prenant la forme de ballons multicolores montant gracieusement vers le plafond.
Impair : Eliott lance mal le sort, sa colère l'empêchant de se concentrer. Le jeune ne prend pas garde à ce qui se passe et part s'assoir au fond de la salle, sort une feuille et écrit ce qui lui passe par la tête dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Cours n°1 ~ Des épouvantards et de la manière de les contrer. ~ Terminé. Ven 26 Nov - 20:57

Le membre 'Eliott McFaster' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Le dé' : 3
Revenir en haut Aller en bas

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 04/08/2010
● MESSAGES : 120


MessageSujet: Re: Cours n°1 ~ Des épouvantards et de la manière de les contrer. ~ Terminé. Ven 26 Nov - 23:11

    - Stanwell, revenez ici. Je vois que vous laissez le soin à votre camarade d'excuser votre retard, vraiment très courageux. Oh, non, n'essayez pas de vous rattraper. Je vous offre une retenue de deux heures samedi prochain avec Mr Picott pour le faire. Maintenant dans la file, et plus vite que cela.

    Génial. Machinalement, il se leva et se planta au bout de la file. Apathique. Il s’obligeait à se foutre de tout. Les heures de colle ? Et alors. L’humiliation qu’il venait de subir ? Et alors. Les mots d’Eliott ? …et alors. Ne pas y penser. Surtout, ne pas y penser. Se concentrer sur les différents épouvantards qui prenaient forme devant lui. Oh, un clown. Terrifiant, en effet. Non, il n’y avait pas la tête d’Eliott devant. Non, non. Il n’y avait qu’un clown, un énorme clown, un horrible clown qui se mouvait dans l’atmosphère pesante de la classe. Juste un clown, un stupide clown, avec des dents pointues, un clown laid, si laid qu’il en était pathétique.

    Plus que trente minutes. Ca risquait de passer vite, n’est-ce pas ? Allez, vingt-neuf minutes à présent. Mais oui ça va vite. Il finirait par quitter la salle, de toute façon. Et puis, les élèves avaient un mal fou avec leurs épouvantards. Ils tremblaient de trouille, il leur fallait environ dix minutes pour que leurs doigts parviennent à enserrer leurs baguettes et environ cinq minutes supplémentaires pour que l’intitulé du sort franchisse leurs lèvres. En plus de ça, il ne passerait pas. C’était parfait, oui tout était parfait. Le monde était beau, il souriait, il crevait d’envie de rire, il crevait d’envie de disparaitre. Tiens, un moustique.

    Il n’y avait plus qu’Eliott devant lui. L’insecte propageait un vrombissement insupportable. Ca ne faisait pas peur. Mais, en parlant de peur… c’était bientôt à son tour. Et à quoi ressemblait son épouvantard, déjà ? A quoi pouvait-il ressembler à cet instant, surtout ? Eliott lança le sort. Sa voix était le paradoxe le plus cuisant au monde. Douce mais si cruelle. Azaël eut presque envie de se boucher les oreilles. Mais son inertie actuelle l’empêcha d’esquisser le moindre mouvement. Il vit vaguement que le sort lancé n’eut pas l’effet voulu, et le Serdaigle partit s’asseoir au fond de la classe dans mots dire.

    Azaël se retrouvait donc devant un foutu moustique, une sale bestiole, un insecte insignifiant. Pouvait-on réellement avoir peur de ça ? Dur à concevoir. Le bourdonnement du moustique cessa soudainement, tandis que l’épouvantard stagnait, sans doute sur le point de se métamorphoser en on ne sait quoi. Le garçon fit l’effort d’attraper sa baguette et de la lever à moitié, dardant un regard ennuyé sur la chose. Il ne savait pas si c’était lui qui trouvait le temps de réaction long ou si c’était l’épouvantard qui tardait à prendre une autre forme. On aurait dit qu’il pesait le pour et le contre, puisqu’il ne ressemblait plus à rien et subissait quelques secousses hésitantes.

    Puis un autre Azaël apparut. Un air hagard et pantois déformait ses traits. Le vrai Azaël frissonna, mais il n’arrivait pas à avoir sincèrement peur. Là était l’inconvénient du cynisme. Comment parvenir à surprendre quelqu’un qui semblait avoir tout vu, tout vécu, et qui n’attendait plus rien de la vie ? Il leva sa baguette, prêt à lancer un sort qu’il maitrisait. Mais l’épouvantard n’avait pas l’intention de s’arrêter là. Ces bestioles-là devaient être comme les patronus : en cas de grand choc émotionnel, elles savaient s’adapter à la situation et se modifier s’il le fallait. Et c’est ce qui arriva.

