AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 INTRIGUE; Struggle for pleasure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
DARK&SECRETϟ Vivre, ça doit être une belle aventure
avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 05/08/2010
● MESSAGES : 634


MessageSujet: Re: INTRIGUE; Struggle for pleasure Mer 23 Mar - 0:18



 « Je crois qu’une olive a glissé dans mon chemisier ! »



Ariana et Fraise, bras dessus dessous, avançaient doucement mais sûrement vers le hall principal où se déroulait la fête. La blonde chantonnait à voix basse, ne faisant en rien attention aux gens qui se retournaient sur leur passage. Fraise était calme, presque froide ; mais ça ne l’étonnait plus. Elles avaient vécu tellement de choses qu’Ariana avait déjà connu chaque visage de sa belle amie. Comme si elle n’avait plus de secret pour elle. Par exemple, sans même qu’elle lui en ait parlé, la serdaigle savait à quel point sa meilleure amie souffrait. Mick avait disparu, alors qu’Ariana faisait sa fugue improvisée avec Vanille. Tout bonnement disparu, Mick Curtis. Et elle n’avait même pas été fichue d’être présente pour Fraise à ce moment là. Pitoyable, comme amie. Cependant, Fraise savait qu’elle était une pitoyable amie. Donc elle ne lui en voulait pas. Donc c’était un cercle vicieux magnifique.
Lâchant un instant l’épaule de Fraise pour attraper une coupe de champagne, Ariana s’arrêta un instant pour contempler le sol. Vraiment belles, ces mosaïques. Vraiment. Relevant la tête, elle ne reconnut plus la tignasse brune de sa meilleure amie. Et voilà, elle l’avait perdue, bravo. Posant une main sur son front, elle tenta de retenir un vertige, elle se concentra. Fraise ressemblait à quoi déjà ? Elle avait une robe... Verte ! Nan. Nan le vert c’était laid. Rouge !... Nan, nan, trop voyant.. Elle se retourna d’un coup, manquant de faire tomber tout le liquide de son verre, et tomba nez à nez avec Fraisou, en hurlant un « Oh ! Je savais que je te trouverais là ! » En riant bêtement aussi. Et puis un gars ramena sa fraise -Ouh, le jeu de mot trop bon.
Flynn... Flynn Ha... Flynn comment déjà ? Boarf, pas grave. Il commença à parler, et Ariana le regarda avec un air de poisson mort. il parlait si vite... Comme au ralenti, Ariana fixait ses lèvres qui bougeaient à fréquence périodique. Quand il eut terminé, elle fixait toujours, sourcils froncés, ses lèvres comme si c’était la première fois qu’elle voyait ça. Elle releva la tête précipitamment, sentant son regard pesant qui attendait sa réponse.
Elle n’avait absolument rien compris.


« FLYNNOUNET ! Tu m’as tellement manqué ! Tu te rappelles le jour où t’as perdu ton slip à la fête au bord du lac ? C’était tellement marrant ! PLIC PLAC PLOC, plus rien.. Cette nuit là nous a tous un peu traumatisée tu sais... Mais bon, t’as grandis ! Et ça, c’est super génial mega topissime mon petit Flynn. Cri-t-elle en pinçant la joue du garçon comme une grand-mère à son petit-fils, bon allez, c’est pas tout ça, mais moi je me casse. »


Se détournant de Flynn, Ariana chercha Fraise du regard. Et voilà, elle l’avait perdue. Attendez... Elle s’était pas déjà dit ça dans sa tête ? Nan... Nan. Partant à la recherche de la Fraise perdue, elle finit par la retrouver au bout d’une dizaine de minutes. Que s’était-il passé pendant cet énorme laps de temps ? Oulala.


« EH ! EH ! Tu sais pas quoi ? Ya un mec là-bas, il m’a dragué comme ça, ouvertement, genre gros thon en chaleur ! Il me demande si je veux goûter à un de ses roulés au fromage, genre je suis si conne, et après il me branche sur du homard. Pathétique quoi... OH ! C’est qui ce beau-gosse ? »


Regardant à côté de Fraise, elle remarqua un homme, grand, un peu plus âgé qu’elles. Il la tenait par la... main ? Argh, répugnant.. Elle avait mangé un gâteau apéro juste avant de disparaitre ! Dégueulasse. Ariana se mit à imaginer des mini gâteaux apéritifs passer de la main de Fraise à celle de monsieur l’inconnu pourtant beau-gosse. Elle finit par se réveiller de sa transe, et avança une main certaine doublée d’un regard mielleux.


« Enchantée, moi c’est Arizona... Euh, Ariana, ouais Ariana. »


WE CAN TRY.. MAKE ME SMILE ★❝I'm not a perfect person, there's many things I wish I didn't do. And so I have to say before I go that I just want you to know : I've found a reason for me to change who I used to be. A reason to start over new, and the reason is you. I’m sorry that I hurt you, it's something I must live with everyday, and all the pain I put you through. I wish that I could take it all away, and be the one who catches all your tears : and the reason is you.❞ A&S

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 14/01/2011
● MESSAGES : 64


MessageSujet: Re: INTRIGUE; Struggle for pleasure Mer 23 Mar - 0:54



    Qu’attendait-il, bon sang? Une réponse? Croyait-il vraiment qu’elle allait se décider à lui donner ce qu’il désirait, à la dernière minute? Quel crétin… Non mais, comment avait-il pu oser espérer, ne serait-ce qu’une brève minute, qu’elle voudrait encore entendre parler de lui? Comment avait-il pu être aussi naïf, après ce qu’il s’était passé l’autre fois? Quel idiot…

    Combien y a-t-il de chances pour qu’une charmante jeune femme – qui a sans doute la moitié de la gente masculine à ses pieds – accepte de revoir un type louche qui l’a mise à la porte sans sommation avant de s’écrouler comme une loque dans un vieux lit? Combien y a-t-il de chances pour qu’une brillante étudiante – qui a probablement une belle carrière devant elle – accepte de revoir un mec au chômage qui ne prend pas soin de lui-même et qui boit comme un trou?
    Pas la moindre.
    Pas la moindre, Josh.
    Laisse tomber, vieux.

    On aurait pu qu’une fois les idées claires, il aurait décroché.
    Il faut croire que ce n’était pas le genre à abandonner si facilement. Ivrogne? Peut-être qu’il l’était devenu. Malpropre? Peut-être qu’il avait franchi le cap. Abruti? Ne l’avait-il pas toujours été un peu? Tout cela ne prédisait rien de bon. C’était un tableau plutôt lugubre, qui présageait d’un échec cuisant auprès de cette fille qui, bien malgré lui, hantait encore ses pensées.
    A vrai dire, le contraire eut été étonnant.
    Cette demoiselle – de caractère – avait éveillé en lui quelque chose… certains s’emballeraient bien vite en mettant sur son attitude des mots qui ne veulent pas dire grand-chose. Mais il n’était guère question de sentiment… du moins essayait-il de s’en convaincre. Non. Il y avait autre chose derrière son attente, son espoir. Cette fille-là lui avait montré une partie de lui-même, une partie de ce passé qu’il croyait sombre, révolu et oublié. Et il voulait la revoir. Il crevait d’envie d’ouvrir une nouvelle fois cette porte vers les morceaux manquants à son histoire… Oui. Il ne s’agissait que de cela. De rien d’autre. N’est-ce pas?...
    Il la reverrait donc.
    Au moins pour ça.
    Et puis…

