AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Heho ? Y a quelqu'un ? Je les aurais un jour, je les aurais *-*

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 08/12/2010
● MESSAGES : 16


MessageSujet: Heho ? Y a quelqu'un ? Je les aurais un jour, je les aurais *-* Mer 13 Avr - 0:16

-Heho ? Y a quelqu'un ?

Margaret soupira, évidemment qu'il n'y avait personne, qui trainerait au 5eme étage près du placard a balais ! Elle se massa l'épaule (enfin elle faisait comme elle pouvait), ils lui avaient fait drôlement mal ces satanés serpentards de malheurs !!! Quelques uns de ces gros lourdingues de 7eme année de l'équipe de Quidditch. Pffffffffff ils étaient plus nombreux et plus baraqués. En repensant a la scène elle sourit et souffla légèrement sur ses mèches roussies ... oui un peu brulées. Heho elle ne s'était pas laissée faire !

Alors qu'elle se dirigeait vers l'escalier du 6eme étage, elle avait entendu des bruits venant de la salle, piquer par la curiosité, elle n'avait pu s'empêcher de regarder et maintenant elle s'en mordait les lèvres.
En la voyant ces débiles de serpentards s'étaient regardés, leurs bouches s'étaient tordues en un rictus flamboyant, ils se tournèrent vers elle lâchant leur première victime, qui s'empressa de déguerpir en poussant Margaret qui failli tomber, les yeux immenses remplis d'étonnement. Alors qu'ils se dirigeaient vers elle, comprenant ce qui allait se passer, elle eu un réflex et sortit sa baguette qui s'illumina.
Au premier jet, elle voulu repartir en arrière en courant. Elle ne faisait pas le poids bien que sa fierté en prenne un coups. Mais ils avaient été plus rapide et l'un d'entre eux l'attrapait au coude alors que les autres aidaient celui qui s'était pris le sort de Margaret (pas méchant du tout hein n'allez pas vous imaginer n'importe quoi --' ). Le jeune homme la ramena brutalement en arrière. Margaret pu apercevoir de magnifiques yeux emplis de colère, dommage que ce soit un serpentard. Ils l'emmenèrent ensuite vers le placard non sans difficultés, ainsi que quelques coups ( sans oublier les sorts qui partaient dans les airs venant des deux camps ... pas méchant non plus hein ^^' ). Et vous connaissez la suite, elle s'était retrouver la dedans et maintenant elle attendait debout depuis un bon bout de temps avec des crampes aux mollets.

De plus, il était totalement inutile d'essayer d'ouvrir la porte de se fichu placard a balais, la porte était verrouillée avec un sort, elle en était la principale témoin ... et la principale victime --'.

MAIS QU'EST-CE QUI LUI AVAIT PRIS DE PASSER PAR LA !!! Nan mais franchement, c'était pas elle qui devait se retrouver la dedans ! Grrrrrrr Margaret enrageait intérieurement ... Néanmoins elle décida de continuer à appeler ... mais un grave dilemme se posait-a elle : devait-elle appeler fort pour qu'on l'entende, au risque de se ridiculiser si VRAIMENT on l'entendait. Ou alors au contraire ... OH et puis zut elle n'allait pas rester toute la journée a réfléchir la-dessus enfermée dans un placard à balais !

-Y a quelqu'un ?! Heho y a personne dans le coin !!

...

5 min plus tard

...

-WOOOOOOOO Y QUELQU'UN OU QUOI !!!

Non apparemment il n'y avait personne mais cela n'étonna pas Margaret pour autant.

Et non mais attend ! C'est elle ou elle entendait des bruits de pas ?! ALLELUIA, qui que se soit elle lui sauterait dessus si cette personne la sortait de là ! >< (oh yeaaaaaaah). Et si c'était un serpentard (peut importe soit-il ou elle) il se prendrait une bonne gifle en plus (et oué Margaret déteste les serpentards Twisted Evil et les met tous dans le même panier... sauf exception, ce qui reste quand même un gros défaut).