    Les doigts d’Azaël cramponnèrent sa baguette, il eut des sueurs froides. Par réflexe, il leva sa baguette.

    - Ridikulus !

    Il avait bien trop rêvé (ou cauchemardé ?) de ce phénomène pour qu’il ne perde pas tous ses moyens. A travers la frayeur qui le saisissait, il espérait avoir été suffisamment prompt pour que personne n’ait remarque les étranges reflets que prenaient le visage du faux Azaël. Des reflets bien trop semblables aux traits d’Eliott McFaster, d’ailleurs.


Pair : L’épouvantard se brise en morceaux de verre, et Azaël quitte la file pour aller se terrer dans un coin de la pièce, à l’opposé d’Eliott.
Impair : Le sort n’atteint pas la cible à cause d’un tremblement violent. Le Serdaigle s’empresse de laisser sa place et, les yeux rivés au sol, tente de calmer ses spasmes et de recouvrir son calme, toujours le plus loin possible d’Eliott.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Cours n°1 ~ Des épouvantards et de la manière de les contrer. ~ Terminé. Ven 26 Nov - 23:11

Le membre 'Azaël Stanwell' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Le dé' : 3
Revenir en haut Aller en bas

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 04/08/2010
● MESSAGES : 294


MessageSujet: Re: Cours n°1 ~ Des épouvantards et de la manière de les contrer. ~ Terminé. Sam 27 Nov - 21:47



Craig était toujours sur son banc. Il n'assimilai pas tout ce qu'il se passait autour de lui. Les élèves se déplaçais, le professeur parlait ... Malgré que le sujet du cours, Lord Voldemort, l'intéresse plus que tout Craig n'arrivais pas à relevé sa tête du banc. Mais qu'avait il nom de dieu !? Il avait des fourmis un peux partout et une légère envie de vomir se faisait ressentir. Son crâne lui donnait l'impression qu'il allait exploser en mille morceau. Qu’avait-il fait pour mériter ça ? Il n’avait pourtant pas fait la « fiesta » hier. il passa une main dans sa nuque. Y avait pas un aspirine dans cette classe ? Avec un effort il leva la tête. Serena arrivait à ce moment précis. Elle l’embrassa sur la joue et s’assit derrière lui étant donné que la place à son côté était prise par son très cher cousin.



Il ne réagis pas à cette apparition. Il ne réagis pas non plus quand les élèves se levèrent tous pour se mettre en rang suite à la demande du professeur. Il ne réagis pas non plus quand Azael et Elliot se prirent la tête avec une bêtise. Du moins Craig pensait que c’était une bêtise car tout les sons qui lui parvenait au oreilles ressemblais plus à des bourdonnement indescriptibles qu’à des paroles.



Il fit un effort et essaya de « comprendre » le cours. Il regarda les élèves se préparer et lancer leur sort. C’était ... Ridikulus. Celui lancé contre les épouvantards. Quoi de mieux ? Craig s’appuya contre le dossier de sa chaise priant pour que le professeur ne le remarque pas et que le cours soit finis dans des délais les plus courts possible. Il ne se sentait pas capable de se lever et de lancer son sort. Perdrai-t-il encore des points que ça ne l’étonnerait point. Tiens c’est vrai, il avait perdu cinq fichu point pour son retard. Lui, Craig Travers. Misère, qu’avait il fait pour avoir une journée si pourrie. Promis, le cours finis, direction l’infirmerie où il comprendra enfin les maux qui le fatigue depuis ce matin.



Toujours étant, il regardait les élèves suivre le cours pendant que lui, inerte, blanc comme un linge priait pour qu’on ne le remarque point, lui qui d’habitude fait des ravages dans les couloirs. Pitié, concentrez-vous sur votre épouvantard. Je n’en suis pas un, je ne suis pas important. Les yeux mis clos, il regarda Azaël retourner au fond de la classe à l’opposé de Eliott qui griffonnait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GRYFFINDOR ϟ To be yourself is all that you can do
avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 19/07/2010
● MESSAGES : 394


MessageSujet: Re: Cours n°1 ~ Des épouvantards et de la manière de les contrer. ~ Terminé. Dim 28 Nov - 0:14

Le cours se déroulait calmement. Après avoir posé de nombreuses questions, le professeur Tchakarov s'avança vers une grosse malle posée à terre. Un épouvantard y était enfermé. Tous les élèves se mirent en rang. Isaac se leva et se plaça dans la file d'attente... Un sort assez simple en soi, mais un épouvantard pouvait être très fort... Il essaya de faire le vide dans sa tête.