    Un coup de griffe le fit sursauter. En un instant, il fut debout, sur le qui-vive, cherchant des yeux le fautif. Un magnifique Fléreur comme on en croisait rarement l’observait, sans ciller. Le message était on ne peut plus clair. Même ce maudit animal voulait qu’il oublie. Mais comment?!
    De rage, il lança ce qui lui passa sous la main. Une lampe. Qui alla s’écraser contre le mur… sans que le félin n’esquisse le moindre geste. Comme s’il éprouvait une confiance aveugle envers cet homme sombre et mal en point… un homme qui aurait pu devenir dangereux pour n’importe qui… même pour ce chat. Mais il ne semblait pas se rendre compte des risques. Ou alors, il les percevait mieux que quiconque, et s’en accommodait. C’était d’ailleurs une des raisons qui expliquaient que cet homme soit toujours seul, à broyer du noir, et n’ait pour compagnie qu’un matou un peu particulier.
    Haussant les épaules devant le stoïcisme de son compagnon, l’homme fit mine de retourner se vautrer sur son lit. Mais quelques coups à la porte l’en empêchèrent. Que diable Tom fabriquait-il à l’étage? N’y avait-il donc personne au pub, pour qu’il vienne faire un petit tour du côté de ses locataires? En quelques pas, il traversa la pièce, et ouvrit. Sur le seuil se tenait l’aubergiste, presque chauve. Il venait lui rappeler que la soirée était dans moins de deux heures…

    Merci vieux… comme si on avait besoin d’une piqûre de rappel.

    Finalement, après avoir contemplé sa gueule de déterré pendant de longues minutes dans le miroir de la salle d’eau, il se décida. Tant qu’à sombrer, autant le faire jusqu’au bout!
    En quelques instants, l’homme devint méconnaissable. Le visage clair, la barbe rasée, les cheveux un peu longs et décoiffés mais sans faire « sortie de lit », les cernes gommées comme par magie, et le regard un peu plus brillant. La transformation était certes étonnante, mais après tout, il fallait ce qu’il fallait pour s’envoyer une nana en l’air dans la soirée avant de claquer la porte définitivement. De se barrer. Sans revenir, cette fois. Le coup d’un dernier soir…
    Et adieu meilleur ami. Toi qui ne pardonneras pas avant longtemps. Toi qui ne comprendras pas avant longtemps. Toi qui prendras le temps que l’on n’a déjà plus.
    Et adieu petite sœur. Toi qui ne sauras peut-être jamais qu’on aurait pu se revoir. Toi qui ne sauras peut-être jamais qu’il y a eu un retour. Toi qui ne chercheras pas, alors qu’il aurait fallu.
    Et adieu Jordane… Jordane Wellinghton… Toi qui as eu la fichue idée d’ouvrir une porte. Toi qui as eu la fichue idée de passer une nuit ici. Toi qui as eu la fichue idée de ne pas répondre.
    Adieu tout. Fin de l’histoire. Baisser de rideau.

    Voilà la décision que cet homme avait prise lorsqu’il se présenta à la soirée. Voilà la décision que cet homme avait encore en tête lorsqu’on le laissa entrer. Voilà la décision que cet homme laissa s’estomper quand son regard coula sur elle.
    Elle était venue. Sans lui répondre.
    Elle était là. Mais pas pour lui.
    Elle l’ignorerait. Et lui aussi.

    Tant de pensées qui s’embrouillaient pour l’abandonner à ses seules émotions et le laisser agir sans réfléchir. Bien sûr, dans sa hâte de ne plus penser à une jeune femme dont il ignorait tout ou presque, il se précipita vers elle. Marchant lentement, mais sûrement, le regard dur et noir, et l’envie quasi irrésistible de la prendre dans ses bras et de la serrer jusqu’à la broyer. Il se retiendrait. Il ne la toucherait pas. Il ne lui parlerait pas, d’ailleurs. Il n’irait même pas la voir, il se contenterait de passer à côté en faisant mine de ne pas l’avoir aperçue. Tant qu’à être ignoré, autant en faire de même.


    « Bonsoir Jordane. »

    Adieu belles – ou stupides – convictions.




♫ “I've been down to the bottom of every bottle”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN'TASTETHEFRUITϟ La bièraubeurre et moi, on déchire
avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 18/07/2010
● MESSAGES : 685


MessageSujet: Re: INTRIGUE; Struggle for pleasure Mer 23 Mar - 15:46



<< - Tu crois vraiment que j'aurais été capable de faire ça?
- Je ne sais pas de quoi tu es capable Fraise ... >>



" Tout se passera bien " lui avait-il faiblement dit, souhaitant sans doute que son visage, une fois aux yeux des autres, ne trahisse aucune crainte. La brune ne savait pas si elle pouvait avoir confiance, et elle ne préférait pas se poser la question, il était trop tard. Sa main était liée à celle de l'homme. Elle ne pouvait plus reculer, et ne l'aurait pas fait. Fraise Swars ne reculait pas. Une fois la direction choisie, elle fonçait, quitte à se prendre le mur violemment, elle ne déviait pas et assumait ses choix. Elle assumerait donc les conséquences de cette sombre nouvelle alliance. Les larmes qu'elle venait de ravaler ne menaceraient plus de couler. Une fois le masque de la charmante compagne charmée mis en place, il ne se décrocherait pas. Et peut être... une fois la baguette du mangemort tournée vers elle, elle ne fuirait pas. Le choix était fait.

Fraise Swars ne craignait pas la mort, elle ne craignait que la douleur. S'il devait s'en prendre à quelqu'un ce soir, plutôt qu'a l'un de ses amis, cela devait être à elle. Mais elle se surprit à ne pas craindre une attaque directe de l'homme, elle se surpris à presser sa main un peu trop fort, comme si la peur qu'elle ressentait avait une autre source que les doigts inconnus qu'elle serrait.

Il la rassura d'une faible pression également. Il n'avait que quelques années de plus qu'elle. Afin de contenir ses émotions, elle leva les yeux pour fixer un instant ce visage élégant et serein, ici , à la lumière du hall du ministère, elle le voyait plus clairement. Elle étudia ses traits, mémorisant d'une part ce visage qu'elle ne devrait pas oublier, et donnant d'une autre part, l'impression d'être subjuguée par son compagnon aux yeux des autres invités.

Il sourit, Fraise n'eut pas l'envie de voir ce qui lui faisait cet effet, à vrai dire elle se doutait de l'identité de la personne qu'il regardait. Elle contemplait toujours son visage, elle le contemplait et évitait les regards suspicieux, inquiets, curieux qui, elle le sentait, étaient posés sur le mangemort et elle même.

Une voix la sortit de sa tranquille, tout du moins en apparence, observation. Une voix masculine, à la fois mûre et jeune. Fraise dévia lentement ses yeux vers le nouvel arrivant. Adrian Walter, un élève de Serpentard, en dernière année. Il nomma son compagnon...Rabastan. Fraise lutta fortement afin que son visage ne trahisse rien de son étonnement. L"adolescent lui baisa la main avant de reporter son attention sur... " Rabastan ".

