AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand l'oiseau se met à l'écart du nid... [Sarah Coedwig]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 23/07/2010
● MESSAGES : 53


MessageSujet: Quand l'oiseau se met à l'écart du nid... [Sarah Coedwig] Ven 20 Aoû - 2:04

Ca y était ! Enfin, les équipes de Quidditch avaient été formées ! Fini les essais, les inscriptions, les examens. Dans chaque maison, ce soir, sept élèves étaient acclamés en héros, portés sur les épaules, appelés de toute part et devaient faire face à la célébrité le temps d'un soir, aux poignées de mains amicales, aux ébouriffages de cheveux encourageants. Ce soir, sept élèves, dans chaque maison, devenaient l'espoir de toute une fratrie.

Peter était ravi de savoir que tout ça était enfin fini ! Cela faisait bien trop longtemps qu'il n'avait plus l'occasion de parler à James ou à Sirius ni même de les voir. Ils étaient sans cesse en train de s'entraîner et quand ce n'était pas le cas, c'était pour passer les examens d'entrée dans l'équipe. Lorsqu'ils rentraient le soir, Peter les attendait assis sur son lit, histoire de discuter un peu mais ils étaient tous deux tellement épuisés de la journé d'entraînement qu'ils s'écroulaient sur le lit et s'endormaient dans les dix secondes qui venaient. Bref, Peter ne les voyait plus.

Heureusement, Remus restait avec lui. Mais ce n'était jamais pareil d'être deux quand on a eu l'habitude d'être toujours quatre ! Mine de rien, leurs deux amis leur manquaient terriblement. Alors forcément, ce soir, c'était la délivrance pour eux ! C'est pour cette raison que Peter, qui était très fêtard, n'hésita pas à prendre part aux festivités, acclamant avec joie ses amis qualifiés et ceux de ses camarades qui l'étaient aussi.

Un masse informe déambulait, compacte, à travers les couloirs, comme un serpentin. En fait, ça tenait plus de l'oiseau que du serpent, c'était plus fluide, plus beau. Bref, ça tenait plus du phoenix que de la couleuvre. Il ne fallait pas oublier qu'ici c'était les rouges et or !!!

Les cris et les sons de trompettes ou de tout autre instruments bruyants résonnaient partout dans les couloir tandis que des hourras perçaient ici et là. Parfois, c'est ensemble que tous chantaient, acclamant leur espoir Quidditchien, brayant le plus possible. Un moment unique.

Peter était au coeur de ce chahut, trop heureux de pouvoir enfin s'amuser un peu. Il se retrouva bientôt en bordure et c'est alors qu'il tourna la tête vers l'extérieur de la masse compacte d'élèves dans laquelle il était, un grand sourire sur le visage, et qu'il aperçut Sarah. Sarah qui ne riait pas, Sarah qui était ailleurs, pensive, Sarah qui n'avait pas l'air bien du tout. Sarah qui était un peu en retrait, suivant la petite troupe sans pour autant avoir le coeur à la suivre. Sarah qui ressemblait plus à un fantôme, à une âme en peine, qu'à une Gryffondor acclamant avec joie la nomination d'une toute nouvelle équipe de Quidditch.

Le sourire de Peter disparut aussitôt et il fut pris d'envie de la rejoindre. Son instinct de protecteur qui se réveillait. Son amie n'avait pas l'air bien. Elle était toujours pour lui, il ne pouvait qu'être là pour elle, même s'il fallait pour ça abandonner les festivités. Il joua des coudes pour se frayer un passage à travers le groupe d'élèves pour la rejoindre mais ce ne fut pas de tout repos. C'était comme une vague qui l'emportait. Finalement, au bout de quelques minutes, il put s'extirper de la masse informe et, après avoir secoué ses vêtements froissés par réflexe (sans doute qu'il avait piqué à James à force de trainer avec lui) il rejoignit Sarah.

"Hey miss, tu en fais une de ses têtes ! Qu'est-ce qui va pas ?"