Mais au même moment, deux élèves arrivèrent dans la salle de cours. Eliott et Azaël, deux serdaigles... Quitte à arriver en retard, autant le faire franchement, c'était quelque chose qu'il semblait avoir tous les deux bien compris !

Les élèves passaient tour après tour devant la malle. Une jeune gryffondor parvint à détruire son épouvantard, ainsi que quelques autres. Certains en revanche n'arrivèrent pas à combattre leurs démons.
Bientôt son tour. Isaac sentit les battements de son coeur s'accélérer. Il essaya de ne plus penser à rien, faire le vide et s'éloigner de ses peurs profondes. Calme, calme, calme... Ce n'est qu'un sort de troisième année !
Enfin il arriva devant la malle. Il se concentra, fermant les yeux, il essaya de se calmer. Maintenant !
A peine eut-il entrouvert les paupières qu'il se retrouva comme dans le vide. L'épouvantard s'était fondu sous c'est pied. Laissant place à un vide immense. Isaac referma les yeux, CONCENTRE TOI ! Mais rien à faire. Il sentit sa tête tourner, des souvenirs lui revinrent...

Spoiler:
 



Impair : Alors que les images défilèrent devant lui, Isaac rouvrit brutalement les yeux et scrutant le vide qui s'étalait devant lui prononça d'une voix claire et distincte :
- RIDDIKULUS !
A ce moment là, l'épouvantard pris l'apparence d'une étendue d'herbe verte juste sous ses pieds.

Pair : Isaac n'arrivait pas à quitter des yeux le vide qui semblait l'attirer vers lui. N'arrivant plus se concentrer, il sentit son corps basculer en avant comme tombant dans le vide. Sous le choc de la chute, il se releva et s'éloigna tête baissé vers la chaise la plus proche.






I was born to stay young .

Spoiler:
 


Dernière édition par Isaac Dillinger le Dim 28 Nov - 0:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fgallery.alwaysdata.net/gallery/
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Cours n°1 ~ Des épouvantards et de la manière de les contrer. ~ Terminé. Dim 28 Nov - 0:14

Le membre 'Isaac Dillinger' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Le dé' : 4
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Cours n°1 ~ Des épouvantards et de la manière de les contrer. ~ Terminé. Dim 28 Nov - 22:52

    Les deux retardataires tirèrent une mine de cent pieds de long à l'annonce de Tchakarov qui se contenta de les regarder à l'ouvrage. La forte tête McFaster commença le premier; se mettant face à la lourde malle. L'épouvantard le surprit. Un moustique géant ! Cet horripilant insecte lui rappelait plus le fautif lui-même qu'autre chose, avec son air abruti et son affreux bourdonnement qui effraya plus d'un élève. Le jeune Serdaigle releva la tête et jeta le sort qui rata lamentablement sa cible et alla ricocher contre le mur d'en face avant de s'écraser sur le tableau noir. Stepan lui lança un regard horriblement sarcastique avant de se détourner de lui pour observer Stanwell, le deuxième fautif. Ce dernier se mit face à l'énorme moustique. Alors apparut non pas une quelconque créature monstrueuse mais un autre Stanwell. Stepan fronça les sourcils. C'était déjà assez déplaisant d'avoir un seul Stanwell dans son cours, pas besoin qu'ils se dédoublent. Mais ce Stanwell là était un peu différent. Il était... plutôt laid, l'air paumé, hagard. Bref, un Azaël sénile.
    Le véritable Azaël tenta de lancer un riddikulus avec à peu près autant d'enthousiasme que si Tchakarov lui avait demandé de manger une choucroute garnie en un temps record. Et bien évidemment, le sort rata et Azaël resta pantois avant de se diriger mécaniquement vers le fond de la salle. Se retrouver devant sa plus grande peur n'était pas évident, mais ce sort était de niveau troisième année et leurs compétences étaient ainsi clairement rabaissées dans l'esprit du professeur qui ne les estimait déjà pas beaucoup. Ils étaient donc aussi limités qu'ils en avaient l'air, dommage.