Elle voulut profiter de la distraction des deux hommes pour chercher ses amis du regard et trouver un quelconque moyen de les avertir de quitter les lieux. Les regards, Fraise était experte dans l'art d'y faire passer un message. Mais la Gryffondor se souvint avec tristesse qu'Ariana avait bien trop bu que pour comprendre quoique ce soit ce soir là. Elle se mordit la lèvre lorsque les mots peu agréables du Serpentard parvinrent à ses oreilles. L'adolescente tourna des yeux noirs vers Adrian alors que celui qui détenait sa main répondait. Le ton qu'il employa, elle ne sut pourquoi, satisfit la Gryffondor. Et elle sentit avec surprise un léger sourire naitre au coin de ses lèvres. Elle remarqua également avec dégout un sentiment de fierté d'être au bras de cet homme.

Heureusement... ou non, Ariana arrivait. Non... non qu'elle s'éloigne... Mais elle lui permettait de mettre fin à ses pensées troublées et presque malsaines. Les battements de coeur de la Gryffondor s'accélèrent alors que la Serdaigle leur offrait un discours sans sens. Fraise essayait de capter son regard, sans succès, elle était bien trop joyeuse que pour saisir l'avertissement que voulait lui faire passer son amie. Alors, Fraise dût opter pour l'autre solution. Elle souriait sereinement, elle émit même un petit rire qui sembla tout à fait convaincant. Puisqu'elle n'avait pas d'autre choix, elle ferait croire à une Ariana pompette que son compagnon était le nouvel élu de son coeur.

Elle se présenta à lui. Précipitamment, la Gryffondor ajouta :

- Ma meilleure amie.

Elle offrit un rayonnant sourire à la Serdaigle, jamais elle ne l'avait clairement désignée de cette manière. Sa meilleure amie avait été Bérénice, tuée par l'un des amis de l'homme à ses côtés. Ce sourire avait pour but d'empêcher la jeune femme d'émettre une quelconque remarque. Les mots de Fraise étaient destinés, peut être naïvement, à la protéger. Rabastan et ses plans inconnus aurait peut être la bonté d'épargner l'amie de celle qui l'aidait.

- Ce beau gosse...

Fraise dût se retenir de se racler la gorge face à la façon dont elle venait de nommer le mangemort.

- ... c'est Rab' . Je voulais te le présenter alors je lui ai demandé de venir.

Les yeux de la Gryffondor s'élevèrent jusqu'au visage de Rabastan. Elle attendit de sentir plusieurs regards sur eux pour lui sourire tendrement. Mais déjà ses pensées s'agitaient. Adrian se devait à présent de se taire, ou Ariana de partir.

- Aria j'ai oublié de te dire... !

Fraise avança sa main portant le verre que l'imposteur venait de lui offrir dans un geste des plus maladroits, elle renversa une partie du contenu sur le costume d'Adrian. Elle prit un air embarrassé.

- ... je suis vraiment désolée !

Elle jubila intérieurement d'avoir trouvé une solution aussi rapidement. Elle venait de tacher la tenue de l'hautain Serpentard et une façon de faire fuir les deux élèves.

- Aria tu devrais l'accompagner aux toilettes... Parce que ma chérie je doute que tu t'en sois rendue compte mais tu as des miettes entre les dents.

Elle sourit faiblement, et comme si elle ne voulait plus de leur présence, elle leur tourna le dos en entrainant son mangemort avec elle. Il ne résista pas. Arrivés dans un coin plus sombre et moins peuplé, elle planta ses yeux dans les siens.

- C'est quoi le plan ? Demanda -t-elle froidement comme si elle était en position de le faire.

Mais les coins sombres étaient les plus surveillés, déjà une jolie femme brune les regardait de loin. Fraise n'eut aucun mal à identifier en cette personne une des aurors qui surveillaient l'assemblée.

- Un auror a les yeux sur nous, lui chuchota-telle.

Aussitôt son expression froide et agacée s'envola pour une apparence presque niaise. Elle savait très bien ce qu'ils auraient dû faire à cet instant mais elle ne pouvait ... Elle n'aurait pu.. Alors elle se contenta de le fixer, se sachant regardée.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 28/12/2010
● MESSAGES : 15


MessageSujet: Re: INTRIGUE; Struggle for pleasure Mer 23 Mar - 16:59

Adrian ne pouvait s'empêcher de jubiler intérieurement. Rabastan était à peine plus âgé que lui et n'était sans doute pas mangemort depuis très longtemps et il essayait de l'intimider. Certes il aurait été fou de provoquer un mangemort en duel, car la défaite aurait presque était certaine, mais il ne comptait pas se laisser impressionner par les poignées de main viriles et les regards inquisiteurs que pouvait lui lancer Rabastan Lestrange. Et Adrian fut même décidé à répondre aux propos de Rabastan, mais à peine eut-il entrouvert la bouche qu'une Serdaigle totalement dépravée fit interruption, coupant Adrian dans sa lancée. Qui ne put, du coup, qu'assister au spectacle désolant qu'offrait Arizona. Et, comme quelques instants avant l'avait fait Rabastan avec le verre qu'il n'avait pas daigné prendre à Adrian, Arizona ignora totalement le fier Serpentard. Piqué dans son orgueil, il tenta de calmer le feu qui commençait à grandir en lui. Chose ardue, rendue encore plus difficile lorsque Swars renversa son verre sur le costume d'Adrian, qui soit dit en passant lui avait couté une petite fortune. Il était sur le point d'exploser mais rester là, planter comme un piquet, ne sachant que dire. Cela dura quelques secondes avant que le déclic ne se fasse dans sa tête, il plongea sa main dans sa veste, prêt à sortir sa baguette magique. Geste stupide bien entendu, car il put sentir plusieurs personnes braquer son regard sur lui... Sans doute des aurors prêt à intervenir aux moindres moments. C'est donc pour cela qu'il décida de simplement sortir un mouchoir de sa poche intérieur et tenta, en vain, d'éponger la grosse tâche qui s'était formée. Relevant un regard noir et sombre sur la Gryffondor qui était devant lui, il dit d'un ton lourd de reproche et de menace :

- Tu regretteras ce geste... Il se tourna vers Arizona et, d'un ton sec lui demanda, où sont les toilettes?!

Et, sur la route qui le conduisit jusqu'aux toilettes où il nettoya sa chemise frénétiquement, il ne pouvait s'empêcher de maugréer frénétiquement, ne sachant même pas si Arizona l'avait suivi jusque-là. Il était vert de rage, pensant à la façon avec laquelle il pourrait se venger. Il fallait être fou pour oser s'en prendre à un Walter, ou bien s'appeler Fraise Swars... Aveuglé par la rage, il en oubliait qu'un simple coup de baguette pouvait estomper les tâches de son costume. C'est donc avec encore plus d'agacement qu'il lança un sort qui nettoya l'ensemble. Il remit sa veste et se retourna, pour voir qu'Arizona l'avait en effet suivi.