Elle écouta attentivement, l'oreille plaquée contre la porte du placard, les bruits de pas se rapprochaient, un peu plus toujours un peu plus.

Le moment tant attendu arrivait enfin *u* ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 26/03/2011
● MESSAGES : 53


MessageSujet: Re: Heho ? Y a quelqu'un ? Je les aurais un jour, je les aurais *-* Ven 15 Avr - 19:43


    Toute journée exceptionnelle a commencé comme une journée plutôt banale. On se réveille, avec plus ou moins de facilités, tout dépend de la nuit qu'on a passé et surtout des choses qu'on a à faire dans la dite-journée à venir. Parfois, on s'arrache du lit avec facilité -surtout si il est 12h, qu'il y a du soleil et qu'on n'a rien de prévu sauf d'aller déjeuner avec LE mec ultra super mignon qu'on veut absolument draguer avant le début de l'été- d'autres fois, il est possible qu'on mette un peu plus de temps à se lever, à repousser les draps et à finalement se diriger d'un pas lourd vers la salle de bains pour s'y débarbouiller, se faire beau ou belle -c'est au choix selon le sexe de l'individu- et puis finalement, prendre un petit-déjeuner … L'ordre a peu d'importance, chacun son truc, sa routine, évidemment.

    John quant à lui, se levait avec assez de facilité, sauf les lendemains de fêtes où là, évidemment -ou pas évidemment, tout dépend les personnes, là encore- il était d'une humeur de chien si il devait se réveiller plus tôt qu'IL ne l'avait formellement décidé la veille, selon son heure de coucher. Celle qui s'aviserait de vouloir le mettre sur pied trop tôt aurait le droit à une belle soufflante -bon, excepté si c'était sa petite amie, là il faisait un effort pour ne pas hurler sa rage accumulée et se contenter de râler un petit peu pour la forme. Et puis ensuite, hop, il se dirigeait presque machinalement vers la Grande Salle. Venait l'heure de petit-déjeuner. Du salé souvent. Oeufs, bacons, toats beurrés, voilà de quoi notre jeune ami décidait de se régaler. En avant pour une journée.

    Les journées exceptionnelles commencent toute de la même manière. Un réveil. Réussi. Ou non. Les journées médiocres également. Finalement, le commencement ne fait rien, il n'y a que la trajectoire qui compte. Et celle de John prit une forme bien déterminée ce jour-là. Ses pas l'amenèrent non loin du cinquième étage. Il avait pour but de récupérer un livre dans une salle de cours qu'il avait bêtement oublié. Ce qui était fort dommageable puisqu'il avait un devoir à faire sur ce sujet pas plus loin que le soir-même. Rentrant dans la salle -non pas en sautillant comme un petit lutin mais avec tout le naturel viril qui était sien- il avait récupéré son livre et s'en était sorti, prêt à retourner vaquer à ses affaires.

    En réalité, il n'en eut pas le loisir. Bien dommage … Mais entendre une belle voix crier à l'aide, cela réveilla les instincts de preux chevaliers de John qui n'hésite pas à un instant, se rendant là où la voix se faisait entendre. Si il y avait quelqu'un ? Lui évidemment ! John s'approcha, le bruit de ses pas se faisant entendre dans le couloir. Apparemment, cela provenait … Du placard à balais ! Il écarquilla les yeux, mais finit par parler:

    -Oui, c'est John ! Que se passe-t-il ? Qui est-ce ?

    Il n'avait pas bien reconnu la voix qui s'échappait de cet immonde placard où on rangeait plus souvent des balais et autres serpillères que des jeunes filles à la voix … plus ou moins douces selon les instants. A en croire les cris, elle devait être enfermée. Le jeune homme essaya d'ouvrir la porte manuellement, mais elle était belle et bien coincée. Tirant sur le loquet, il essaya de forcer, mais rien ne bougeait. Se décidant à sortir sa baguette, il lança un sort nommé Alohomora, qu'on apprenait très jeune à Poudlard. Un sort de débutant. Un léger déclic se fit entendre et John se recula tout en ouvrant la porte d'un geste ample. La victime en son sein allait pouvoir sortir, tel un papillon qui éclot après des jours dans une chrysalide. John espérait cependant que la jeune fille à l'intérieur n'avait pas eu à rester dans le petite cabinet bien longtemps.

