AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I hear the crystal raindrops fall (John&Rab')

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 20/03/2011
● MESSAGES : 59


MessageSujet: I hear the crystal raindrops fall (John&Rab') Lun 28 Mar - 0:41


John&Rabastan

I hear the crystal raindrops fall


Pourquoi était-il là ? Il aurait tout aussi bien pu rester dans son chez lui momentané ou encore se rendre chez un ami. Mais c'était sans compter sur les derniers évènements. Son frère, celui avec qui Rabastan passait le plus clair de son temps avait dû disparaître. Oh c'était l'histoire de quelques jours, le temps de se faire un peu oublier. Le Lord l'avait envoyé en mission. Les récents évènements avaient révélé l'ainé Lestrange comme un partisan des forces des ténèbres. Son petit frère n'était lui que fortement suspecté, à raison ou à tord... La suite le dirait. Mais le fait est qu'il n'avait plus son frère dans les parages et que son meilleur ami Jonas était occupé ce soir. C'était là, la véritable raison de la présence de Rabastan dans les rues de Pré-au-Lar. Etait-il déprimé ? Certainement pas.. Juste un peu seul pour une fois, solitude qu'il comptait bien apprécier en allant boire un verre ou deux. Levé très tôt, il avait passé la matinée à vagabonder dans les rues, un peu plus malfamées que celle-ci cependant puis était rentré chez lui. Il s'était plongé sous une montagne de bouquins toute l'après-midi et ce fut vers 19h qui décida de ressortir.

Cette pièce de son appartement était la plus spacieuse en arc de cercle. Tout l'arc de cercle, avec en son centre la porte d'entrée, n'étaient qu'une d'énorme bibliothèque habitée par des livres de toutes sortes. Sur le côté « plat » de la pièce, existait une très grande fenêtre avec vue imprenable sur Londres. Devant cette fenêtre trônait un bureau, lui tournant le dos, Rabastan y était assis, plongé dans un autre livre. La seule lumière existante venait de la petite lampe de bureau. Le jeune homme leva la tête du livre et le referma calmement avant de le redisposer bien droit devant lui comme l'aurait fait un maniaque. Il tourna la tête en arrière sans trop bouger ses épaules qui restèrent elle, presque face au bureau. Il jeta alors un œil dehors mais la vitre était rendu opaque par la lumière venant de l'intérieur. Sa main chercha alors le petit bouton et l'éteignit sans que ses yeux ne quitte la fenêtre. La lumière intérieure éteinte, celles de la ville s'illuminèrent alors dans les yeux du sorcier. Ses yeux s'accommodèrent à la pénombre et il put bientôt admirer pleinement la vue extérieure.
Il resta ainsi quelques minutes avant de se lever du bureau. Il prit son livre et le rangea méticuleusement à sa place avant de sortir de l'immense pièce. Il se rendit dans la chambre et y prit sa cape. Il la fit tourner autour de ses épaules et mit la capuche sur sa tête avant de se rendre dans les rues. Il transplana dans les rues de Pré-au-Lar et arpenta quelques minutes les rues bien qu'il sache pertinemment où se terminerait sa soirée : Les trois balais.

Il admira les pavés mouillé puis la lumière des lampadaires et leur reflet dans l'eau. Ses pas frappaient d'une démarche assuré le sol de Londres, sa cape virevoltant derrière lui et sa capuche préservant son identité. Sa baguette bien rangée il entra dans le bar de Mme Rosmerta. Un tout autre sorcier aurait alors enlevé sa capuche mais il se contenta de faire quelques pas, de saluer la gérante avant de s'avancer encore un peu. La table à laquelle il avait pour habitude de s'assoir était prise... C'était sa table pour la simple raison qu'elle était elle plongée dans la pénombre au fin fond du bar et qu'il pouvait là-bas faire tomber sa capuche, s'il se mettait bien dans l'ombre. Il fronça les yeux et observa le jeune homme qui y était assis. Rabastan le reconnu. Pas comme quelqu'un qu'il connaissait mais comme un visage déjà croisé. Sa maladie, l'hypermnésie lui permettait de ne rien oublier, rien du tout. En une fraction de seconde, des images des fois où il avait croisé ce visage passèrent dans les iris du mangemort, à une vitesse incroyable, replaçant le visage dans le contexte de Poudlard. C'était donc un élève. Peut-être l'était-il encore.
Le mangemort n'étant pas du genre à changer ses habitudes, il se dirigea vers la table après avoir demandé une bierreaubeurre à la gérante. Il prit place comme à son habitude, sans demander la permission, sur la chaise la plus reculée. Il n'adressa pas un mot à celui qui l'avait précédé.
Il fit tomber sa capuche en arrière et attendit en silence, le visage dans l'ombre que la gérante lui apporte sa chope.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 26/03/2011
● MESSAGES : 53


MessageSujet: Re: I hear the crystal raindrops fall (John&Rab') Lun 28 Mar - 22:40


    John Dawlish avait les mêmes permissions de sortie que les autres élèves de Poudlard, ni plus, ni moins. En conséquence, il essayait de profiter des trop rares occasions -trouvait-il- qui lui était donné, pour sortir, boire un coup, s'amuser, passer un bon moment avec des amis. D'ailleurs, depuis qu'il était majeur, il trouvait cela encore plus facile à mettre en œuvre. L'alcool lui était procuré de manière assez facile, auparavant, mais désormais, il n'y avait même plus besoin de réfléchir à comment s'en procurer: s'en acheter était une chose facile et anodine. Banale.