Il la regarda, l'air préoccupé, attendant une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Quand l'oiseau se met à l'écart du nid... [Sarah Coedwig] Ven 20 Aoû - 3:02

Aujourd’hui, on connaissait enfin les nouveaux membres des équipes de quidditch au château. Partout les noms s’étaient répétés de bouche à oreille. Partout on félicitait les représentants de chaque maison, on les encourageait pour les matchs et les entraînements à venir. Et partout, Sarah semblait entendre raisonner qu’elle avait été nulle.

Comme beaucoup d’autres, la jeune fille avait passée les sélections. Elle s’était beaucoup entraînée pour ça, dans les lueurs du petit jour, toujours levée dans les premières du château, pour profiter de la tranquillité du matin. Parfois elle allait courir aussi, pour améliorer son endurance. Peut-être était-ce idiot pour jouer au quidditch, peut-être que c’était une perte de temps, mais elle avait eut l’impression qu’elle se sentait mieux après ses courses...

Elle s’était donc présentée le traque au ventre, tremblotante à l’idée que c’était le moment ou jamais de faire ses preuves. Ce que Sarah préférait, c’était le poste de poursuivante. Elle s’appliqua, mais sans résultat. Jamais elle n’aurait avoué qu’elle appréhendait le résultat, mais c’était le cas, et il tomba durement dans ses oreilles.

Elle n’était pas prise. La jeune fille écouta respectueusement le nom des nouveaux représentants sportifs de gryffondor. Pas de doutes : elle les admirait autant qu’elle les enviait. Elle les applaudit avec une boule de déception au ventre. Elle était nulle. « Félicitations »... « Bravo » … « Au prochain match ! » sonnaient de tout les côtés mais elle entendait seulement qu’elle était nulle, nulle, et re-nulle ! Même les gens semblaient la regarder bizarrement : savaient-ils qu’elle avait tentée sa chance ? L’avaient-ils vu jouer ? Ne se moquaient-ils pas d’elles avec leurs sourires immenses ?

Peut-être pas. Mais c’est comme ça qu’elle le ressentait. Son esprit lui ramenait les images des épreuves pendant qu’une autre partie d’elle s’efforçait de les repousser. Elle analyserait son échec plus tard, si elle en avait le courage. Elle ne devait pas avoir le don pour jouer au Quidditch. Parce que c'était peut-être cela ? Peut-être fallait-il avoir quelque chose en plus dans le sang ? Dans les nerfs ou dans les tripes ? Non... non ! Il fallait qu’elle soit honnête avec elle-même se rappelait-elle : si elle s’était rétamée à la sélection, c’est parce qu’elle n’était pas douée à ce jeu. Qu’elle n’était pas aussi agile que les autres, ou pas assez rapide, peut-être pas capable de voler assez bien aussi !

Alors que ses pieds la menaient tous seuls, Sarah marchait la tête basse, les yeux tristes. Elle n’avait pas le cœur à rire et à faire la fête avec les autres, bien qu’en d’autres occasions elle ne se serait pas faite priée. Elle se demanda où était son frère. Il savait qu’elle comptait s’inscrire. Il allait apprendre qu’elle c’était craquée. Que penserait-il ? Est-ce que cela le décevrait autant qu’elle-même l’était ? Seamus était son petit frère et Sarah avait toujours voulut lui montrer que c’était une fille bien, lui donner de quoi être fière d’elle. Mais il fallait avouer, qu’il n’y avait pas vraiment de quoi.

Elle étouffait un soupir malheureux, s’apprêtant à quitter la masse rouge et or lorsqu’une touffe de cheveux blond émergea de la foule. La gryffone fit un sourire forcé à Peter :

- Rien, rien. Assura t-elle lorsqu'il lui demanda ce qu'il se passait.

Sachant pertinemment que le maraudeur la connaissait trop bien pour la croire elle lui fit signe de la suivre plus à l’écart. Ils se retrouvèrent bientôt un peu plus au calme tandis qu’elle lui tentait difficilement de lui expliquer.

- C’est assez bête en fait… S’excusa t-elle d’avance.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 23/07/2010
● MESSAGES : 53


MessageSujet: Re: Quand l'oiseau se met à l'écart du nid... [Sarah Coedwig] Ven 20 Aoû - 23:26

Peter s'était attendu au "rien, rien" éloquent de Sarah. Et évidemment, il ne comptait pas se laisser prendre à ce jeu-là ! Sarah ne pouvait rien lui cacher, il la connaissait trop bien. Et elle-même le connaissait trop bien pour savoir qu'il ne se contenterait pas d'un mensonge évasif.