- Tout va bien? Le ton était beaucoup moins sec, mais cependant toujours aussi froid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AUROR ϟ Super Papa
avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 02/09/2010
● MESSAGES : 57


MessageSujet: Re: INTRIGUE; Struggle for pleasure Mer 23 Mar - 21:52


Clemens lança un regard autoritaire à l'un des aurors qui entamait une discussion intime avec une élève d'un jeune âge. L'auror se remit aussitôt au travail, interceptant le regard que lui lançait son aîné. C'est alors, qu'en tournant la tête, il vit arriver Kate. Resplendissante dans son vêtement foncé, la jeune femme paraissait encore plus belle que d'habitude. Pas qu'elle ne l'était pas tous les jours, non ! Clemens avait toujours admiré son élégance innée et sa beauté. La jeune femme caressa son bras et s'y agrippa, pour résister aux mouvements de foule qui les poussaient vers l'entrée du ministère.

- Clemens... Tu savais qu'ils seraient si jeunes ? Maximus t'en a-t-il parlé ?... Où est-il ?
- Oui, Kate, je le savais. Max m'a mis au courant ce matin, me mettant en quelque sorte devant le fait accompli. Je n'ai pas eu le choix. Mais si je l'avais eu, ces enfants seraient en ce moment bien au chaud dans leurs lits, entre les murs sécurisants de Poudlard.

Clem jeta un coup d'oeil vers les plus hauts bureaux, dans les étages. Quelque part là-haut, son aîné se préparait à paraître en public, après son enlèvement. Mauvaise idée, mauvaise idée... Mais bon, depuis la séquestration de son frère, Clem espérait qu'il l'écouterait quant aux gardes du corps. En tout cas, il n'aurait plus les moyens de les refuser. Sauf s'il venait à Oxford Street, rendre visite aux enfants. Il espérait qu'après cet incident, Max se rendrait compte combien ses enfants étaient importants pour lui.
Clemens se tourna de nouveau vers Kate.

- Il est sûrement dans son bureau, Kate. Mais je doute qu'il laisse y entrer qui que ce soit. Même pas moi...

Après tout, Clemens n'était qu'un sublaterne, au ministère. Qu'un simple auror obéissant aux ordres de Croupton, coordonés par ceux du Ministre lui-même. Et depuis l'enlèvement, les employés du ministère avaient découvert le lien qui unissait Clem à Max. Des jumeaux, ce dont personne ne s'était jamais douté, malgré leur nom de famille commun.

C'est alors que Max survint. Grand, fier, il s'avança sur une estrade, surplombant la foule. Son aîné lui adressa un sourire, avant d'entamer son discours. Lorsqu'il eut fini, des houras et des applaudissements retentirent. Clemens décida de ne pas approcher Max, il serait déjà trop pris. Il se retira dans un coin, et regarda autour de lui, cherchant Melody des yeux.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 20/03/2011
● MESSAGES : 59


MessageSujet: Re: INTRIGUE; Struggle for pleasure Mer 23 Mar - 23:46

Ils étaient maintenant à l'intérieur. Aussi étrange que cela puisse paraître, Rabastan n'était pas « tendu ». Il était bien entendu sur le qui-vive, mais de façon détendu. Il se savait en danger d'un côté mais en même temps, si bien protégé qu'il lui suffisait de regarder son alibi, la jolie élève qui l'accompagnait pour se convaincre qu'il était à l'abri tant qu'il ne la quittait pas. Et il ne comptait pas la quitter. Il la trouvait charmante d'une part et prenait en plus de ça, un pieds d'enfer en se trouvant là où on ne l'attendait pas. C'était à la fois l'excitation de se mettre en danger, du moins en apparence, la jouissance d'ergoter devant l'ennemi en le mettant dans une situation d'impuissance frustrante et l'arrogance de le faire sans être masqué. Il aurait pu y avoir une pluie magique dans la salle, pas d'alcool, que des filles affreuses autour et un discours encore plus incertain que la soirée ne pourrait toujours pas en être gâcher, tant il y avait tout pour jubiler... Du moins pour Rabastan.

Cependant, entrer dans la soirée était une chose, y rester un temps encore autre chose et en sortir, une autre paire de manche clairement. Rabastan n'en était pas inconscient. Il devait être très prudent, dans la fourmilière ennemie. Ce lieu était sans aucun doute empli de personne voulant sa peau ou du moins n'appréciant pas sa présence, et encore moins accompagné d'une élève sans histoire. Mais la prudence ici ne dépendait plus uniquement de lui. C'était aussi ça prendre le risque d'impliquer quelqu'un d'autre dans l'affaire. Et si pour le moment tout se déroulait parfaitement bien, et si Fraise était pour le moment parfaite dans son rôle, il se suffirait de peu pour que tout bascule.
Tout n'était pas contrôlable malheureusement. Rabastan le compris dès l'instant où Fraise et lui furent rejoins par un jeune homme, puis une jeune fille. Le premier se contenta de le saluer et de poser une question compromettante à laquelle Rabastan répondit de façon sèche mais polie. La jeune fille par contre semblait bel et bien incontrôlable. Elle débarqua complètement ivre, au point d'en oublier son prénom et en interpelant de façon plutôt extravagante le couple formé spécialement pour l'occasion. Rabastan resta cependant fidèle à sa noblesse et se saisit de la main qu'elle tendait pour y déposer un baiser.
Une fois de plus, Fraise rempli son rôle à merveille. Elle les présenta, présentant Rabastan comme son nouveau petit ami à celle qu'elle nomma sa meilleure amie. Elle gratifia le mangemort d'un large sourire. Décidément, cette Fraise avait du cran et plus d'un tour dans son sac. Un jeu d'actrice affirmé également. Rabastan lui rendit son sourire avant de se tourner vers la jeune fille ivre en lui adressant un simple « enchanté ».
La suite fut absolument orgasmique pour le mangemort. Il ne put réprimer un large sourire en voyant le spectacle qu'offrait sa cavalière pour le protéger. Bien entendu c'était avant tout pour se protéger elle et ses amis et pour retrouver Mick mais tout de même, c'était impressionnant.
Il écarquilla les yeux en voyant Fraise asperger le Serpentard de champagne avant d'expédier par la même occasion sa meilleure amie. Il laissa un petit rire s'échapper en observant la scène au combien cocasse.
La suite failli bien faire réagir Rabastan pour la seconde fois. Le garçon sembla mal prendre l'affront et enfouit sa main dans son veston après avoir proféré ce qui pouvait ressembler à des menaces à l'encontre de Fraise. Rabastan serra rapidement sa baguette, se concentrant sur le geste du garçon. Il ne la relâcha que lorsqu'il vit un simple mouchoir sortir. Les aurors aussi avaient remarqué ce geste et par la même occasion le mangemort face au garçon. Tous étaient restés pendu au mouvement peu rassurant du Serpentard et tous furent rassurés de le voir se calmer avant de filer vers les toilettes avec l'ivrogne.

Fraise n'avait, elle, pas attendu la suite. Elle venait de tourner les talons, emmenant avec elle, le mangemort qui la suivi sans opposer de résistance. Elle l'emmena un peu plus loin de la foule et dans un coin ombragé de la pièce et se stoppa face à lui, plantant son regard dans celui de l'homme.
La jeune fille semblait avoir retrouvé toute sa rigueur, son air glacial et presque autoritaire. Rabastan eut un léger sourire en coin lorsqu'à peine après lui avoir demandé quel était le plan, Fraise se reprit en lui faisant remarquer qu'ils étaient surveillé. Rabastan l'avait remarqué effectivement mais n'était pas inquiet. Après tout, il n'avait rien fait de mal jusque là, on ne pouvait même pas lui attribuer clairement et avec preuve, un quelconque fait méprisable. Bien sûr son nom n'était étranger à personne, tout comme son visage, mais le haïr était bien tout ce qu'ils pouvaient faire ce soir en attendant qu'il soit à leur portée.
Rabastan jeta un léger coup d'oeil vers l'observatrice et s'approcha de plus belle de Fraise, conservant la main de la jeune fille dans la sienne. Un sourire charmeur s'afficha sur son visage et son regard se fit à la fois amusé et tendre.