    De plus, pas besoin d'autorisation de sorties de ses parents pour se rendre à Pré-Au-Lard donc aucune raison de n'importe quelle sorte qu'il ne puisse pas s'y rendre. Les punitions c'était du passé … Et de toute façon, il vivait seul avec sa mère, donc aucune chance qu'elle ne lui interdise ce genre de sorties. Sa maman était une moldue, et de ce côté là, elle lui faisait entièrement confiance. Comme il lui vouait lui aussi une confiance absolue, pleine, sans compromis. Ils avaient du faire face à bien des événement à deux, depuis que Auxence Dawlish avait cessé d'assurer ses fonctions de père et de compagnon … Bien des années auparavant.
    Maintenant, pour le jeune homme, ce n'était plus une blessure aussi vive. Il s'était habitué à cette vie privée d'une affection et d'une direction paternelle. Et désormais, c'était un schéma qu'il appréhendait parfaitement. Cet aspect de sa vie le touchait plus profondément dans sa vision de l'avenir. Il n'aurait pu envisager, par exemple, de ne pas tenir son rôle de père, si d'occasion, sa petite amie était enceinte par exemple …

    Pour le moment, le problème ne se posait pas: il n'y avait personne qui jouait ce rôle et donc aucun risque présent pour qu'une quelconque fille tombe enceinte … de lui évidemment. La vie d'un individu est toujours marquée par ces expériences passées et présentes, tout comme son caractère. C'était également le cas de celle du jeune homme. John Dawlish avait subi, vu, les violences faites à sa mère, alors qu'il n'était encore un enfant. Il lui en resterait toute sa vie des stigmates et il faudrait toute une vie également pour découvrir lesquelles.

    Mais on ne peut pas ressasser toute sa vie le passé. John n'était donc jamais le dernier à sortir, à aller s'amuser. Ce soir-là, il avait donc pris comme lieu de prédilection, comme point de rendez-vous même, les Trois Balais. Des amis à lui devaient le rejoindre vers vingt heures, mais il avait fini ce qu'il avait à faire à Pré-Au-Lard, c'est à dire acheter des cochonneries à déguster dans les dortoirs. Il ne lui faudrait pas longtemps pour les finir, d'ailleurs … Comme il était en sortie, le jeune homme avait revêtu un pantalon noir très classique et une chemise blanche, tout aussi classique. L'originalité vestimentaire, très peu pour le jeune Serdaigle.

    Il était donc arrivé assez tôt dans le bar et avait pris d'assaut une table au fin fond de la salle. Tranquillement à l'écart du monde, mais pas bruit, malheureusement. Seul, il avait commandé une hydromel, vieilli en fût, s'il-vous-plaît. Alors qu'il pensait tranquillement rejoindre son monde intérieur -philosophie, sors de mon cooooorps- le jeune homme vit bientôt un individu qui ne lui était pas tout à fait inconnu arriver près de lui. Bon, sur le moment, il ne le reconnut absolument pas car l'homme était encapuchonné. Mais bientôt, il retira ce qui lui servait de cache-identité et John put l'observer. Discrètement, évidemment, il n'était pas fou au point de dévisager qui que ce soit.

    Toutefois, c'était sa table. Celle qu'il avait réservé, entre autre, pour ses compagnons. John n'hésita donc pas:

    -Excusez-moi ? Je peux vous aider ? A vrai dire, j'avais réservé cette table, j'ai des amis qui doivent arriver, ça ne vous gênerait pas d'aller ailleurs ?

    C'était dit avec diplomatie, puisqu'il s'agissait là d'une première approche. Passant une main dans ses cheveux puis s'emparant de sa chope d'hydromel, il en but une gorgée attendant de voir quelle allait être la réaction de l'homme. Pour être franc, John sentait qu'il s'était mis là, exprès. Dans quel but ? Le jeune homme n'en avait aucune idée. Il n'allait de toute façon pas tarder à le savoir, si il en jugeait au profil de son interlocuteur. On ne pourrait pas lui reprocher d'avoir fait les choses avec calme, dans un premier temps ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 20/03/2011
● MESSAGES : 59


MessageSujet: Re: I hear the crystal raindrops fall (John&Rab') Jeu 31 Mar - 18:51