Il s'empressa d'adopter une expression que la jeune fille ne lui connaissait que trop bien : le grand sourire "on me l'a fait pas à moi". Pas besoin de paroles. Entre Sarah et lui, il suffisait d'un regard, parfois même d'une grimace pour qu'ils se comprennent. Et la jeune fille avait parfaitement compris ce qu'il voulait dire par ce sourire-là.

Il ne cria pas intérieurement victoire lorsqu'ils s'éloignèrent pour parler, tout simplement parce qu'il savait pertinemment que Sarah aurait fini par lui dire. Ce n'était pas une surprise pour lui. Et puis, il ne l'aurait pas laissée tranquille sans savoir ce qui transformait son visage si habituellement souriant en une expression de désolation, peut-être de honte ? si marquée.

Il reprit son air sérieux, un peu inquiet, tandis qu'ils se mettaient un peu plus en retrait. Lorsque la jeune fille jugea qu'ils étaient assez loin pour se confier, elle commença avec des paroles qui firent sourirent gentiment le jeune maraudeur.

- C’est assez bête en fait…

Il s'empressa de répliquer, amusé :

- Oui, bien sûr ; et je suppose que ce n'est pas toi toute seule qui juge ça bête, que tu en as déjà parlé à quelqu'un et que cette personne t'as dit "Oh Sarah, ce que tu dis es vraiment très bête !" Tu sais, je crois que tu es trop dure avec toi. Et puis si c'est vraiment bête, eh bien tant pis, je suis prêt à tout entendre ! Dis-moi tout, sans prendre la peine de juger avant du contenu et laisse-moi te dire si oui ou non c'est bête, même si je connais déjà la réponse.

Ayant peur que Sarah n'adopte qu'une expression moyennement convaincue et qu'elle finisse par le contredire, il s'empressa de conclure :

- Alors ? Raconte-moi. Qu'est-ce qu'il se passe ? Je te connais, c'est pas ton genre de ne pas profiter d'une fête quand on a l'occasion de célébrer quelque chose ! Et aujourd'hui, l'humeur est plutôt à la fête, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Quand l'oiseau se met à l'écart du nid... [Sarah Coedwig] Sam 21 Aoû - 1:29

C’est sans étonnement qu’elle le vit la suivre. à vrai dire, elle avait tellement confiance en Peter qu’elle n’avait même pas imaginé qu’il lui dise qu’il avait autre chose à faire ou qu’il préférait faire la fête. Elle l’observa du coin des yeux. Certaines personnes avaient beau l’aimer moins que les autres maraudeurs, c’était largement son maraudeur préféré. Si la première fois où ils s’étaient parlé c’était quand elle l’avait défendu elle était toujours contente de voir qu’il avait pris un peu plus d’assurance. Maintenant, elle était certaine que si elle se trouvait dans la même position, il lui rendrait la pareille! Peut-être que c’était ça au fond, l’esprit de la maison de gryffondor : la loyauté. Peut-être même plus que le courage, parce que Sarah ne trouvait pas vraiment de courage en elle…

L’adolescent sur les talons, elle s’arrêta près d’une grande fenêtre. Pendant qu’elle l’écoutait parler, une vague de tendresse s'insinua en elle. Elle aimait quand il lui parlait de cette manière : franchement mais doucement. Ça lui donnait presque envie de se poser dans ses bras pour lui faire un câlin. Mais bon, Sarah n’était pas du genre à oser faire ça avec ses amis, et puis même, elle ne saurait pas comment s’y prendre... Pour se sortir cette idée de l’esprit, la sorcière fixa la forêt interdite du regard.

Etait-elle trop dure avec elle-même ? Peut-être mais elle détestait cet échec, et elle se détestait encore plus d’avoir échouée. Mais pourquoi ne s’était elle pas entraînée plus dur ? Quelle fainéante elle avait été ! Au fond, elle les comprenait bien d’avoir préféré choisir les autres. Ils étaient sûrement bien plus doués !