    Époussetant légèrement sa chemise, il se tenait bien droit. John n'était pas du genre à se prendre la tête sur les vêtements à mettre et cela tombait bien qu'il eut à porter un uniforme. En vérité, cet uniforme le mettait amplement en valeur et il n'avait certes pas besoin de se mettre en avant par de quelconques détails futiles. Son regard profond se portait sur l'habitant du placard à balais, un léger sourire aux lèvres. Il était certain qu'elle aurait beaucoup de choses à lui raconter, avant même de savoir qui elle était.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 08/12/2010
● MESSAGES : 16


MessageSujet: Re: Heho ? Y a quelqu'un ? Je les aurais un jour, je les aurais *-* Ven 15 Avr - 23:56

Des coups de poignée résonnèrent dans le -petit ou plutôt très petit- placard à balais (maintenant Margaret pouvais juger de l'espace du placard). ENFIN, enfin on venait la libérer et franchement c'était pas trop tôt, mais comme on dit mieux vaut tard que jamais ... enfin tôt c'est toujours mieux --'. Quoi qu'il en soit c'était pas en essayant avec la poignée que le placard allait s'ouvrir (petit conseille hein ! si quelqu'un est enfermé dans un placard en général la porte s'ouvre pas facilement ... sinon ça serait pas drole hahaha --').

Alohomora ... BIIIIIIIIEEEEN

3, 2, 1, ouverture des portes ... tiens, il nettoie son uniforme ? euh c'est pas ce que Margaret appelle une "entrée" mais peut importe après tout n'est-ce pas ? Ce Charmant jeune homme (Margaret n'ayant pas pris le temps de regarder son visage, c'est vraie après tout c'est pas la première chose qu'on fait en sortant d'un placard a balais ...simple supposition) l'avait sauvé !!!

Se jetant en avant les bras tendu vers son preux chevalier elle lui lança un :

-MEEEEERCIIIIIIIIIIIIIIIIII

Avant de lui retomber dessus et de s'écraser tous deux assez violemment sous une pluie de balais brosse.

-Aïe

Le dernier balais venant de retomber sur la tête de Margaret avant de rejoindre ses compagnons. Cette dernière se recoiffa et décrocha un magnifique sourire a s'en décrocher la mâchoire, son sourire habituel quoi.

-Aïe

Cette fois c'était sa crampe au mollet qui reprenait, à force d'être restée debout dans le placard. Elle était assise par terre, et elle se pencha en avant pour s'étirer, de manière a ce qu'on ne puisse distinguer son visage avec tous ses cheveux qui lui retombaient dessus.
Le gentleman à l'origine de la ... la libération de Margret (on va dire ça comme ça hein), c'était transformée en victime de sa sortie, il était dans un état comme qui dirait ... hmm perturbé? choqué? C'est vraie que c'est pas tous les jours qu'on libère une personne d'un placard à balais surtout quand elle vous saute dessus en vous criant dans les oreilles et en vous envoyant un de ses magnifiques sourire .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 26/03/2011
● MESSAGES : 53


MessageSujet: Re: Heho ? Y a quelqu'un ? Je les aurais un jour, je les aurais *-* Mer 20 Avr - 19:26


    Ah bah, il semblait assez évident que la Miss qu'il allait délivrer serait bien contente d'être délivrée. A moins, c'était aussi une possibilité, qu'elle considère que de voir John Dawlish à sa sortie de sa prison -relativisons ce mot- et qu'elle ne se mette à hurler et ne referme bien vite la porte qu'il venait d'ouvrir par un petit sort. Ce n'était pas bien compliqué, d'ailleurs.