Une pluie battante s'était abattue sur Londres et ce genre de chose n'était pas rare dans ce pays. Elle venait souvent heurter le pavé dur des rues piétonnes et engorger les caniveaux lorsqu'elle ne montait pas encore sur les trottoirs. On pouvait entendre les rafales de gouttes s'abattre sur le toit et les fenêtres lorsque le vent les amenait à venir claquer tout contre. Rabastan avait commandé une bière à la gérante puis s'était installé à sa table habituelle sans un mot et sans un bruit si ce n'est celui de l'étoffe tombant de sa tête sur ses épaules. Son visage plongé dans l'obscurité était imperceptible pour les autres personnes présentes dans le bar à l'exception du jeune homme assis non loin qui lui devait pouvoir en discerner les traits, que partiellement cependant.
Il était ensuite resté ainsi en silence, écoutant les conversations puis se désintéressant.
Son esprit se concentra sur les bruit de la pluie qu'il put alors comme décomposer comme une couleur auditive, distinguant chacune des gouttes. Le son s'intensifiait par moment, les gouttes devenant de véritables tambours puis au contraire s'adoucir pour n'être plus qu'une mélodie crystalline.

Il fut sorti de ses pensées par le jeune homme assis à la même table. Il aurait aussi bien pu ne pas écouter ce qu'il lui avait dis, c'était prévisible. Lorsqu'un type s'assoit exprès à votre table, la première question est pourquoi et la seconde est de lui demander de changer de table lorsque l'on attend quelqu'un.
Rabastan tourna les yeux vers le jeune homme.

« En réalité, ça me gênerait. Je m'assois toujours à cette table qui est parfaite pour boire un verre tout en passant inaperçu. D'ordinaire cette table et libre, je suis bien désolé de vous y trouver avant moi, mais je crains qu'on doive se tenir compagnie. » Fit le mangemort avec assurance. Il ne bougerait pas, c'était un fait. On aurait pu le prendre pour un fou, un toqué avec des habitudes aussi indécrottable qu'un autiste chez les moldus mais c'était comme ça.
Le jeune homme s'était montré diplomate, aussi la réponse se devait de l'être également.
La gérante apporta la bierreaubeurre « voilà Mr Lestrange ». Elle n'avait pu voir son visage mais n'en avait pas besoin pour le reconnaître. C'était sa place. Chaque fois qu'un homme mystérieux encapuchonné s'asseyait à cette table, à cette place en particulier, sur le siège le plus reculé dans les ténèbres, alors c'était Rabastan, cela ne faisait nulle doute. Rabastan la remercia d'un signe de tête, déplaçant légèrement les ombres sur son visage puis se saisi de la chope.
Il trempa ses lèvres et en but une bonne gorgée, se délectant de son goût. Rabastan ne buvait jamais à l'extérieur, conscient que cela le rendrait en partie vulnérable dans un échauffourée.
Il reposa sa chope tout en gardant sa main autour, jouant un peu avec le verre.

« Le ciel aime arrosé l'Angleterre, sa pluie est douce et pure, quoiqu'un peu oblique aujourd'hui... Je suis Rabastan. » Fit-il en tendant sa main à l'inconnu qui ne l'était pas vraiment pour lui. Il ne connaissait pas son nom mais pouvait être sûr d'avoir croisé l'homme et ce lorsqu'il était encore élève à Poudlard. Serdaigle... C'est tout ce que le mangemort savait sur lui.
« A qui ai-je l'honneur ? » Fit le sorcier pour enfin pouvoir mettre un nom sur ce visage dans cette espèce d'énorme banque de données qu'était la mémoire organisé de l'hypermnésique. Il accompagna cette question d'un sourire comme le font les gens normaux lors d'une rencontre normale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 26/03/2011
● MESSAGES : 53


MessageSujet: Re: I hear the crystal raindrops fall (John&Rab') Dim 3 Avr - 17:24


    Le jeune homme en question n'avait pas l'air décidé à vider les lieux comme venait de lui demander on ne peut plus explicitement John. Dommage … Le tempérament fougueux du Serdaigle risquait fort de se réveiller si on allait trop contre sa volonté. Il avait essayé d'être calme, assez respectueux même -sans trop savoir pourquoi il s'en donnait la peine … Un petit air de philanthropie inexpliquée soudainement ? John estimait donc avoir pleinement respecté les règles de la politesse généralement en vigueur.

    Et il retournait contre le jeune homme les mots polis qu'il avait employé. Bien fait pour toi Johnny, la prochaine fois, tu ne demanderas pas, tu exigeras. C'est aussi simple que cela. De toute évidence, le jeune homme qui s'était installé là sans lui demander son avis ne comptait pas comprendre et respecter les règles élémentaires de survie dans un monde civilisé. Entre autre, ne pas empiéter sur le territoire déjà occupé d'un jeune homme … Dis ainsi, il y a un petit côté animal qui ressort, mais les êtres humains ne sont-ils pas, comme certains grands penseurs l'affirment, des animaux doués de la parole, rien de plus ?

    D'ordinaire, disait l'autre homme, la table était libre. A entendre ces mots, John eut l'impression de faire face à quelqu'un de si conservateur que même l'idée que la table qu'il occupait dans un bar puisse être pour quelqu'un d'autre, lui semblait inconcevable, comme si en changeant une donnée, on changeait toutes les règles du jeu. Le jeune Dawlish garda cette information précieusement. Apparemment, les habitudes avaient la vie dure chez cet homme et plus on en savait sur celui qu'on devait affronter, mieux cela valait.