    - Ainsi, en plus d'arriver en retard, vous êtes incapables de maîtriser un sort de niveau troisième année. Bravo, vous venez de me démontrer votre incapacité à me prouver quoi que ce soit, ajouta t-il d'un ton glacial. Allez donc balayer la salle, vous serez plus utiles - enfin, si vous savez le faire.

    Il fit apparaître deux balais devant les contrevenants et avisa Dillinger qui se mit face à l'Azaël sénile. Lui pouvait y arriver. Allez, Isaac. Allez.
    Le préfet des Gryffondor se plaça près de la malle. Soudain, le vide. Le vide ! Sous les pieds du jeune homme le sol se creusa. Il ne pouvait pas tomber, bien sûr, ce n'était qu'un épouvantard. Mais sa sensibilité sembla prendre le dessus. Tchakarov fronça les sourcils. Non ! Il pouvait le faire. Il avait cru que Dillinger y arriverait... Mais visiblement il n'en était pas capable lui non plus. Stepan était déçu. Isaac semblait sur le point de s'évanouir. Il leva sa baguette, tremblant. Mais pas un son ne sortit de sa bouche, de ses lèvres. Il s'écroula en avant et tomba sur le sol d'un seul coup. NON !
    Le professeur de défense contre les forces du mal vit rouge. Un sort si simple à réaliser. Il s'avança rapidement et releva Isaac par le bras, le forçant à regarder le vide en face.

    - Réessayez. Réessayez tout de suite ! Il le serra plus fort. Maintenant, Dillinger ! Montrez vous à la hauteur !!
Revenir en haut Aller en bas
HERMYLIEϟ Moi, je suis Hermione en 1976
avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 19/07/2010
● MESSAGES : 563


MessageSujet: Re: Cours n°1 ~ Des épouvantards et de la manière de les contrer. ~ Terminé. Jeu 2 Déc - 11:40

[ HJ : J'ai hésité avant de poster. Peut-être Isaac devait-il répondre d'abord ? ]

Aucun point. Bon, elle réussirait bien à en rattraper par la suite. Après tout, les cours n'étaient pas un champ de bataille. Le principal était de ne pas en perdre et faire partie de la noble maison Gryffondor signifiait plus ne pas en perdre, qu'en gagner.

Le professeur montra une malle, dans un coin de la classe. Un épouvantard. Une expression de grande gêne se dessina sur le visage d'Alix. Jamais elle ne pourrait surpasser la peur que lui inspirait son épouvantard. Joémy, mort. Son frère, son jumeau, l'autre partie d'elle-même. Impossible.

- Tous en rang ! Vous allez chacun votre tour affronter votre épouvantard, qui prend la forme la plus terrifiante possible lorsqu'elle rencontre une personne. Personne ne sait à quoi ressemble un Epouvantard quand il est tout seul et il semble se nourrir avec la peur, et pas seulement comme moyen de défense, c'est pourquoi elle est désignée comme une créature maléfique.On combat l'Epouvantard avec le sortilège dont la formule est "Riddikulus". Allons, prouvez moi que vous maîtrisez cette formule basique, que nous puissions passer à autre chose.. Tous en rang !

Alix frissona. Elle se mit en rang, comme le firent les autres élèves. Espérant que la sonnerie lui éviterait cette pénible épreuve, elle ne se mit sur le devant de la file. Des images de son frère apparurent dans son esprit, puis le visage de son père. Son père qu'elle allait bientôt perdre. D'après les médecins, il ne lui restait pas plus de deux semaines à vivre. Deux petites semaines... Une larme perla au coin de l'oeil de la gryffondor. Elle l'essuya rageusement et sortit sa baguette.

Les élèves devant elle défilèrent, les uns après les autres. Isaac, qui était devant elle, passa. Il sembla vaincu par le vide devant lui. Le vide. Elle savait que son ami était terrifié par le vide. Lorsqu'ils s'étaient vus pendant les grandes vacances, elle l'avait attendu, perchée sur les gradins désafectés du terrain de quidditch. Une expression de terreur s'était peinte sur son visage, alors qu'il la regardait descendre à grands pas vers lui.

