AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Danse avec moi ; Azaël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 04/08/2010
● MESSAGES : 64


MessageSujet: Danse avec moi ; Azaël Jeu 5 Aoû - 13:04

Le soleil se couchait sur le domaine du château. Les couleurs du ciel illuminant faiblement l'énorme parc de Poudlard. Et ils mangeaient tous, dans la Grande Salle, tranquillement, se racontant leur petite journée, leurs imbécilités. Etait-elle la seule à se sentir étrangement à l'écart des joyeusetés? Etait-elle l'unique à qui la vue seule de la nourriture dégoutait ?

Elle tournait, elle dansait, elle riait, tombait, se relevait...ou pas... autour de l'arbre le plus dangereux des lieux. Et lui se réveillait enfin, alarmé par ses rires ou ses chutes à répétitions sur ses racines, il bougeait !


- HAHAHAHAHA... Attrape moi ! ATTRAPE MOI !

Aaron sortit sa baguette d'un quelconque endroit, et, secouée d'un rire sans joie, envoya des flammes sur le tronc du saule.

- Réveille toi !

Complètement absente de la réalité, le rire d'Aaron lui arrachant ses faibles forces la fit s'écrouler une fois de plus, baguette enflammée. Elle se laissa tomber sur le dos, yeux fixés sur un ciel qui semblait tourner lui aussi, jouer, faire apparaitre d'étranges choses. Son bras secouait sa baguette dont l'extrémité brulait.. Que c'était beau...

La jeune femme en t-shirt et sous vêtements, qu'aucune autorité n'avait encore remarqué, gisait à présent sur le sol froid, les yeux fermés, un sourire aux lèvres. Remarqué ? Il fallait bien du courage et de la volonté pour ramener la jeune femme jusqu'à son dortoir. Et pourtant Dumbledore ne semblait pas vouloir s'en débarrasser, toujours prêt à voir le bon là ou il n'y en avait peut être pas.



Dernière édition par Aaron Thibault le Mer 22 Sep - 13:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 04/08/2010
● MESSAGES : 120


MessageSujet: Re: Danse avec moi ; Azaël Ven 6 Aoû - 0:21

    Azaël n’avait pas faim. Non pas pour des raisons digne d’un régime ou autre. Disons qu’il avait grignoté entre les repas. En l’occurrence, en cours de Sortilèges. C’était l’heure de théorie hebdomadaire. Donc il fallait écouter le professeur pendant une période dont le temps semblait bien plus lent qu’à la normale. Il jeta quelques coups d’œil à son parchemin vierge ainsi qu’aux parchemins noirs de lettres des autres élèves. Tant pis. Assis au fond de la classe, il dégusta des Chocogrenouilles, comme un petit garçon qui s’ennuie pendant que les adultes parlent. De temps en temps, il écoutait quelques brides des boniments du professeur. Et à chaque fois, une pensée lui venait à l’esprit. Une seule. « Sans blague… ». Il le savait déjà. Tout ce que le prof racontait était basique, élémentaire. Pourquoi faire un cours dessus, d’ailleurs ?

    Les poings enfoncés dans ses poches, il errait dans le parc, du côté du lac. Le soleil tentait désespérément de darder ses derniers rayons sur les cimes de la forêt Interdite, s’enfonçant inexorablement dans les terres. L’air était doux, quoiqu’imprégné d’une odeur étrange qu’Azaël n’arrivait pas à identifier. Pas encore, du moins. Il n’avait pas encore croisé âme qui vive depuis qu’il avait laissé ses amis dans la grande salle. Ceux-ci l’avaient obligé à prendre une pomme, histoire qu’il « se remplisse l’estomac ». Malheureusement, les Chocogrenouilles s’accaparaient tout l’espace, et il était incapable d’avaler quoi que ce soit d’autre. Il gardait donc sa pomme verte dans une poche. Au cas où. Par politesse, peut-être.