    Oh, ne voyez pas John comme un sanguinaire Serdaigle, loin de là. Il a un minimum de prudence, tout simplement. Loin de voir tout en noir, il eut même un léger sourire en entendant l'autre indiquer qu'ils allaient clairement devoir cohabiter sur cette table. Pff … John ne savait pas si il valait mieux éclater de rire ou lui casser la gueule. Il hésitait avec une application parfaite entre les deux sentiments. Mais il lui faudrait encore un peu de temps pour décider qui de la moquerie ou de la colère allait l'emporter entre eux deux. A moins que ce ne soit finalement une autre émotion qui prenne le dessus ? L'avenir le lui dira …

    Se tenir compagnie … John pesa les mots de son compagnon d'infortune pendant quelques secondes. Après tout, qu'est-ce-que cela pouvait lui faire ? Quand ses camarades arriveraient, il finirait par partir tout seul, confronté à des adolescents qui ne s'occuperaient certainement pas de lui. Alors, oui, il pouvait, l'espace d'un instant, accepter de partager, lui aussi, cette table avec l'autre jeune homme. John ne connaissait pas celui qui lui faisait face, mais bientôt, la serveuse lui apporta l'information. Mr Lestrange. Un nom qui ne lui était pas inconnu … D'où, de quand ? Il avouait ne plus s'en souvenir. L'autre lui apporterait certainement plus de détails, si il se décidait à rester là. John commanda à son tour, une biéraubeurre, à la serveuse, avec un petit sourire en coin.

    Son compagnon se présenta donc. Rabastan Lestrange. Soit. Si John avait quelques recherches à faire sur lui, la bibliothèque de Poudlard lui fournirait certainement allègrement des idées sur quel personnage ce Rabastan pouvait être. Un prénom peu commun, tout de même …

    -John Dawlish.

    Serrer la main de quelqu'un qu'il venait de rencontrer n'était pas une chose originale en soi. Toutefois, dans quelques années, John pourrait se souvenir avec précision de la fois où il avait serrer la main d'un certain Lestrange. Rabastan Lestrange. Mais nous reviendrons sur cela plus tard, bien entendu, là n'est pas la question. Vivre le moment présent est bien souvent plus important que de se précipiter dans l'avenir. Un léger sourire pour répondre à celui de son interlocuteur.

    La serveuse revenait avec la commande du jeune homme qui la remercia agréablement avant de tremper ses lèvres dans le verre. Il but une gorgée, puis deux, avant de se décider, tout en jaugeant d'un regard calme mais incisif, son partenaire de table, à lui poser une ou deux questions:

    -Ainsi, vous êtes un habitué de cet endroit, et devrais-je préciser, de cette table ?

    L'ironie était certes palpable, mais pas grossière. John regardait d'un air dégagé l'individu nommé Rabastan, tout en buvant lentement mais avec précision des gorgées de biéraubeurre. C'était une boisson qu'il appréciait tout particulièrement en hiver. John ne savait pas grand-chose sur lui, si ce n'était son nom et qu'il avait été un ancien élève de Poudlard -et encore, cela John ne le savait pas mais le devinait plutôt à un ressenti qu'il avait eu en voyant le jeune homme enlever sa capuche. John ne poussa pas plus loin son interrogatoire. Il n'en avait à vrai dire pas grand-chose à faire: tant qu'on le laissait boire un coup avec quelques amis, il était satisfait. A moins évident que l'autre jeune homme ait un comportement inadéquat. Pour le moment, ce n'était pas le cas ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 20/03/2011
● MESSAGES : 59


MessageSujet: Re: I hear the crystal raindrops fall (John&Rab') Dim 10 Avr - 18:19