« Je sais... Que crois-tu qu'elle voit si je fais ça... » Murmura-t-il avant d'approcher dangereusement son visage et de capturer les lèvres de Fraise. Il rompit un instant le baiser et sa main libre vint se placer dans le cou de sa captive et son pouce caresser sa joue. « Merci pour t'être débarrassé de tes.. amis... » continua-t-il à demi voix, ponctué par un second baiser. « Le plan est simple, on reste ici, j'observe la soirée, peut-être quelques discussions plus ou moins engageante, si ça s'envenime, je m'arrange pour en sortir, je compte sur toi pour continuer... » Il l'embrassa de nouveau. « Tu t'en sors très bien.. tu es parfaite. » Fit-il tandis que son index venait tapé délicatement sur le bout du nez de Fraise. Nulle doute que d'extérieur, ils avaient l'air follement amoureux et tendres. Personne n'oserait briser l'harmonie du couple, aussi différents soient-ils.
Rabastan se montrait très délicat, loin de l'image du mangemort violent qu'on se faisait habituellement.


[HJ : Je n'en mets pas plus pour laisser à Kate l'occasion d'intervenir si elle le souhaite sans qu'on soit incohérent ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 02/12/2010
● MESSAGES : 72


MessageSujet: Re: INTRIGUE; Struggle for pleasure Jeu 24 Mar - 1:26



Une convocation au Ministère. Tout le monde n'avait eu que ces mots à la bouche, la plupart surpris des évènements, le reste heureux. Heureux parce que le Ministère, c'est classe, et pouvoir dire qu'on y a été convoqué pour une réception, c'est passer pour un BG. Et il y en avait quelques autres qui se demandaient pourquoi, complètement perdus, n'ayant pas tout suivi des derniers évènements... Dans le genre, Ambre, pour donner un exemple. Bien sûr, elle savait qu'une élève avait été tuée dans Poudlard, à cette soirée où la jeune Gryffondor était absente. L'élève en question, elle l'avait connue de vue, croisée plusieurs fois, assez pour être un minimum chamboulée par la mort de la jeune fille. Et pas seulement parce qu'elle la connaissait, mais aussi parce que cela prouvait que Poudlard n'était pas si impénétrable que cela. Cela, elle le savait. Mais Ambre n'avait que très - trop - brièvement suivi les autres évènements pour s'en soucier, aussi se demandait-elle, perplexe, pourquoi ils avaient été ainsi convoqués à cette réception. Non pas que cela l'ennuyait, au moins elle visiterait le Ministère, qu'elle n'avait jamais vu.

Et puisqu'il était demandé une tenue au minimum correcte, ce serait l'occasion de s'habiller un peu mieux que d'habitude. Elle avait enfilé la robe simple, mais élégante, que lui avait offerte ses parents à Noël. La jeune fille, peu soucieuse de son apparence habituellement, avait simplement maquillé ses yeux d'eye-liner et d'un trait de crayon, et enfilé une paire de ballerines de la même couleur que sa robe. Elle n'avait pas l'air si extraordinaire, mais ça ferait l'affaire. C'était ce à quoi elle songeait, alors qu'elle entrait dans la cheminée à la suite d'une fille aux joues rosies d'excitation... A moins qu'elle n'ait abusé de maquillage.

Arrivée à l'intérieur, le premier réflexe de l'adolescente fut de regarder autour d'elle, oubliant momentanément qu'elle se trouvait en plein dans le passage de la personne derrière elle, qui surgit... Sur elle. Le garçon qu'elle venait de gêner jura, lui lança un regard noir et partit sans plus de cérémonie. "Crétin..." souffla-t-elle, profondément agacée. Une fois éloignée de la cheminée, elle fit quelques pas au hasard, perdue. Elle n'avait personne avec elle, ne connaissait pas grand-monde... La première pensée qui lui traversa l'esprit fut " Mais qu'est-ce que je fiche ici ?" Absolument rien. Elle voulait voir, elle avait vu... Et elle ne pouvait pas vraiment repartir maintenant, ce serait non seulement incorrect, mais en plus, sûrement interdit.

Elle attrapa un verre de champagne sur le plateau qu'un serveur portait, et lui sourit en guise de remerciement. Avalant gorgée sur gorgée, la jeune Gryffondor s'approcha lentement de la sortie, s'arrêtant non loin d'elle, sans non plus en être trop proche pour donner l'air de celle qui n'attend qu'une occasion pour se tirer en courant. En parlant de se tirer en courant, Fraise passa devant elle, visiblement bouleversée. Ambre l'observa sortir, sans réagir, et fit en sorte d'avoir un nouveau verre. Le discours avait dû la perturber, elle savait la jeune femme très proche de la fille morte à Poudlard, et... Ambre n'était pas dans sa tête, non plus, aussi laissa-t-elle tomber pour observer tout le monde, lentement. Elle s'ennuyait comme un rat mort... Qu'il se passe quelque chose, suppliait-t-elle mentalement - enfin, presque. Tout le monde parlait, semblait plus moins... Content. Tant mieux pour eux, d'un côté, mais la jeune fille commençait à regretter de ne pas avoir demandé aux personnes qu'elle connaissait si elles venaient, si elles pouvaient s'y retrouver... Grosse paumée, bonjour.


__________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 25/11/2010
● MESSAGES : 36


MessageSujet: Re: INTRIGUE; Struggle for pleasure Jeu 24 Mar - 14:21

Que fessait-elle ici ? Milana se poser la question depuis un bon moment, surtout quelle venait juste de rentrer de voyage. Après avoir fini ses études a Poudlard la jeune fille avait assassiné ses beau-parents. Milana avait eu besoin de quitter ce payas qui était rattaché a autant de souffrance, pourtant malgré tous les endroits magnifiques qu'elle avait vu pendant 2 ans elle n'avait jamais réussi a se sentir chez elle. C'est pourquoi elle avait fini par revenir en Angleterre. Un semaine après son retour un hibou grand Duc était venue lui porter une enveloppe doré avec le tampon du ministère. A ce qu'elle avait compris cette soirée était en l'honneur du ministre qui avait réussi a se libéré des mangemorts.

Dix minutes plus tard, elle se décida enfin a franchir les portes. La soirée battait déjà son plein, les discutions aller bon train et fusaient de tous les coins de la pièce. Un petit orchestre diffusait de la musique douce et des dizaines de serveur arpenter la pièce avec des plateaux remplies de petits fours et de diverses boissons. Elle saisit la première coupe qui passa à sa portée. Juste a l'odeur Milana reconnue la boisson, un hydromel particulièrement parfumé. La jeune fille aimer les bonnes choses, même si elle avait vécu la moitié de sa vie dans la pauvreté, les choses avaient vite changé à sa sortie de Poudlard. Sa beauté lui avait ouverte beaucoup de porte et c'est ainsi qu'elle avait été invité a participé au plus belle fête se fessant toujours invité par des hommes riches et influant. Malheureusement pour eux il finissait toujours par regretter d'avoir fait rentrer le loup dans la bergerie.