    Une petite voix criarde attira son attention. Un rire un peu fou, qui provenait de l’Est du parc. A la vue de l’arbre enflammé, il réagit au quart de tour et accéléra le pas. Le Saule Cogneur était en feu. Un semblant de fumée se soulevait de l’herbe, on dirait… Abandonnant sa retenue, il se mit à courir et arriva vite sur les lieux. Il traversa un nuage d’exhalaison et prit sur lui pour ne pas tousser. D’un sortilège informulé, il éteignit les flammes qui léchaient le tronc robuste et les branches de l’arbre, qui remuait comme un dément. Sans grande précaution, il dirigea sa baguette vers l’herbe qui se consumait. Puis tout se passa très vite. Il n’eut pas le temps d’apercevoir qu’il avait arrosé quelqu’un qu’il fut projeté quelques mètres plus loin. Idiot, songea-t-il. Comment avait-il pu rester aussi près du Saule en furie ?!

    Sa chemise blanche avait subi sa maladresse. Tachée d’herbe. Une des branches de l’arbre fou l’avait troué, au niveau du ventre. D’un bond, il se releva. Un peu étourdi par le choc, il mit quelques secondes avant de localiser la personne qui trônait dans l’herbe roussie. Il allait commencer à se répandre en excuses quand il aperçut ladite personne. Aaron Thibault. En T-shirt et sous-vêtement. Qui souriait aux étoiles, à présent trempée jusqu’aux os. Il ne put s’empêcher d’esquisser un rictus aussi amusé que blasé.

    - J’ignorais que tu étais pyromane en plus du reste.

    Il massa rapidement ses côtes meurtries et tendit une main à la jeune fille pour l’aider à se relever. Intérieurement, il paria qu’elle l’ignorerait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 04/08/2010
● MESSAGES : 64


MessageSujet: Re: Danse avec moi ; Azaël Ven 6 Aoû - 1:00

Le monde tournait encore. Tout était beau et serein. Pas d'ennuis, pas de peurs. Et si ses yeux avaient pu pleurer, ils l'auraient certainement fait, de joie. Il y avait bien longtemps que la jeune brune s'empêchait une telle faiblesse, tellement longtemps qu'elle n'en avait aucun souvenir. La faiblesse, les plaintes, les gémissements, pitoyables. La vie ne fait pas de cadeau, pleurnicher dans son coin ne mène cependant à rien.

La technique Thibault n'avait pourtant rien de plus honorable. Empêcher les pensées de naître, par tous les moyens, s'empêcher de penser pour s'empêcher de souffrir. Pas honorable? Qui pourrait pourtant blâmer Aaron, qui n'était qu'une enfant à qui le droit chemin n'avait jamais été montré ? Avaient-ils le droit, tous, de critiquer la vert et argent ?

Le saule près d'elle prenait feu, la température grimpait et son sourire s'élargissait, inconsciente des évènements, ou s'en fichant totalement. Déconnectée de la réalité, sous l'emprise de tout ce qu'elle trouvait, Aaron s'adonnait une fois de plus à l'autodestruction.

Azaël Stanwell approchait, sauvait la situation, l'arrosait. De l'eau...Ramenant ses mains à son visage heureux, elle s'essuya, sans se poser de questions, les yeux toujours clos. Sa chemise affichait les marques de son geste courageux, mais Aaron ne le verrait pas, ne l'assimilerait pas. Au son de sa voix, elle entrouvrit ses yeux maquillés de noir comme une pauvre enfant cherchant l'attention et elle lui sourit. Sourire large, sincère, était-ce elle même ou était-elle aidée ? Elle aperçut à peine sa main tendue et resta allongée dans l'herbe, le faiblement vent propageant une odeur de brulé , mais ne parvenant pas à faire ressentir un quelconque sentiment de froid chez la jeune fille. Insensible. Absente.

- Bonsoir ...

Gardant son sourire, elle l'avait salué d'une voix douce et lointaine. Ses yeux voulurent s'attarder sur son visage, analyser son expression mais elle en était incapable.