Sarah poussa un petit soupir avant de se lancer, toujours le regard dans l’horizon :

- Je me suis présentée aux sélections pour être dans l’équipe de quidditch. Comme tu t’en doutes, j’ai été recalée… C’est juste que… J’avais travaillée pour… Ce n’était pas pour la gloire ni pour être populaire ! Tu vois c’est juste que… J’aurais bien aimé servir à quelque chose pour une fois : être utile à la maison, et avoir de quoi être fière... Et puis, j’adore ce jeu, c’est tellement passionnant quand tu es dans un match et que tu ne pense plus à rien d’autre qu’à l’équipe et à la balle… Enfin voilà.

Elle s’arrêta, un peu gênée, plongeant son regard dans celui de Peter avant de détourner les yeux.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 23/07/2010
● MESSAGES : 53


MessageSujet: Re: Quand l'oiseau se met à l'écart du nid... [Sarah Coedwig] Sam 21 Aoû - 19:18

Sarah avait choisi de s'arrêter devant une des nombreuses fenêtres du château. Et à vrai dire, cela ne l'étonnait pas. Il vit la jeune fille plonger son regard dans les profondeurs de l'horizon et sut qu'elle allait parler à ce moment-là.

Il comprenait mieux maintenant ce qui pouvait tourmenter Sarah dans un moment pareil et il pensa à la gaffe qu'il venait de faire en annonçant qu'en ce jour, tout le monde était censé faire la fête. Tout le monde ? Oui. Mais pas les recalés... C'était pour eux une grande déception, évidemment. Peter n'y avait pas pensé avant parce que ses amis avaient été acceptés d'office. Mais il ne savait pas que Sarah s'était présentée... A vrai dire, il aurait dû y penser. C'était tout simplement une mordue de Quidditch et il ne l'avait pas croisée depuis un moment déjà... Depuis l'annonce de la date des sélections, plus exactement... Evidemment, comme Sirius ou James, Sarah avait dû se lancer avec acharnement dans les entraînements... Et finalement, elle n'avait pas été prise...

Peter l'observait avec attention, les yeux posés sur le visage fin de son amie qui elle, ne quittait pas le ciel tandis qu'elle parlait. Lorsqu'elle eut finie, elle se tourna vers lui et Peter se sentit déconcerté de la voir brusquement plonger son regard dans le sien.

Il ne prit pas la peine de réfléchir, les mots lui vinrent naturellement. Ca ne lui ressemblait pas du tout mais avec Sarah, c'était différent. Elle avait fait de lui quelqu'un de bien, quelqu'un de mieux. Avec elle, il ne se sentait jamais gêné ou mal à l'aise. Il était juste bien. Et c'était vraiment agréable.

Il répondit donc aussitôt, sans baisser les yeux.

- Okay, alors là, je t'arrête tout de suite : tu as de quoi être fière ! Et même beaucoup plus que la plupart des élèves de cette école. Tu n'es absolument pas inutile ! J'arrive pas à croire que tu puisses penser ça de toi ! Bon, c'est vrai que tu n'es pas du genre à t'envoyer des fleurs parce que tu préfères les orties (chacun ses goûts, cela dit, hein ?) mais de là à te rabaisser à ce point ! Sarah, sérieusement... Tu sers à quelque chose. Et si ce n'est pas à quelque chose, c'est à quelqu'un. C'est simple, tu m'es indispensable ! Et puis, tu es une véritable source de joie et de bonne humeur ! Tu fais sourire tout le monde, tu leur redonnes espoir ! Ce n'est pas une petite histoire d'équipe de Quidditch qui va te sapper le moral comme ça quand même ! Toi qui es le rayon de soleil qui se fraie un chemin entre les dernières gouttes de pluie de tout le monde ! Servir à quelque chose, non mais vraiment, qu'est-ce que ça veut dire ? On n'est pas à Poudlard pour servir à quelque chose ! Tu crois que je sers à quelque chose moi ? Je suis carrément lamentable ! J'ai aucune relation sociale, je suis toujours dans l'ombre de James, Sirius et Remus, le vilain petit phoenix ! Aucune popularité, aucune utilité, à part pour faire des conneries ! Tu crois que je vaux mieux ? Alors que toi, Sarah, tu es appréciée de tout le monde, tu as un frère qui t'adores, tu es une fille brillante, douée ! A côté de moi tu es carrément un astre flamboyant. Le problème, c'est juste que tu ne veux pas l'admettre parce que je sais pas moi, tu dois avoir eu un problème à ta naissance, tu n'arrives pas à te voir telle que tu es, une fille géniale qui n'a pas besoin de se prouver les choses.