Rabastan aurait bien aimé pouvoir accéder à la requête du jeune homme mais c'était bien au dessus de ses forces. Il n'avait pas appris à laisse sa place, ce n'était pas coutume dans sa famille. Tout au plus, à son frère, l'aurait-il laissé. Et encore difficilement vu ses motivations concernant le choix de cette table. Des motivations de discrétions bien sûr mais pas seulement. Car la première fois qu'il avait choisi cette table, ce n'était pas par soucis de discrétion, il faut bien l'avouer. Il était étudiant à Poudlard à cette époque, il n'était pas encore le mangemort, soupçonné par tous, il n'était alors que le second fils d'une des famille les plus nobles du pays. Il était aussi l'un des serpentards les plus doués à Poudlard, une vraie encyclopédie grâce à sa « maladie », l'un des plus cultivé et donc l'un des plus apprécié des professeurs, capable de tenir une véritable conversation adulte, sur de multiples sujets. Il était aussi cet élève d'une cruauté imparable, toujours à faire les pires coups avec son frère. Il était Rabastan Lestrange, tout simplement.
Et son choix de cette table avait été motivé par son syndrome et son besoin nécessaire d'isolation et de calme. En effet, à cette table, il était assez loin pour faire abstraction des conversations environnantes. Son syndrome d'hypermnésie était un précieux avantage, la plupart du temps. Mais parfois, il arrivait que cela devienne une véritable torture, enregistrant chaque funeste détail, chaque chose insignifiante et saturant son esprit d'information, il croyait devenir fou. Les conséquences ? Des maux de tête insoutenables, une agressivité grandissant en même temps que sa colère des autres. Une envie furieuse de tous les faire taire, pour qu'enfin son esprit puisse avoir du repos. Ces jours là il devenait dangereux. Par dessus son arrogance et sa suffisance venait s'ajouter un profond dégout de l'humanité et une fatigue psychologique incroyable. Il se souvenait encore de son dernier acte de folie passagère. Folie passagère qu'il aimait appelé sa quête de silence. C'était au petit matin, dans la grande salle. Rabastan avait passé une semaine affreuse à cause de sa maladie. La nuit n'étant plus d'aucun secours pour lui, il arrivait à bout de force. Il s'était installé seule à la table des serpentards, aussi loin que possible des autres. Une jeune fille de son âge, n'avait alors rien trouvé de mieux à faire que de venir s'installer non loin avec toute sa troupe de greluches. Et elle avait jacté, sans cesse et de façon détestablement aigu, ponctué de rires cristallins. Rabastan n'avait pas résisté. Il s'était pourtant retenu, autant qu'il l'avait pu. Mais sa main serrée sur sa baguette avait fini par prendre le dessus, gouvernée par l'impulsivité. Et il l'avait fait taire... Comment ? La bouche de la jeune fille s'était trouvée refermée fermement par des files épais, transformant sa bouche en une affreuse cicatrice. Rabastan l'avait alors regardé, croisant le regard apeuré de la jeune fille et lâchant un soupir de soulagement grâce à ce silence. Mais les greluches avaient criée elles... Obligeant Rabastan à sortir de la salle, pour sauver sa santé mentale. C'était en 2ème année. Rabastan fut arrêté à la sortie par le directeur qui alors le convoqua dans son bureau après avoir pris connaissance des évènements. Le sortilège utilisé était loin d'être accessible aux sorciers de premiers cycle, et ce fut la première question du directeur. Où l'avait-il appris et comment ? Le garçon avait expliqué qu'il avait dû le lire dans un livre un jour, que c'était sorti comme ça... Incontrôlable. Le directeur compris alors les capacités du garçon. Tout ce que Rabastan lisait un jour, s'inscrivait à jamais dans sa mémoire. Le garçon expliqua aussi les raisons de ses agissements et le directeur lui trouva une solution. Il lui offrit un passage secret, une salle, que nul ne connaissait, dans laquelle il pouvait trouver refuge chaque fois qu'il arrivait à bout, chaque fois qu'il avait besoin de calme et de repos. Il avait alors fait installer comme une chambre dans cette pièce et le jeune homme s'y rendait à peu près une nuit par semaine, lorsque le dortoir commun et la salle commune lui devenait insupportable.
C'était pour cela qu'il avait élu domicile à cette table, où rien que la pluie et ses clapotements apaisant pouvait venir le déranger. La discrétion était venu après, comme un second avantage, après qu'il soit devenu mangemort.

Le jeune homme présent à cette table allait donc devoir composer avec le mangemort. Il sembla réfléchir un instant à l'idée de partager sa table et lorsque le mangemort lui tendit sa main en se présentant, chose que venait de toute façon de faire la gérante, il sembla hésiter encore avant d'empoigner la main du jeune homme en offrant un nom, une identité à Rabastan. Le verre de l'autre arriva alors et il en but quelques gorgée avant de lancer ce qui pouvait ressembler à un début de conversation comme pour accepter le fait qu'il ne bougerait pas de la table. Autant discuter.

« Oui, on se connait depuis longtemps, elle est moi.. »
Fit le mangemort en caressant légèrement le bois de la table avant de stopper sa main. « Et vous ? Qu'est ce qui amène un Serdaigle ici ? Vous êtes toujours à Poudlard je me trompe ? » Fit-il. Il demandait cela simplement pour prétendre ne pas être sûr. Car en réalité sa mémoire ne lui avait jamais fait défaut. Malheureusement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 26/03/2011
● MESSAGES : 53


MessageSujet: Re: I hear the crystal raindrops fall (John&Rab') Mar 12 Avr - 22:52



    Non pas que John n'apprécie pas particulièrement le mobilier, ne vous y trompez-pas. Non, le jeune homme savait reconnaître la courbe d'une table, le bois d'une magnifique chaise, la teinte d'un meuble réellement hors du commun. Un certain œil artistique cohabitait dans l'âme du jeune homme. John Dawlish avait une sensibilité bien à lui, qui s'était développé au long de plusieurs années. Construit par une enfance difficile et le rejet d'un père, le jeune homme avait finalement réussi à devenir quelqu'un d'équilibré. Ce n'était pas joué au départ. Dire que son père avait été un sorcier.