Qui cherche le plaisir ne trouve que des chaînes.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 04/08/2010
● MESSAGES : 120


MessageSujet: Re: Danse avec moi ; Azaël Ven 6 Aoû - 16:47

    Pari tenu.
    Les yeux lourdement maquillés d’Aaron s’ouvrirent doucement. Comme à son habitude, elle semblait ailleurs. Loin. Détachée de ce monde. Intouchable. Elle sourit. Il aurait pu penser qu’elle était heureuse, là, dans l’herbe mouillée et roussie, à sourire à la nuit naissante. Il aurait pu songer à la laisser se détendre, là, seule et tranquille. Pourtant, il savait pertinemment que son semblant de bonheur devait être le fruit d’une de ses poudres hallucinogènes. Elle était dans le flou, faible. Elle se sentait bien, selon Azaël. Il avait touché une fois à ce genre de saleté lors d’une soirée bien arrosée. Ivre, il ne se souvenait plus de ce qu’il avait ingurgité. Son seul souvenir était une quiétude et une joie incommensurable. Tout était rose, tout était parfait. Sauf le lendemain, évidemment. Il s’était réveillé plusieurs heures plus tard, étendu dans un couloir, nauséeux et abruti. Un vieux souvenir digne d’une catharsis.

    Pari gagné.
    Il put rabaisser sa main. Aaron ne semblait même pas l’avoir vue. Elle ne bougeait pas. Un sourire immuable aux lèvres. Le Serdaigle restait debout près d’elle, respirant le plus doucement possible pour ne pas souffrir de ses côtes. Elle devait avoir froid, en si petite tenue, trempée, couchée dans l’herbe. Mais elle ne s’en rendait surement pas compte. Enfin, elle articula un mot en tentant de le regarder. En vain. Elle était trop grisée pour se payer le luxe d’observer ce que bon lui semblait.

    - Bonsoir…

    Elle avait parlé doucement. Je ne suis pas sorti de l’auberge, pensait-il rapidement. Le Saule Cogneur s’agitait encore. Il faisait fouetter ses rameaux dans le vent. Quand un oiseau passait, il tentait de l’atteindre pour l’emmêler dans ses branchages. Maintenant qu’il avait regagné sa méfiance naturelle, Azaël évitait de faire des mouvements brusques, histoire de ne pas attiser la rage de l’arbre. En revanche, il ne pouvait pas contrôler Aaron – même sous l’effet des saletés qu’elle avait dans le sang. Sur un coup de tête, elle pouvait volontiers se lever pour jouer avec l’arbre, et, pourquoi pas, terminer sa calcination. Inutile de chercher des arguments solides : quoi qu’il dise, elle en aurait cure. Optons pour la simplicité.

    Il s’accroupit en prenant soin de ne pas offusquer sa cage thoracique. D’un ton lent et calme, il demanda :

    - Viens avec moi, Aaron… ne reste pas là. Ton ami le Saule ne va pas tarder à te balayer. Et moi avec.

    Cette fois-ci, inutile de parier. Il fallait déjà qu’elle percute le sens de ses paroles. Ensuite, il fallait qu’elle puisse parler ou esquisser un mouvement. Quelle que soit la réponse, Azaël savait que la réaction de la jeune fille serait des plus imprévisibles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 04/08/2010
● MESSAGES : 64


MessageSujet: Re: Danse avec moi ; Azaël Mar 10 Aoû - 18:22

Qu'était cette harmonieuse mélodie... Pourquoi la lune brillait-elle comme un soleil? La nuit, belle comme jamais , les envelopait, tout allait bien, tout irait bien. Aaron ne semblait avoir conscience de rien, qu'avait-elle encore fait?

Et surtout pourquoi ressentait-elle le besoin de le faire? Qui pouvait prétendre le savoir avant de juger? Personne. Pas même son frère était au courant ce que sa demie soeur avait vécu à Brooklyn avant d'arriver dans l'école de magie et d'être placée dans l'orphelinat qu'elle haïssait tant.

Tellement habituée à ces craces, leurs effets s'estompaient de plus en plus rapidement, peut être pourrait-elle lui tenir la conversations quelques heures plus tard... Comme si c'était son genre. Et pourtant Aaron était une jeune femme très intélligente, forte de ses expériences, vive et rusée, elle trouvait souvent la solution aux problèmes, excepté les siens.