Il s'arrêta un moment pour reprendre son souffle avant de poursuivre plus calmement.

- Le seul problème, c'est que tu as beaucoup bossé, et je comprends... c'est pas évident d'avoir perdu autant d'heures pour n'avoir rien au final. Mais est-ce que tu te rends compte du nombre de candidats qu'il y avait ? 7 années d'élèves entières réunies pour faire partie d'une même équipe qui n'a besoin que de 7 joueurs. Calcule un peu et tu verras, ça nous fait un joueur qualifié par année ! C'est du grand délire ! C'est super dur ! Pire que le concours de miss magie ! Ca n'a absolument rien à voir avec toi et tu n'avais pas besoin de ça pour te prouver que tu vallais quelque chose parce qu'il suffit de demander autour de toi et tu verras, tout le monde te dire que tu es une fille brillante. Tout te réussit ! Et toutes ces heures perdues, elles ne sont pas vraiment perdues, pas vrai ? Tu as aimé t'entraîner non ? Tu aimes voler, c'est ta grande passion, essaies de garder en tête ces bons moments que tu as passés sur ton balai, à t'entraîner par tous les temps, tu as forcément dû sentir de la joie monter en toi, de l'excitation ! Ca vallait pas le coup de vivre ça, même si au bout tu ne fais pas partie de l'équipe ?

Il marqua une pause avant de quitter son air grave pour afficher un grand sourire. Aucun doute sur le fait qu'il s'apprêtait à dire une bêtise, quand il faisait cette tête là, ça ne trompait pas !

- Et puis... Comme ça au moins tu pourras venir voir les match avec moi dans les tribunes ! Tu feras ma commentatrice ! Oh ! Mais j'y pense, t'as déjà demandé à faire commentatrice ? Ca te plairait pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Quand l'oiseau se met à l'écart du nid... [Sarah Coedwig] Dim 22 Aoû - 14:20

Sarah s’appuya doucement contre le mur de pierre. Le froid de la matière la fit à peine frissonner. Elle attendait que son ami lui réponde, et elle savait qu’il allait le faire. Ses bras se croisèrent nerveusement pendant qu’il se mettait à parler.

Comme toujours, la voix de Peter semblait atteindre directement son cœur. C’était comme s’il n’y avait aucune barrière entre eux. Comme si ses mots pénétraient dans esprit, coulant des ses oreilles et dans ses veines.

« Tu n'es pas du genre à t'envoyer des fleurs parce que tu préfères les orties (chacun ses goûts, cela dit, hein ?) » Sarah ne pu s’empêcher d’esquisser un minuscule sourire : le coin de sa bouche se souleva à peine, mais l’intention y était. C’est vrai qu’elle était peut-être un peu dure avec elle-même. Mais il fallait bien avoir un but non ? Elle avait l’impression qu’il lui fallait un objectif pour avancer, quelque chose qui la force à se dépasser, à s’améliorer. Et pour ça elle avait prise l’habitude d’exiger le plus possible d’elle-même. Quitte à se voir d’une manière objective. Voire un peu sombre. Elle se décevait toute seule en loupant les sélections…

Les paroles qui suivirent réchauffèrent le cœur de Sarah. C’était vrai que l’un et l’autre s’étaient devenus indispensables. En revanche, lorsqu’il se décrit comme le vilain petit phœnix, une lueur de révolte passa dans les yeux de la sorcière. Si les autres pouvaient voir Peter de la même manière qu’elle le voyait, et comme il était vraiment : loin d’être aussi associable que cela.

Un nouveau sourire fit frémir les lèvres de Sarah… Oui, c’était vrai qu’elle s’était bien amusée à tous ces entraînements. Mais savoir qu’elle avait tout fait pour ne pas être prise… Les larmes lui montèrent aux yeux. Elle aurait tellement aimé porter l’uniforme, elle aussi, plutôt que d’assister au match dans les tribunes. Elle hocha tout de même la tête : oui ça avait valut le coup de s’entraîner.