    John se rendait compte que le monde sorcier n'était pas exempt de créatures viles, finalement. Longtemps, il avait idolâtré ce monde. Même si il avait pris plaisir à sa vie tranquille avec sa mère -une fois son géniteur parti- le jeune homme avait voulu découvrir à travers la magie son père. Paradoxalement, il avait voulu se rapprocher de celui qui les avait fait souffrir -lui et sa mère- en réussissant dans le monde magique.

    Excellent élève, il faisait la fierté de sa maison, même si son attitude n'était pas toujours parfaite puisque John se la coulait parfois douce … C'était une question d'honneur également. Cette année serait celle de ses ASPICS et il comptait bien s'en sortir le mieux possible. Pas d'impasse possible, d'ailleurs, dans l'idée du jeune homme, il fallait réussir. Mais il n'est pas l'heure de rêver, John Dawlish. Ce n'est pas ce que Rabastan Lestrange entend de toi.

    Rabastan avait quelques questions, visiblement et John attendit une ou deux secondes avant de lui répondre. Ce qu'il faisait là ? Et comment savait-il qu'il était encore à Poudlard et de plus, à la maison Serdaigle ? Le jeune homme pensait bien qu'il ne devait pas faire 30 ans, mais il ne pensait tout de même pas que l'on pouvait lire sur son visage qu'il était encore un jouvenceau. Prenant une petite inspiration, John décida d'être honnête:

    -J'attends quelques amis pour boire un verre … Quelque chose de tranquille, en somme.


    Un petit sourire. Discret mais présent. John avait bien des questions qui lui brûlaient les lèvres, mais la jeune fille ne pouvait pas faire autrement qu'attendre. Cela aurait été contre sa personnalité-même que de se précipiter sur Rabastan pour lui demander tout ce qu'il avait envie de savoir. Il patienterait donc. Le jeune homme n'avait pas l'air du style à se confier spontanément: John n'allait donc pas se donner en spectacle et en confidences non plus. La justice et l'équité étaient des valeurs extrêmement importantes pour lui.

    John allait toutefois lui répondre sur sa scolarité à Poudlard, mais il n'en eut pas le temps. Plusieurs de ses camarades venaient d'arriver dans le bar. Voyant John avec un homme qu'ils ne connaissaient pas vraiment, ils l'interrogèrent du regard. Les jeunes gens étaient 3, ils manquaient donc une chaise. Les saluant d'une poigne de fer, John leur sourit et leur expliqua:


    -Monsieur Lestrange s'est installé à ma table … Apparemment, il la revendique comme sienne. Mais asseyez-vous, les gars, il ne vous fera pas de mal -a priori.

    Ses camarades s'assirent donc avec lui, prenant une chaise à une autre table. La serveuse ne tarda pas à arriver pour prendre leur commande et ils commandèrent de l'hydromel également. Une boisson appréciée dans la bande d'amis de John. Un petit silence s'installa sur la table et John finit par se décider à présenter ses amis au Lestrange, brièvement. Il cita leurs noms. Rien de plus. Pendant ce temps, la jeune femme qui les servait arriva avec les commandes et un peu de brouhaha se mit en place, les jeunes gens reprenant finalement leur discussion. John but une gorgée, cherchant à sonder la table des yeux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 20/03/2011
● MESSAGES : 59


MessageSujet: Re: I hear the crystal raindrops fall (John&Rab') Mer 27 Avr - 16:40

Le garçon sembla quelques secondes dans ses pensées, si bien que Rabastan put le détailler du regard, discrètement. Chaque occasion de marquer ce visage dans son esprit était une nouvelle façon de se souvenir d'un moment où il l'avait croisé. Reconstruire les bribes de passé que sa mémoire engorgée avait gardés précieusement, comme un trésor inestimable. Et c'était ainsi que Rabastan voyait sa maladie. Malgré les tortures qu'elle engendrait chez lui, c'était une véritable mine d'or. C'était en partie ce don qui le rendait si redoutable et si charismatique. Ça fait toujours une sacrée impression en public. Lorsque vous êtes capable de parler sur des tas de choses, lorsque vous êtes capable de rappeler aux autres des passages de leur vie qu'ils avaient eux-même oubliés.
Les gens se sentent alors comme observés et oppressés. Et s'il s'agit de discuter culture, certains vous trouvent fascinant, d'autres vous détestent d'en savoir autant, d'autres encore se sentent intéressés et pourraient discuter des heures avec vous, tandis que des derniers se sentent écrasés et préfère fuir avant de se sentir diminuer.
Rabastan savait à cet instant que le fait de montrer au jeune homme qu'il savait qui il était et dans quelle maison il se trouvait à Poudlard venait de faire son petit effet. L'hésitation parlait d'elle-même.
Sa réponse était tout aussi parlante d'ailleurs. Il attendait donc quelques amis pour boire. Cela pouvait vouloir signifier à Rabastan que bientôt il devrait réellement quitter la table. Mais c'était sans compter sur son arrogance et sa détermination à rester à cette table si chère à ses yeux. Le jeune homme avait ajouté quelque chose de plus sympathique. De quoi dire qu'il n'était pas là pour un affrontement quelconque.