Se rendait elle vraiment compte que le Serdaigle était là? La réponse ne pouvait être donnée. Elle avait néanmoins déjà oublié son altercation étrange avec le saule cogneur. Elle ne parvenait pas non plus à savoir le lieu dans lequel elle se trouvait. Pourtant le visage penché vers elle lui paraissait clair.

- Trucmuche...

Appellation idiote qu'il devait subir, mais qui avait au moins un avantage, celle d'être affectueuse. Le prénom du Serdaigle restant trop compliqué à prononcer lors des délires de la vipère.

- Tu chantes bien.

Il lui avait parlé, qu'avait-il dit ? Un râle s'échappa du corps inerte et elle ferma les yeux. Qu'avait-il dit... Les paroles résonnaient dans sa tête sans qu'elle n'en comprenne le sens. Un danger peut être. Elle rouvrit ses yeux qui luttèrent pour le regarder. Elle avait perdu son sourire, et, pitoyable, trempée, en petite tenue, sa main chercha son contact.

- Oui...

Elle avait déjà oublié à quoi elle répondait mais sa main agrippait à présent le bras du jeune homme, avec la faible force dont elle pouvait faire preuve. Elle entreprit de se relever avant de retomber lourdement sur le sol, les sourcils froncés. Une larme d'une provenance inconnue ruissela lentement sur sa joue.

- ...pas






Qui cherche le plaisir ne trouve que des chaînes.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 04/08/2010
● MESSAGES : 120


MessageSujet: Re: Danse avec moi ; Azaël Mer 11 Aoû - 14:28

    - Trucmuche...

    Il lâcha l’arbre des yeux et tourna la tête vers Aaron. Oui, il se reconnaissait lorsque la Serpentard utilisait cette appellation. Elle l’employait lorsqu’elle ne savait presque plus parler, et qu’un vrai prénom avait le don de lui écorcher les lèvres. Quand elle était incapable de prononcer ou se rappeler d’un nom. Effectivement, dire si elle se souvenait du prénom du Serdaigle - ainsi que du sien - s’avérait être difficile à croire. Enfin… on pouvait s’attendre à tout, avec elle. Le plus improbable était souvent le plus plausible. D’ailleurs, Aaron lui fit remarquer qu’il chantait bien. D’accord. Il s’imagina un court instant quel devait être le bordel qui vrombissait dans l’esprit de la jeune fille. Un capharnaüm.

    - Ça m’étonnerait… fit-il à mi-voix.

    Elle ferma les yeux. Il soupira et en profita pour toiser l’arbre qui ne décolérait pas. Ils allaient joyeusement se faire balayer. Le Saule se secouait tellement qu’il finirait par perdre toutes ses feuilles. Il avait mal vécu son début d’incinération, le pauvre bougre. Toujours accroupi, ayant du mal à maintenir la droiture qu’il s’imposait, il l’observait patiemment. Son sourire s’effaçait lentement, tandis qu’une de ses mains pâles et froides cherchait quelque chose. Elle marmonna quelque chose qu’il ne put comprendre. Finalement sa main quitta l’herbe et vint agripper le bras d’Azaël. Il lui servit d’appui pendant quelques secondes, le temps qu’elle tente se relever pour retomber plutôt violemment. Elle avait dû glisser, l’herbe était humide. Son air courroucé fut mêlé à une larme.

    - ...pas

    Elle ne connaissait pas le juste milieu, cette fille. Passer du rire aux larmes avec une telle simplicité… L’instant était mal choisi pour apprécier ses talents clownesques. Il fallait s’éloigner de l’arbre tout de suite. Avant qu’elle se remette à rire et à cramer tout ce qui bouge. Il se courba au dessus d’elle et attrapa sa baguette qui trônait dans une touffe d’herbe carbonisée. Tout en se relevant, il la glissa dans la poche arrière son jean. Par pur savoir vivre, il tendit ses deux mains à Aaron, accompagné d’un regard insistant, pour lui intimer de se relever. Bien évidemment, elle ne réagit pas.