- Non, c’est Sirius le commentateur… Mais je serai ta commentatrice personnelle alors.

Sarah ressemblait un peu à une gamine comme ça : ses yeux étaient mouillés bien qu’ils ne versaient pas de larmes, mais elle souriait maintenant. Elle avait un peu honte d’être aussi faible. Elle observa l’air enjoué du maraudeur, et son sourire s’agrandit encore. Qu’est ce que devait penser les quelques passants qui la voyait mi-larmoyante mi-gaie ? Bah ! elle s’en fichait après tout. Suivant un nouvel élan de tendresse envers Peter, Sarah franchit la courte distance qui les séparait et passa ses bras autour du gryffon avant de poser sa tête contre son épaule (il avait beau ne pas être très grand, il arrivait à la dépasser).

- Merci Peter... Murmura t-elle. Elle reprit ensuite un peu plus vivement, mais toujours en chuchotant : Et puis tu n’es pas un vilain petit cana… Phoenix !
Revenir en haut Aller en bas

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 23/07/2010
● MESSAGES : 53


MessageSujet: Re: Quand l'oiseau se met à l'écart du nid... [Sarah Coedwig] Dim 22 Aoû - 17:04

Un léger sourire, mais alors, vraiment léger pour le coup. Presqu'imperceptible. Peter sentit le feu de la victoire monter en lui. Réussir à faire sourire, ne serait-ce qu'infimement Sarah, c'était une réelle victoire quand elle était dans cet état-là ! Il avait décidé de se fixer comme objectif de la journée de lui faire retrouver complètement son sourire radieux qui lui était si accoutumé.

Gagné ! Un deuxième sourire. Toujours aussi léger quoiqu'un peu moins. Peter avait bon espoir. Et il n'en était qu'au début !

Cependant, la suite inquiéta légèrement le garçon. Il avait vu défiler dans les jolis yeux de Sarah tout un cortège d'expressions allant de la colère à la tendresse, de l'amusement à... à la tristesse... Ses yeux, si profonds, si clairs, venaient de se troubler, se remplir de larmes. Une fine pellicule miroitante qui reflétait les lumières du couloir. Juste assez pour exprimer son infinie peine, pas suffisante pour chuter sur sa joue et s'exprimer au grand jour. Sarah était vraiment triste et cela faisait mal à Peter de la voir dans cet état.

Cependant, lorsqu'elle parla, sa voix ne se brisa pas. Elle avait une parfaite maitrise d'elle-même.

- Non, c’est Sirius le commentateur…

Et voilà pourquoi l'un des surnoms de Peter était "roi des boulettes". Non seulement il avait dit une bêtise, parce que ça devait faire encore plus de mal à Sarah d'en rajouter sur son malheur mais en plus c'était Sirius le commentataire ! Un de ses meilleurs amis et il était même pas au courant.

- Attends, quoi ??? Sirius est le commentateur ? Ce crétin m'a fait croire qu'il était attrapeur ! Mais quel imbécile, je te jure ! Et j'ai marché en plus ! Je devais avoir l'air fin, tiens, devant ces deux bênets de James et Sirius ! Rah lala, ils s'arrêteront jamais ! Et moi j'ai tout gobé tranquille dans Je suis sûr que Remus n'en a pas cru un mot et qu'il n'a rien dit ! Mais quel idiot j'ai fait ! Tu pourrais me dire pourquoi je les crois encore quand ils m'annoncent des trucs importants ? On ne devrait les croire que quand ils disent des conneries ! Au moins là, ils ne mentent jamais ! Rien n'est impossible pour eux quand il s'agit de bêtise ! Bon eh bien Sirius est commentateur alors... Tu vois bien que tu n'es pas inutile ! Si tu n'avais pas été là, j'aurais peut-être cru qu'il était dans l'équipe jusqu'au prochain match des Gryffondors ! Et encore, je suis sûr qu'ils auraient trouvé un moyen de m'y faire croire encore plus longtemps en disant que le commentateur était tombé malade et que Sirius avait dû le remplacer et se faire lui-même remplacer et j'aurais gober ! Enfin bref...