Perdu dans ses pensées, Milana arpenter la pièce son verre toujours à la main. Soudain en voulant éviter un serveur la jeune fille percuta un couple se retournant vivement elle leurs fis face.

-Je suis désolé, je ne voulais pas vous bousculer ainsi j'étais perdu dans de vieux souvenir et je n'ai pas fait attention. Je ne vous ai pas fait mal au moins ?

Elle regarda le jeune homme, grand, mince le visage harmonieux. Très élégant pensa t-elle, mais l'heure n'était pas venue de se mettre en chasse, quand à la fille elle était plutôt jolie Brune les cheveux long. Par contre quelque chose clochait dans ce couple, même si Milana n'arrivait pas à mettre le doigt dessus elle sentait qu'une chose n'allait pas .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN'TASTETHEFRUITϟ La bièraubeurre et moi, on déchire
avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 18/07/2010
● MESSAGES : 685


MessageSujet: Re: INTRIGUE; Struggle for pleasure Jeu 24 Mar - 16:55




    Il comprit assez rapidement l'idée qui lui avait traversé l'esprit. Bien sûr c'était évident, mais venant d'un homme, mangemort qui plus est, elle avait eu ses doutes. Il approcha son visage et la jeune femme sentit les battements de son coeur s'accélérer. Les lèvres de l'homme se posèrent sur les siennes et elle ferma les yeux. De cette façon, l'auror ne verrait pas ses pensées défiler dans son regard, de cette façon , elle les penserait pleinement amoureux. Pourtant, dés qu'il parla, elle les rouvrit, plantant ses yeux clairs et puissants dans ceux charmeurs du peut-être criminel. Elle se surprit une nouvelle fois à ne pas répugner cette proximité qu'elle avait avec lui.

    Fraise Swars n'avait pas le coeur bien accroché à certains dires. Il était très facile de lui faire tourner la tête, la gente masculine ne s'était donc jamais privée d'essayer. Mais parvenir à capturer le coeur de la brune et à garder cet esprit libre pour soi, était un exploit dont peu pouvaient se vanter d'avoir été vainqueurs.

    Le dernier avait réussi, elle ne savait comment, mais Mick Curtis avait possédé Fraise. Malgré toutes ses erreurs, tous ses faux pas, il était parvenu à emprisonner son coeur et sous aucun prétexte elle ne l'aurait trahi, l'idée lui avait été simplement inimaginable, l'envie inexistante. Mais pour arriver dans ses bras, elle avait du en trahir un autre, briser le coeur d'un garçon qui avait été fou d'elle, elle l'avait laissé, se tournant vers cet étonnant et bien moins amoureux Serdaigle.

    Le mangemort posa sa paume dans le cou de l'adolescente. Elle frissonna et pria pour qu'il ne le remarque pas. Elle aurait voulu le repousser glacialement, elle aurait voulu sans en avoir l'envie. Elle ne voulait pas qu'il pense avoir son respect, qu'il pense que ce contact lui plaisait, bien que ce fut secrètement le cas. Elle devait jouer son rôle. Elle ne sourit pas mais ses yeux s'ancrèrent un peu plus dans les siens, comme hypnotisée. Elle saisit à peine le sens des mots qu'il lui chuchotait tellement ses pensées contradictoires semblaient brillantes. Le pouce de l'homme caressa sa joue et elle déglutit avec quelques difficultés. Ses lèvres entrouvertes involontairement par son sentiment de surprise appelèrent une nouvelle fois les lèvres de celui à qui elle se devait d'obéir le temps d'une soirée.

    Il lâcha quelques mots sur son plan et elle fronça les sourcils comme pour s'obliger à se concentrer sur ce qu'il disait . Elle fixa ses lèvres, plutôt que ses yeux envoutants , malheureusement celles ci ne l'aidèrent pas plus à se concentrer. Elles se rapprochèrent d'ailleurs une dernière fois. Son doigt caressa d'une geste le bout de son nez, et sentant toujours le regard cette fois différemment curieux de l'auror, elle offrit un large sourire affectueux à cet homme dont elle oublia un instant la dangerosité.

    Ainsi elle était parfaite, et elle ne devait pas s'inquiéter. Elle scruta ses yeux, toujours souriante. Avant de tourner la tête juste assez tôt pour voir s'approcher quelqu'un et percuter le couple d'imposteurs. La Gryffondor recula d'un pas mais il était trop tard. Une jeune femme brune et d'une grande beauté se retourna en s'excusant. La rouge et or reprit très vite la main de Rabastan comme un réflexe.

    Fraise n'eut pas envie de lui répondre, sachant que l'agacement qu'elle ne pouvait déverser sur lui ressortirait certainement vers les autres personnes osant rendre sa soirée un peu difficile à gérer. Et les âmes perdues en quête d'une conversation pour tuer leur ennui n'étaient pas les bienvenues. Elle pressa la main de l'homme et une fois de plus, elle ne ressentit la menace que comment étant extérieure, comme si c'était la jeune femme en face d'eux qui l'attaquerait et Rabastan qui la protégerait. Fraise Swars ce soir là, semblait avoir de plus en plus de mal à garder un semblant d'objectivité.








Dernière édition par Fraise Swars le Sam 26 Mar - 18:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 20/03/2011
● MESSAGES : 59