    John se demanda pendant quelques secondes pourquoi la jeune fille ne l'avait pas fait par elle-même. Etait-elle dépourvue de baguette ? Etait-ce donc ceux qui l'avaient fait rentré de force dans ce cagibi minuscule qui lui avait aussi pris sa baguette ? La pauvre petite devait être assez traumatisée et le jeune Serdaigle se serait presque attendu à voir la petite chose qu'il venait de sauver fondre en larmes et il aurait alors pu la prendre dans ses bras avec toute la douceur qui peut exister en lui.

    Ce n'est pas du tout ce qui arriva. John reconnut à peine Margaret tant elle fut rapide pour se jeter sur lui et le prendre dans ses bras. Un peu gêné, un peu pataud, il répondit à cette étreinte qui était tout ce qu'il y avait de plus spontané, pressant doucement les épaules de la jeune fille sur sa propre poitrine. Humpf, il n'était pas forcément aussi enthousiaste, mais c'était tout simplement une question de tempérament. John était plus calme, plus posé, plus réfléchi. Certes, il avait un côté tête brûlée qui savait s'exprimer, mais dans ce genre de situations, c'était plutôt son côté Serdaigle qui prenait le dessus.

    Mais cela ne dura pas longtemps car tous les balais du placard venaient de leur tomber sur la tête. John en reçut un sur le coin du crâne et lâcha un sombre juron, tout en se mordant les lèvres pour ne pas insulter tout ce qui ressemblait à un être vivant dans les parages, y compris les seaux et les balais. Il avait eu mal. Mais il prendrait sur lui, évidemment.

    Margaret eut un petit sourire, que John jugea un peu allumé, mais il n'en dit rien, se contentant de la regarder et attendant que son crâne cesse de lui faire savoir qu'il venait de se prendre plusieurs coups de balais en bois sur le cerveau. C'est comme les têtes au foot: il devait bien avoir perdu quelques centaines de neurones. Heureusement qu'il était plutôt doué de ce côté-là, hein ?

    Soudain, il vit la jeune fille qui était assise par terre. Elle avait l'air d'avoir mal, mais où ? John la regardait, un peu bêta sur le moment, mais ne voyant pas son visage, il ne savait pas trop comment il était censé agir. La laisser ainsi et partir serait d'une indélicatesse certaine, s'asseoir à ses côtés pouvait paraître stupide, rester debout à la regarder l'était également.
    Finalement, il opta pour se mettre à genoux, juste devant elle. Relevant les cheveux qu'elle avait dans les yeux, John la fixa quelques secondes de son regard gris et profond, réfléchissant à ce qu'il pourrait lui demander qui prouverait qu'il s'intéressait à elle mais sans tomber dans le cliché d'un mec béat devant une fille qui a l'air de souffrir. Il se décida finalement pour du archi-classique mais avec une voix plutôt douce:

    -Tu t'es fait mal ?

    Il voyait bien mieux son visage maintenant qu'il avait retiré les cheveux qu'elle avait eu devant les yeux. Et c'était aussi bien ainsi. Même si il avait une petite amie, cela n'empêchait pas John d'apprécier la beauté féminine, y compris chez Margaret. Il avait toujours trouvé que la jeune Gryffondor avait un charme piquant très agréable et ses sourires étaient suffisamment hors du commun pour qu'il fasse attention à celle qui les prodiguait. Toutefois, curieux, il continua dans sa lancée de question:

    -Il s'est passé quoi ? Qui a osé t'enfermer là-dedans ?

    John considérait qu'il fallait soit être totalement taré, soit avoir quelque chose de grave à reprocher à Margaret Dykelen pour l'enfermer dans cet endroit absolument pas attrayant. Du moins, de son point de vue. Il avait hâte d'entendre les explications de la jeune femme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Heho ? Y a quelqu'un ? Je les aurais un jour, je les aurais *-*

Revenir en haut Aller en bas

Heho ? Y a quelqu'un ? Je les aurais un jour, je les aurais *-*

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A WINDOW TO THE PAST  :: 
LE CHÂTEAU
 :: 
LES ÉTAGES
 :: CINQUIÈME ÉTAGE :: LE PLACARD A BALAIS DU 5EME ETAGE
-