Rabastan hocha positivement la tête et but une gorgée de sa chope. Il aurait juré que John allait reprendre la parole. Mais il fut interrompu par l'arrivée de ses trois acolytes. Leurs visage disaient également quelque chose à Rabastan mais il préféra ne pas s'y attarder. Il reposa sa chope en gardant sa main autour et leva la tête légèrement pour regarder les trois amis. Ceux-ci semblaient interloqués de trouver John en compagnie d'un inconnu. Ce qu'expliqua John fit sourire légèrement Rabastan qui fixait maintenant sa chope avec délectation.
Il était là, à sa table préférée et une bande d'ami ayant prévu de s'y retrouver s'était installé avec lui.
Si Rabastan avait été avec une bande d'ami à cette table à l'époque où il était lui aussi à Poudlard, il se serait chargé personnellement de dégager l'intru. C'était ce qui l'amusait aujourd'hui d'ailleurs. L'obligation qu'il imposait aux autres, de composer avec lui.

« A priori... » Répéta en murmure Rabastan, amusé par cette précision judicieuse. Il les laissa discuter tranquillement, restant lui assis en silence, perdu dans ses réflexions. John semblait plus calme que les autres. Peut-être était-il aux aguets, prêt à intervenir si le mangemort bougeait.
Rabastan souffla un bon coup et releva la tête vers John.

« J'attends moi aussi quelqu'un, il se joindra à nous très bientôt... »
Fit-il sachant que Jonas, son meilleur ami ne tarderait pas à pointer son nez. Ils seraient alors 2 mangemorts contre 4 élèves si cela tournait mal. De quoi rééquilibrer la balance, convenons-en.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: I hear the crystal raindrops fall (John&Rab') Sam 30 Avr - 3:05

♣Ces dernier temps, je ne consacre pas beaucoup de temps pour mon meilleur ami, d'ailleurs je ne consacre plus de temps à aucun de mes amis, en tant que mangemort, on à pas vraiment beaucoup d'amis, c'est vrais, mais plus tôt des connaissance, de vielle connaissance, c'est surtout les amis qu'on à eu à Poudlard par exemple, mais qui ont préféré moins nous fréquenter parce qu'on est devenue ce qu'on est. Et puis il y a les amis, mais il est vrais que même dans ce cas là il est difficile de dire si c'est de vrais amis, car beaucoup d'entre eux, on peur que si jamais ils nous nie, on leurs ferra du mal. Moi personnellement, je préfère que les gens me fuient, parce que l'idée de vivre entouré de personne qui ne font que semblant de m'aimer, rien que pour mon « statu » de mangemort ne me plais pas du tout. Mais s'il y a bien une relation bien solide c'est celle de moi et Rabastan. Tout les deux élèves à Poudlard. Amis depuis leurs premières années. Et même maintenant, tout deux ont un maître. Le Lord n'avait pas d'amis, il ne faisait confiance à personne, mais, il écoute les conseille de ses partisan les plus dévoué, c'est ainsi que j'ai pu rejoindre ses rang. Enfin, si je ne consacre pas beaucoup de temps avec mes amis, c'est qu'il y a une raison. Ces derniers temps j'ai tout le temps des petit boulot, des choses de rien du tout, comme tuer une personne par ci, en torturer une autre par là. Des personne qui ne valent pas la peine de Lord Voldemort. Ce fut le cas aujourd'hui, mais j'avais promis à Rabastan de venir boire un verre avec lui aujourd'hui, je me suis donc dépêché de faire ce que j'avais à faire et je me suis rendu Au pré-au-lard.

♣BAM ! Le bruit du transplanage surgit d'un coup, Ceci-dit à cause de la pluie ce bruit est passé inaperçus. De toute façon je n'était pas loin de cette petite taverne, où Rab et moi passons beaucoup de temps. Je me suis donc mis à marcher, et malgré la courte distance de l'endroit où je suis apparus et la taverne, la pluie à eu le temps de mouiller la totalité de mon corps. Une fois entré je n'ai pas mis plus de quelques secondes à repéré Rabastan, il était à notre table habituelle. Mais une choses me perturbais. Il y avais plusieurs Serdaigle qui était arrivé à la table. Ils était quatre. Mais bon, il n'y à sûrement rien de grave, au cas où nous saurons tout de suite régler la situation. Quatre élèves qui achèves leurs études en fin d'année ne font pas le poids contre deux mangemort, prêt à tuer pour un oui ou pour un non. C'est vrais qu'il soit possible qu'ils essaye de me lancer un sort, ce qui serais moins crédible ce serais qu'ils nous lance des sortilèges impardonnable mais de toute manière je ne penses pas qu'un Avada Kedavra de leurs part pourrais me faire plus de dégât qu'une éraflure. Bon, mais je parle de tout ça comme si il était certain que ses petits cherche des problème, je verrais bien lorsque je serais près d'eux. Je me suis donc avancer vers cette table et je suis passer derrière Rab' en lui faisant une petite tape dans le dos, pour finalement m'asseoire en face de lui avec un de ces élève juste à côté de moi.