    - Tu me facilites presque la tâche… lâcha-t-il, ironique. Allez, debout !

    Il se pencha et attrapa les deux poignets de la jeune fille. No signal. Totalement déconnectée, elle ne réagit toujours pas. Fin du savoir vivre. N’étant pas bien lourde, il n’eut pas de mal à la soulever. Il la tint ensuite à la taille, presque persuadé qu’elle l’arriverait pas à tenir debout. Il allait la ramener au château. Même si ça allait prendre du temps. Au pire, il pouvait utiliser la force. Elle n’avait plus sa baguette, et si elle ne se montrait pas coopérative… un craquement de bois sonore se fit entendre. Eh merde. Il ne préféra pas se retourner et, ni une ni deux, porta Aaron. Il se hâta de faire une dizaine de mètres. Derrière lui, ce n’était même pas un hameau ou une branche plus épaisse qu’une autre qui s’abattait à leur ancienne place. C’était le tronc du Saule Cogneur. Il reposa la Serpentard par terre, le regard fixé sur l’arbre. Intéressant, de se dire qu’on venait de frôler la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 04/08/2010
● MESSAGES : 64


MessageSujet: Re: Danse avec moi ; Azaël Mer 22 Sep - 15:07

Apparemment la fête était terminée, quelque chose poussait la jeune femme à le croire. Un bourdonnement dans sa tête l'empêchait d'avoir toute pensée claire, mais la première larme en entraina d'autres. Pourquoi pleurait-elle, elle en avait évidemment aucune idée, mais de la tristesse l'envahissait. Était ce parce que le Serdaigle décidait de l'éloigner de son ami l'arbre fou... était ce la fatigue, un effet secondaires de ses " poudres ", un souvenir, la situation? Aucune idée...

Elle gémit plusieurs fois, il essayait de la relever, et la terre semblait l'aimanter, elle retombait. Si seulement elle avait pu penser, elle se serait demandé pourquoi il était si gentil à ce moment là, elle qu'on disait peste et particulièrement mauvaise, elle qu'on fuyait , qu'on craignait. Aaron Thibault l'étrange fille de cinquième année, Serpentard. Serpentard, bien sûr, là ou finissent les "méchants". Était ce de cette façon qu'on aidait les gens? En les enfermant dans leurs problèmes et en les rejetant? Il était arrivé à la petite brune de réfléchir a la sois disant bonté du directeur, mais avant d'avoir pu arriver au bout de sa réflexion elle s'était jeté dans un néant magique.

Elle quitta finalement le sol humide, comment elle n'en sut rien. Elle ne se rendit pas non plus compte que le saule, furieux, s'écrasait de tout son poids à l'endroit même ou elle s'était trouvée un instant plus tôt, bien joué Trucmuche.

Elle retrouvait l'herbe, là ou tout tournait moins, parce que le spectacle avait beau être appréciable, il ne lui en donnait pas moins des nausées. Des sons à présent beaucoup moins mélodieux se faisaient entendre. Des sons aigus, à vous donner des envies de sauter par la fenêtre, des envies de s'enfoncer dans une eau pleine de requins. Les requins, Aaron ne les voyait pas, elle ne voyait plus rien. Du noir, et ce fut pour elle plus effrayant que n'importe quoi d'autre.

La frêle adolescente se mit soudain à hurler, et, retrouvant ses forces, s'agita dans tous les sens. L'effet de ses " merdes " s'achevait-il? Pourquoi cette crise? Affolée, elle lâcha une note stridente qui voyagea dans la sombre atmosphère du parc, les larmes coulant toujours. Un déchet, un déchet humain, elle avait une fois entendu cette appellation, avant de filer dans les toilettes des filles et de mettre fin à ces paroles qui résonnaient dans sa tête.

-






Qui cherche le plaisir ne trouve que des chaînes.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Danse avec moi ; Azaël

Revenir en haut Aller en bas

Danse avec moi ; Azaël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A WINDOW TO THE PAST  :: 
EXTERIEUR DU CHÂTEAU
 :: 
LE PARC
 :: SAULE COGNEUR
-