MessageSujet: Re: INTRIGUE; Struggle for pleasure Jeu 24 Mar - 20:18

Le moment était spécial à plusieurs égards. D'extérieur, Rabastan et Fraise formaient un couple soudé et tendre, bien que leurs différences contrastent fortement l'idée qu'on se fait d'un couple parfait. Ils étaient là, ensemble, proche l'un de l'autre et semblant apprécier cette proximité. Le respect également semblait bien présent et Rabastan mettait un point d'honneur à protéger celle qui ce soir était sa cavalière, envers ceux qui, comme Adrian plus tôt, avait oser insinuer un jugement néfaste sur la jeune fille. Fraise quant à elle, n'était pas inactive non plus bien que ses réactions puisse sembler plus maladroites que véritablement défensives. Ils se sentaient observés, aussi fallait-il qu'ils joue le jeu à fond, et c'est ainsi qu'ils s'étaient retrouvés dans une obscurité partielle à échanger baisers et ce qui de loin ressemblait à des mots doux.
Rabastan n'avait jamais éprouvé de difficulté à jouer ce rôle. Il avait la séduction dans le sang, un vrai charme dont il avait appris à se servir avec habileté, et de bonnes manières toujours très apprécié par le beau sexe. Il ne s'énervait jamais, aussi pouvait-il garder le contrôle sur sa personne et sur la situation, aidant parfois l'autre, son complice à garder lui-aussi son calme. Le manque de sentiments ne le retenait pas non plus pour la simple raison qu'il n'avait jamais vraiment aimé à sa connaissance. Ses seuls amours ? Le mystère puis la chance de le percer, pour le faire mourir dans la vérité. Alors et seulement alors, il cessait d'aimer, puisque le danger disparaissait. Que reste-t-il à aimer chez l'autre lorsque l'on le connait parfaitement ? Lorsqu'il n'est plus capable de nous surprendre ? Lorsque ce qui faisait battre notre cœur de surprise ne fait plus que de nous faire entrer dans un état de léthargie, dans une lassitude sans nom ? Rien.. L'amour n'est plus. Préserver le mystère, n'être que cela... Voilà peut-être ce qui pourrait sauver des sentiments.
Sentiments futiles me direz-vous ? Et vous aurez raison certainement... Car oui je ne parle pas de ce truc que tous le monde dit éternel, je parle plus de l'excitation, du danger et de l'adrénaline que du sentiment amoureux banal. Je parle ici du manque que l'on en ressent, du manque qu'il faut imposer, si l'on veut garder une part de l'autre à jamais. Cette espèce de dépendance qui ne peut naitre que dans l'inconnu, dans l'abîme et la détresse... Il n'y a pas tout ça sans insécurité, il ne faut pas laisser s'installer la lassitude.
Mais je m'égare pour vous définir la façon de voir du mangemort, revenons en plutôt à ce couple, car la vérité était bien différente.
Elle n'était pas sa petite-amie, même pas sa cavalière, elle était sa captive, sa prisonnière. Il se servait d'elle pour gérer la situation, pour son plan machiavélique. Et même s'il se montrait courtois et séduisant, comme à son habitude, ils ne seraient bientôt surement, plus que deux inconnu, l'un ayant aidé l'autre par amour, amour d'un tout autre encore soit dit en passant, et l'autre ayant manipulé le premier à des fins malveillante, lui faisant croire monts et merveille, se servant de sa minuscule faiblesse, sa faille, ses sentiments, sans aucun scrupule à réduire les espérances d'un cœur vulnérable et sincère. Voilà ce qu'était ce couple.

Si Rabastan s'en voulait d'en être là avec Fraise ? Hum... non pas vraiment... chaque guerre à son lot de perte comme le disent certains. Mais disons qu'il n'était plus tout fait insensible à la jeune fille. Touché par sa fragilité, par sa force aussi en même temps, il savait maintenant, bien au plus profond de lui, qu'il ne lui ferait pas de mal. S'il avait pu en douter au départ, mentant pour la convaincre de l'accompagner, il savait maintenant qu'il blesserait mille fois un autre avant de s'en prendre à elle. Il se sentait plus de la protéger, bien qu'il s'en serve, que de la détruire réellement, conscient qu'il lui ferait déjà du mal, au sortir de cette mission.

Il avait son regard planté dans celui de Fraise tandis que ses pensées s'égaraient. Un instant, il ne fit plus attention à l'auror, et nulle doute que ce fut le moment le plus crédible dans son jeu, ce moment où il fixait Fraise en prenant conscience qu'il ne lui voulait aucun mal, qu'il aimait même être à ses côté, la protéger et l'embrasser comme ce fut le cas plus tôt. Il se reprit, troublé d'un tel changement soudain et fut « sauvé » par une nouvelle interruption.
C'était une jeune fille cette fois... Plus âgée que Fraise certainement, peut-être du même âge que le mangemort, peut-être même un peu plus. Aussitôt leur était-elle rentré dedans, qu'elle se retournait pour s'excuser aussi platement qu'une fille de bonnes manières puisse le faire. Rabastan l'observa tandis qu'elle parlait et attendit que Fraise réponde. Voyant qu'elle ne semblait pas prête à le faire et sentant un léger appel au secours dans sa main, il prit les devants.

« Vos excuses sont acceptées, je crois qu'il n'y a pas eu de mal de fait, la fréquentation est assez importante ce soir et dans cette situation, il n'est pas rare qu'un accident arrive... » Fit le mangemort. Ses paroles avaient bien évidemment un double sens.
Rabastan sentit immédiatement dans la tenue, la posture élégante de la jeune fille, qu'elle était surement de bonne famille ou du moins de bonne éducation. Sa verbe aussi semblait distinguée et donc pas celle d'une roturière. Cependant, il avait souvent remarqué, en lui comme chez les autres, que les bonnes manières cache bien souvent une vérité plus crasse, moins classe. Le trompeur n'aimait pas se faire tromper... Lui qui avait effectivement cette noblesse de sang dans chacun de ses gestes aimait à distinguer ceux qui ne faisait que porter un masque. Le jeu était lancé... Il devait savoir qui était cette fille, d'où elle venait, d'où lui venait ses manières et si la vérité était ce qu'elle montrait ce soir ou si elle était toute différente.

Il se rapprocha alors de Fraise, lâchant sa main et passant son bras dans son dos cette fois, sa main se posant sur la taille de la jeune fille.
« Présentons nous... Voici Miss Swars et je suis Rabastan Lestrange pour ma part. » fit le mangemort sans ambages et sans se soucier de ce que son nom pouvait provoquer. Il n'était pas en danger, pas tant que Fraise était là. Les aurors présents l'avait déjà identifié depuis longtemps, son visage n'était pas secret et ils seraient déjà intervenus s'ils avaient pu le faire sans risquer la mort de l'innocente à son bras. Il avait alors accompagné cette phrase d'un sourire séduisant.
Il avait de nouveau montré grande galanterie en présentant Fraise en premier et attendit ainsi que l'interlocutrice prenne la parole en retour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 14/01/2011
● MESSAGES : 120


MessageSujet: Re: INTRIGUE; Struggle for pleasure Jeu 24 Mar - 21:02



NOTHING GOOD HAPPENS AFTER 2A.M



Cette soirée était clairement faite pour les coincées du bulbe. Les handicapés de la folie. Il y avait un orchestre qui jouait une musique douce, comme à un enterrement, en pire. Des serveurs habillés en pingouin passait entre les convives en leur remplissant leur verre, tout en arborant un sourire parfait. Ca parlait, ça parlait... Mais avec discrétion ! Attention, il ne faudrait pas parler plus fort que le Ministre, vous écoperiez d’un petit séjour à Askaban sinon. Bref, c’était vraiment rasoir. Et Jordane jouait son rôle à merveille : souriante, drôle, pétillante, mais pas trop ; elle était simple. Et pourtant, elle ne s’était jamais sentie aussi fausse. Elle ne connaissait personne, et pourtant elle se comportait comme leur meilleure amie. Elle n’aimait pas faire ça. Mais elle sentait le regard pesant de Cathleen Brown juste derrière elle. Comme si cette petite blonde grassouillette attendait qu’elle fasse le moindre faux pas pour tout lui renvoyer à la figure. Alors elle serait fausse pour une soirée.
En pleine discussion avec trois personnes hauts placés dans la hiérarchie du Ministère, Jordane fit couler son regard vers l’entrée. Pas vraiment captivée par les blagues enjôleuse de son voisin, qui lui pensait qu’elle était tout à fait charmée, elle se contentait d’appréhender l’entrée de Josh. Et elle ne se fit pas prier. Il entra quelques minutes plus tard, en smoking, encore plus séduisant que dans ses souvenirs. C’était perturbant, comme à chaque fois qu’elle le voyait. Il venait souvent au Ministère ces temps-ci, pour des entrevues avec Mr Cobb. Bien sûr, elle ne se faisait jamais remarquer à ces moments-là, elle faisait l’innocente, celle qui ne se rappelait de rien et qui continuait de vivre sa petite vie de fille de vingt ans. Alors que la soirée qu’ils avaient passé ensemble l’oppressait comme jamais.
Se rendant compte qu’elle se mordillait la lèvre comme une gamine en le regardant saluer quelques personnes, Jordane se racla la gorge, souriant à son voisin, un certain Todd, qui venait de raconter une énième blague idiote. Elle le sentait approcher dans son dos, comme si un fil invisible la tirait vers lui. Seulement, elle ne bougeait pas, et faisait semblant de participer à la conversation. C’étaient de pauvres gamineries. Elle aurait pu se comporter en adulte et aller le voir en le saluant chaleureusement. Mais non. Elle n’était pas comme ça... Pas si banale.