La demoiselle posa sa main sur son épaule et lui adressa un doux sourire, lorsqu'ils retourna s'asseoir. Elle inspira profondément. C'était son tour. Tendant sa baguette devant elle, la rouge et or vit qu'elle tremblait. Le vide devant elle devint trouble, puis une silhouette grande et élancée apparut. Des cheveux blonds cendré, des yeux sombres. Le corps de Joémy se tenait devant elle, une expression de terreur peinte sur son visage d'ange. Il semblait avoir reçu un Avada Kedavra. Ses yeux exorbités ne brillaient plus de malice. Un filet de bave perlait au coin de sa bouche. Alix trembla de plus belle. Elle leva sa baguette devant elle et murmura :

- Rid...

Aucun autre son ne voulut sortir de sa bouche. Elle ne pouvait le faire. Pourtant, dans son esprit, germait l'image qui la faisait tant rire, ce en quoi se transformerait l'épouvantard si elle parvenait à émettre un son. Joémy, vêtu d'un costume de clown, pour le Carnaval de leurs 7 ans.

Un visage apparut derrière le corps sans vie de Joémy. Le visage d'un homme aux cheveux gris, au doux regard bleu acier. Son père. Alix ne réfléchit pas. La souffrance de cette vision lui redonna la force de lancer l'incantation.

- RIDDIKULUS !

Pair : le sortilège ne fonctionne pas et Alix font en larmes.
Impair : le sortilège fonctionne, mais Alix en resort ébranlée.


Dernière édition par Alix Folkhart le Jeu 2 Déc - 11:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://emmajenkins.skyrock.com/1.html
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Cours n°1 ~ Des épouvantards et de la manière de les contrer. ~ Terminé. Jeu 2 Déc - 11:40

Le membre 'Alix Folkhart' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Le dé' : 4
Revenir en haut Aller en bas
GRYFFINDOR ϟ To be yourself is all that you can do
avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 19/07/2010
● MESSAGES : 394


MessageSujet: Re: Cours n°1 ~ Des épouvantards et de la manière de les contrer. ~ Terminé. Jeu 2 Déc - 21:32

Isaac n'eut pas le temps de retourner à sa place. Le professeur Tchakarov visiblement en colère - sans aucuns
doutes à cause des retardataires - le prit violemment par le bras.

- Réessayez. Réessayez tout de suite ! Maintenant, Dillinger ! Montrez vous à la hauteur !!

Mais qu'est ce qu'il avait fait ?! Il ne pouvait pas le laisser tranquille comme il l'avait fait avec les autres élèves ?! Pendant ce temps Alix était passée devant son épouvantard. Son jumeau semblait inerte et sans vie... C'était donc ça la peur de son amie ?! La mort de son frère ? Isaac comprenait sa peine, la mort d'un proche était une chose effrayante, angoissante.. Il essaya de s'imaginer les sentiments qu'il aurait si jamais sa mère ou sa soeur Bérénice venait à mourir. Ce serait une chose horrible.

Le professeur le repoussa vers la malle contenant l'épouvantard. Mais pourquoi devait-il subir une nouvelle fois cela !? A peine eut-il fait un mètre, que le forme humaine de l'épouvantard se dématérialisa, laissant place à un vide immense qui se propagea dans toute la salle de classe. "Plus la peur est grande et plus le monstre peut grandir". Cette phrase qui figurait dans son manuel, il l'avait apprise dès son premier cours sur les épouvantards. Il ne fallait pas avoir peur, ce n'était qu'une inoffensive ombre...
Il regarda bien en face le vide qui s'étendait sous lui. Mais c'était dur, dur de ne pas sombrer une nouvelle fois sous le poids des souvenirs. Il jeta un coup d'oeil à ses camarades qui ne semblait pas du tout impressionné par son épouvantard. Si eux ils le peuvent, alors moi aussi ! Isaac sentit de nouveau son coeur s'emballer, il se sentait oppressé, comme si un troll lui écrasait la poitrine. Il sentit des gouttes de sueur perler sur son front, des frissons glacés lui parcoururent le dos.

- Je peux le faire, je suis un Gryffondor, je n'ai pas peur, je peux le faire...

Pour lui même, il murmura ses mots pour lui même. Et d'une voix qu'il voulut forte et sans défaillance il prononça la formule.

- Riddikulus !


Pair : Le sortilège ne fonctionne toujours pas. Isaac sous la pression, s'effondre une nouvelle fois sur le sol. Déboussolé.

Impair : La voix d'Isaac est forte et claire, la formule précise. L'épouvantard se rétracte comme une feuille de papier qui se plie, et se transforme en un petit avion.