-Alors Rab' je vois que tu t'est fait de nouveaux amis – j'avais dit ça d'une voix assez provocatrice, mais c'est surtout parce que je ne suis pas trop d'humeur.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 26/03/2011
● MESSAGES : 53


MessageSujet: Re: I hear the crystal raindrops fall (John&Rab') Lun 2 Mai - 13:09



    John n'avait pas répondu quoi que ce soit quand Rabastan lui avait confié qu'un de ses amis allaient rejoindre la joyeuse bande. Un léger sourire avait soulevé le coin de ses lèvres, rien de plus. Qu'ajouter, après tout ? John Dawlish ne s'était certes pas rendu compte que s'installer pour boire un verre à cette table, précisément cette table, allait poser des problèmes. John n'était pas du style à aller au devant des problèmes multiples, mais pourtant, il savait bien que lorsque ceux ci venaient à sa porte, il était incapable de se retourner et de partir, comme si rien ne s'était passé. Un passé lourd en violence l'obligeait à essayer de faire triompher le bien, quoi qu'il en pense.

    La partie commençait à monter en niveau. John comprit immédiatement qu'il n'aurait pas affaire à n'importe qui en la personne de Rabastan Black et de son ami, qu'il ne connaissait pas. Fronçant les sourcils, il salua d'un geste sec de la tête le nouvel arrivant. La table n'était pas prévue pour accueillir autant de monde, mais cela ne paraissait gêner ni les amis de John, ni celui de Rabastan Lestrange. Le jeune homme observa calmement et avec méthode ce qui se passait autour de lui.

    Il était clair que les uns et les autres n'étaient pas du même monde. Le nouvel arrivant lança une phrase qui déplut foncièrement à John. De nouveaux amis ? Non pas vraiment … A la limite, des compagnons de beuverie …

    Même si il ne pouvait pas savoir qu'il avait affaire à des mangemorts, John ressentait qu'il y avait un certain danger à traîner avec deux hommes comme ceux-ci. Il le voyait dans leur attitude, leur façon de parler, la manière dont il s'était imposé à eux, à cette table déjà occupée. Il buvait, non pas pour oublier ce qui se passait: il ne l'aurait pu, mais bien pour essayer de se contrôler. Boire de longues gorgées de boisson lui permettait de ne pas se lever et de partir. Résister à l'envie de se casser pour ne plus voir la tête de ces deux invités imposés.

    John respirait calmement, les yeux se posant tour à tour sur ses amis, puis sur les deux autres. Il inspirait, expirait, tout cela avec une lenteur qui pouvait paraître étonnante. Les yeux dans le vague pendant une bonne minute, mais la baguette dans la poche, accessible si besoin. Oh, il pensait bien qu'il ne ferait pas le poids seul contre deux individus de cette trempe, mais encore espérait-il résister un minimum avec ses camarades, qui, eux, avaient cessé de bavarder en voyant arriver un autre homme. Qui plus est, un homme moqueur. John les regarda, un à un, se demandant quelle tactique ils allaient privilégier. Ils étaient tous des adolescents, presque des hommes, et le besoin de se prouver ce qu'ils valaient prédominait sur la prudence, John en avait conscience. Pourtant, malgré lui ou plutôt malgré son envie d'en découdre, il pensait qu'il fallait être raisonnable.

    Les événements étaient suffisamment dramatiques pour ne pas en rajouter avec des blessés chez les élèves de septième année de Poudlard, non ? La provocation à peine voilée du deuxième individu n'échappa pas à John, qui leva un sourcil mais ne dit rien. Ses autres camarades non plus. Finalement, un des amis de John finit par dire:

    -Bon, on se tire ? J'ai fini ma biéraubeurre et on a encore deux trois trucs à faire avant que la journée finisse … Vous venez les gars ?

    John acquiesça silencieusement. Au moins, la décision n'était pas sienne. De toute façon, il venait de finir sa chope de biéraubeurre et ne comptait pas rester là pour le plaisir. John Dawlish avait d'autres choses à faire que de regarder dans le blanc des yeux deux mangemorts. Avant cela, il alla payer sa commande au bar. Un dernier regard et un signe de tête aux deux autres attablés, et il sortit. Fin du jeu. Du moins, le pensait-il ...


    HJ: désolée du post plus que moyen :/ ! A vous de voir si vous allez choper mon John ou si on s'arrête là Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: I hear the crystal raindrops fall (John&Rab')

Revenir en haut Aller en bas

I hear the crystal raindrops fall (John&Rab')

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A WINDOW TO THE PAST  :: 
ANGLETERRE
 :: 
PRE-AU-LARD
 :: BOUTIQUES & ECHOPPES :: LES TROIS BALAIS
-