- Mais je serai ta commentatrice personnelle alors.

Peter sourit. Au moins, il avait réussi à lui offrir une alternative même si ce n'était pas grand chose ! Et puis, regarder les match avec une experte en la matière à ses côtés le motivait pas mal !

- Génial ! Comme ça tu vas m'apprendre des trucs ! Tu me parleras tactique, ça me permettra d'en mettre plein la vue à Sirius et James après ! Et puis, dis-toi qu'au moins si les Gryffondors perdent, tu n'auras pas l'occasion de te maudire et de reporter la faute toute entière sur toi et toi seule ! Oh non, ne dis pas le contraire, tu sais très bien que c'est ce qu'il se serait passé ! Tu as trop peu confiance en toi !

Ca y était, elle souriait. La fine pellicule recouvrant sa jolie pupille était toujours là mais ne glissait toujours pas et le sourire était intact. Un petit pas pour Peter, un grand pas pour Sarah. Il avait réussi à la faire sourire. C'était une franche victoire pour lui. Et son coeur rayonnait de voir son amie retrouver sa mine joyeuse. Il sourit de plus belle et Sarah le désarçonna en se glissant dans ses bras. Pour le coup, il avait beau connaître de la jeune fille, il devait bien reconnaître qu'il arrivait parfois qu'elle le surprenne. Cette affection soudaine, ce geste de tendresse le déstabilisa lui qui n'y était pas habitué et lui fit monter le rouge aux joues. Mais la jeune fille n'eut pas l'occasion de le voir, son visage appuyé contre l'épaule du Maraudeur. Une fois la surprise passée, il referma ses bras autour de la jeune Gryffondor et appuya sa joue contre ses cheveux bruns.

- Merci Peter...

Il ne répondit rien, se contentant de sourire en se disant que pour une fois, il avait peut-être servi à quelque chose.

- Et puis tu n’es pas un vilain petit cana… Phoenix !

Il laissa échapper un léger rire.

- Tu allais dire canard ? Toujours un peu de mal avec les adaptations de contes d'un monde à l'autre, pas vrai ? C'est à ça qu'on reconnait le mieux les nouveaux sorciers ! Je trouve ça vraiment chou d'avoir une même culture avec des mots différents. Il y a des moments où j'aimerais bien être né moldu. Au moins, tu as la chance de pouvoir vivre les deux, savoir ce que ça fait de vivre dans chacun d'eux séparément. Et puis, rien que pour la découverte du fait que la magie qu'on dédie aux enfants chez les moldus existe pour de vrai, je crois que ça vaut le coup !

Il ne comptait pas s'appitoyer sur son sort. Et puis cette position de petit phoenix ne lui allait pas si mal malgré tout. Au moins il ne s'attirait pas autant d'ennuis que les autres et les profs le supposaient souvent d'un bon fond et influencé par ses autres amis de Maraudeurs. Seul Peter savait que ce n'était pas de l'influence réelle. Il était aussi fautifs qu'eux tous et ça l'amusait tout autant. Mais passer entre les mailles du filet le faisait rire à chaque fois. Combien de retenues il s'était évité ainsi ! Après, il pouvait se moquer de Sirius et James avec une facilité déconcertante ! Et rien ne les faisait plus rager !

- Bon alors, qu'est-ce qu'on fait maintenant pour achever de te remonter le moral ? Dis-moi tout ce qui te donne envie, tout ce qui te passe par la tête, je promets de ne rien refuser ! Je suis ton humble serviteur pour la soirée, que ce soit pour ne rien faire du tout, sortir, faire la fête, qu'importe tant que ça peut te faire oublier tout ça et te remonter le moral !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Quand l'oiseau se met à l'écart du nid... [Sarah Coedwig]

Revenir en haut Aller en bas

Quand l'oiseau se met à l'écart du nid... [Sarah Coedwig]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A WINDOW TO THE PAST  :: 
LE CHÂTEAU
 :: 
LES ÉTAGES
 :: SIXIÈME ÉTAGE :: LE COULOIR AUX PORTRAITS
-