[HS : A ce moment là, Bérénice est toujours en vie]






I was born to stay young .

Spoiler:
 


Dernière édition par Isaac Dillinger le Jeu 2 Déc - 21:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fgallery.alwaysdata.net/gallery/
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Cours n°1 ~ Des épouvantards et de la manière de les contrer. ~ Terminé. Jeu 2 Déc - 21:32

Le membre 'Isaac Dillinger' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Le dé' : 4
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Cours n°1 ~ Des épouvantards et de la manière de les contrer. ~ Terminé. Ven 17 Déc - 1:08

Miss Folkhart échoua elle aussi. Tchakarov était furieux. Ses meilleurs éléments ne parvenaient à rien. Il se détourna d'elle et la laissa pleurer, plus en colère contre lui-même que contre elle, finalement. Il avait commis des erreurs... La plus grande cependant avait été de les surestimer. Des enfants, ils n'étaient que des enfants incapables. Mais lorsque Dillinger réessaya et ne parvint qu'à un résultat médiocre, quelque chose se brisa en Stepan, quelque chose d'infime, mais quelque chose tout de même. Et le résultat fut effroyable. Il avança à grand pas vers le jeune préfet qui s'était écroulé au sol, l'air perdu, déboussolé. Son regard le fusilla et il le releva avec force de son bras valide. Le plus dur, cependant, fut l'air déçu qu'il arbora. Un air très, très déçu. Il avait placé beaucoup d'espoirs en Isaac depuis l'année passée. Mais il avait, apparemment, eu tort. C'était dommage. Mais bizarrement, et il ne s'avouait pas pourquoi, avec cet élève en particulier, Stepan n'avait pas envie d'abandonner. Non. Un lien étroit les liait tous les deux. Le tout était de déterminer lequel.

- DILLINGER !

Le jeune homme paniquait, semblait sur le point de perdre connaissance. N'écoutant que lui-même comme à son habitude, avec un instinct protecteur particulier, Stepan s'élança au devant du préfet, se postant devant l'épouvantard. Aussitôt, le vide disparut. Une autre forme prit sa place. Lentement, Natalia apparut devant lui. Elle était jeune, elle riait. Et puis tout à coup, la température chuta, des liens l'enserrèrent, des silhouettes l'entourèrent et elle se mit à crier. Stepan hurla malgré lui, mais des chaînes entourèrent ses chevilles. Se reprenant, il prononça d'une voix forte la formule et la vision disparut. Quand tout fut fini, un calme terrible planait dans la salle de cours. Et il était encore plus pâle qu'à l'accoutumée.

- J'avais cru, ajouta t-il en regardant le jeune homme, j'avais cru... que vous étiez doué. Que vous étiez capable de surmonter vos pires peurs. Mais apparemment, je m'étais trompé.

Il se détourna résolument de lui, et d'un mouvement de baguette les deux balais que maniaient les punis au fond de la salle leur échappèrent des mains et allèrent se ranger dans un placard dont la porte claqua. La grosse malle alla de la même façon de ranger contre le mur et les tables se remirent à leurs places initiales.

- Bien, dit-il d'une voix forte. C'est tout pour aujourd'hui. Vous pouvez sortir. Sachez que je ne suis pas content de vous, et que vous devrez me rendre un devoir pour le prochain cours - Verpey, pas la peine de râler, vous n'y échapperez pas. Je l'afficherai devant la salle en cours de semaine. Et il sera, bien évidemment, noté.

Sur ces mots simples, Tchakarov tourna les talons pour rejoindre son bureau, claquant la porte derrière lui. Il n'était pas content. La musique seule l'aiderait à se détendre, et pour cela il n'y avait qu'une seule chanson qui convenait.
A Tribute to Isaac
Celle qu'il avait composé pour une femme qu'il avait aimé, il y avait des années de cela.



COURS N°1 TERMINÉ, vous pouvez poster à la suite si vous le souhaitez.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Cours n°1 ~ Des épouvantards et de la manière de les contrer. ~ Terminé.

Revenir en haut Aller en bas

Cours n°1 ~ Des épouvantards et de la manière de les contrer. ~ Terminé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A WINDOW TO THE PAST  :: 
LE CHÂTEAU
 :: 
LES ÉTAGES
 :: QUATRIÈME ÉTAGE :: COURS DE DEFENSE CONTRE LES FORCES DU MAL
-