AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  Nancy Wolf, Zabini. "Viens, viens plus près, croque la pomme, viens..."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 23/07/2010
● MESSAGES : 58


MessageSujet:  Nancy Wolf, Zabini. "Viens, viens plus près, croque la pomme, viens..." Jeu 26 Aoû - 16:46

"Viens, aproche-toi, croque-là, attache-toi à moi, viens..."



"-Gabriel, chéri, veux-tu bien venir ?"

Une femme sanguinnaire appelait son mari. Elle tenait un bébé dans ses bras fins, qu'elle posa avec la plus grande délicatesse dans un berceau de bois flotté.

Son mari. Son stupide mari. Le brésilien, que personne n'avait entretenu de sa réputation. Son stupide mari, qui la croyait, quoi qu'elle dise, quoi qu'elle fasse. Elle le manipulait, comme elle avait manipulé les autres, avant de leur verser quelques goutes d'un elixir de mort, le jour où ils étaient le plus amoureux d'elle, où ils avaient le plus confiance en elle. Ils étaient idiots, naïfs et riches. Il ne méritaient pas la mort à nos yeux, mais aux yeux de Mrs Zabini, si.

Comment avaient-t-ils pu croire qu'une femme splendide obéirait à tout leurs désirs, a toutes leurs demandes, sans qu'un jour, elle ne se venge ?

L'histoire de cette femme tachée de sang, n'était pas sans cruauté.

"-J'arrive."

Sortant la fiole de son décoletté plongeant, la femme s'éloigna du bébé pour qu'il n'y aie aucun danger. Elle ouvrit une armoire ouvragé, tendit la mains vers le haut, vers la dernière étagère, et attrapa un objet rectangulaire et froid. Elle le fit glisser sous ses doigts, avant de l'amener sur sa table en acajou. Elle ouvrit la boite métalique, et usée par les années, pour découvrir une seringue. UNE seringue, la dernière.

Nancy ouvrit la fiole précipitament, entendant les pas de son mari se rapprocher. Elle saisit la seringue, manipula le dernières goutes de poisons avec attention, chercha des yeux la pomme rouge qu'elle avait placée non loin d'ici. Une fois dans sa paume, elle planta sauvagement l'aiguille de la seringue dans la pomme. Sauvagement, mais avec délectation. La pomme devint verte, comme les aimaient son mari. Ou peut être que c'était raphaël qui les aimaient vertes... peu importe.

"-Coucou ! Oh, merci, dit Gabriel avec un sourire en voyant la pomme qu'elle tenait dans la main."

Mrs Zabini, prise par surprise, sursauta, mis la fiole et la seringue dans la boite avec empressement, puis claqua le couvercle de sa boite à jouet. Quand elle vivait dans un taudis, c'était tout ce qui lui appartenait.
Elle se retourna avec un sourire charmeur vers son mari, cachant la boite de son corp.

"-Tu faisais quoi ?, demanda l'homme en attrapant la pomme qu'elle avait jeté sur la table, un instant auparavant.

-Oh, euh... Une exprérience, répondit-t-elle avec décontraction."

"Va y. Mord. Croque et meurt. Mord..."

Gabriel ne croyait pas sa femme, en cet instant, mais après tout, c'était sa vie. Il regarda la pomme d'un vert surprenant, puis croqua. Le geste qui allait le perdre. Il vit passer une lueur de cruauté dans les yeux de la femme qu'il aimait, puis il tomba.

Nancy se raprocha de son mari, avec calme, puis se pencha sur son oreille, ses cheveux balayant le viage de son mari.

"-Tu m'a épousé pour ma beauté, n'est-ce pas ? Je ne suis qu'un pantin, au fond. Petit égoïste.

-Tu... est... si b... belle.

-Si la beauté faisait tout, serais-je là ? Pourquoi serais-je prête à te tuer ? s'exclama-t-elle en se relevant. Tu m'a épousé pour ma beauté, mais tu va mourir de mes mains, pour ton ignorance. Tu n'es qu'un salaud qui a profité de moi ! Tu disais m'aimer ! Salaud !"

La femme laissa le corp de son mari à terre, pris sa baguette, qu'elle pointa sur lui.

"-Avada Kedavra !"

Dans un dernier eclair vert, l'homme vit disparaître tout ce qu'il avait chéri. Son fils, Blaise, et sa femme, sa si belle femme, Nancy.

Elle reposa la baguette, puis fit disparaître la boîte, avec la sienne. Avec un dernier regard sur le corp de son mari, elle lui enleva la pomme de mains, qu'elle jeta au feu, pris son enfant, sortit de la salle à manger avec dignité puis se promi de jeter son souvenir au feu dès qu'elle le pourrait.
[right]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 Nancy Wolf, Zabini. "Viens, viens plus près, croque la pomme, viens..."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A WINDOW TO THE PAST  :: 
LUMOS !
 :: 
BIOGRAPHIES
-