« Bonsoir Jordane. »


Elle tressaillit. Il était proche, à quelques centimètre. Elle sentait sa prestance derrière son dos. Prenant un moment pour calculer, elle s’excusa auprès des trois interlocuteurs, et se retourna en buvant une gorgée de champagne.
Il était encore plus près maintenant. Elle resta un moment silencieuse, et finit par lui adresser un petit sourire charmant, en lui tendant une main. Elle aurait très bien pu dire bonsoir à son tour. Mais ça n’aurait rien donné. Elle n’avait pas besoin de dire bonsoir. Il n’était pas content, elle pouvait le sentir, même si il était de marbre. Elle avait l’impression d’en savoir beaucoup sur lui, alors qu’elle s’était seulement ridiculisée devant lui.
Et puis son regard dévia sur quelqu’un d’autre. Un homme qu’elle avait bien connu en très peu e temps, lui aussi. Un homme qui l’avait fait souffrir comme personne. Un homme qui l’avait abandonné, et qui, ensuite était revenu pour lui demander pardon. Le pardon... Jordane ne connaissait pas cette chose, ce ressenti. Elle ne connaissait que la rancoeur. Et Rabastan n’arrivait pas à le comprendre, semblait-il. Une grimace apparut sur son visage de porcelaine. Il était avec une jeune fille, sûrement élève à Poudlard, et il l’embrassait, comme ça. Sentant son estomac se retourner, Jordane reposa des yeux choqués sur Joshua. Elle était si heureuse de le voir, en fait. Elle ne se l’avouait pas, cependant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: INTRIGUE; Struggle for pleasure Jeu 24 Mar - 21:46




- Oui, Kate, je le savais. Max m'a mis au courant ce matin, me mettant en quelque sorte devant le fait accompli. Je n'ai pas eu le choix. Mais si je l'avais eu, ces enfants seraient en ce moment bien au chaud dans leurs lits, entre les murs sécurisants de Poudlard.

Clemens fit une pause et regarda vers les bureaux. Kate suivit le mouvement en fronçant le nez, signe caractéristique de mécontentement et de frustration.

- Il est sûrement dans son bureau, Kate. Mais je doute qu'il laisse y entrer qui que ce soit. Même pas moi...

Personne... La laisserait-t-il rentrer ? Après les évènements à l'hôpital, il y avait une possibilité... Kate frissonna et chassa cette idée de son esprit. Elle ne lui avait parlé qu'une seule fois, une heure peut-être. Mais quelle heure...
Soudainement, le silence se fit, et quand Kate l'aperçut, elle eut l'impression que les lumières faiblissaient - mais sans doute était-ce seulement l'aura lumineuse que dégageait le ministre qui les rendait plus ternes. Elle voulut détourner ses yeux, mais son regard était comme aimanté par sa personne. Son ventre dansait la java et elle fronça des sourcils quand ses genoux voulurent les rejoindre. Quand il commença à parler, elle s'apaisa. Entendre de loin cette voix qu'elle avait entendue de si près auparavant lui fit un effet étrange, comme si une vitre les séparait. Il parlait, mais elle n'écoutait pas. Il parlait, et quand il croisa son regard, le temps s'arrêta un instant. Et puis, très lentement, il reprit son cours, et Kate se réveilla comme d'un rêve. Elle détourna hâtivement le regard... Pour qu'il tombe sur un couple, au fond de la salle.

Une jeune fille, 17 ans tout au plus, très belle, était accompagnée d'un homme plus âgé, la vingtaine, sombre. Kate observa leur attitude. La jeune fille, élève de Poudlard à n'en pas douter, semblait mal à l'aise, mais à la fois... Indifférente, en quelque sorte. Leurs yeux se croisèrent, et l'élève dit quelque chose à son compagnon. Elle ne cessait de la regarder, et Kate ressentit un profond doute. Il n'aurait pas...
Dans son esprit se formaient déjà les différentes possibilités de libérer la jeune fille de son " ami ", quand l'homme en question se baissa et embrassa tendrement la brunette. Il lui chuchota plusieurs choses, sans cesser de l'embrasser, puis tapa le bout de son nez de l'index. Kate fronça les sourcils une nouvelle fois, mais se détourna. Ils semblaient normaux, mais son instinct lui disait que ce n'était pas le cas, et elle se promit de veiller sur cette jeune fille qui s'appelait Fraise, ce qu'elle apprendrait plus tard.

Elle se concentra de nouveau sur la foule, et tenta de discerner Maximus. Elle le vit en compagnie d'un jeune homme, et bien que son premier geste fut d'avancer vers lui, elle se ravisa rapidement. Ce n'était absolument pas le moment. Attrapant nerveusement le bras de son meilleur ami, Clemens, elle remit une mèche de cheveux derrière son oreille.


- Il... Il t'a parlé de moi ? Depuis la dernière fois... Qu'est-ce qu'il t'as dit ? Clemens j'en peux plus, je sais plus quoi faire.

Elle sous-entendait une longue discussion qu'ils avaient eue, en compagnie de Melody et de Juliet. Kate était perdue, vide et à la fois tellement repue de sentiments. Jamais elle n'avait ressentit cela auparavant, et jamais elle n'aurait imaginé le ressentir. Alors que devait-elle faire, que pouvait-elle faire de plus que de demander avis à des personnes qu'elle aimait et qui connaissaient cela ? C'était peut-être pathétique, ridicule... Mais elle était perdue comme une petite fille, cette petite fille qu'elle était redevenue depuis peu.
Revenir en haut Aller en bas
MODO'ELO.BUDDYϟ Je suis une peste et je le vaux bien
avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 25/07/2010
● MESSAGES : 303


MessageSujet: Re: INTRIGUE; Struggle for pleasure Ven 25 Mar - 19:10

Le sentir se rapprocher ainsi fit regretter à Crystal de ne plus être dans la clairière pourtant, l'heure n'était pas venue de jouer ou peut être que si en fait, mais différemment.

-Imprévisible dis-tu? J'ai besoin que tu me rafraîchisse la mémoire, j'ai un peu de mal à m'en souvenir.


Quelle menteuse fessait-elle. Se souvenir ne la quittait jamais, elle s'était même surprise à retourner à la clairière, mais jamais il n'était revenu. Pourtant, elle ne ressentait aucun grief contre lui après tout ils ne s'étaient rien promis ce jour-là. Non ils avaient juste cédé à des instincts bestiaux emporter par l'euphorie du moment . Malgré tout Crys n'avait qu'une chose en tête recommençais encore et encore, mais le lieu n'était vraiment pas approprier pour ce qu'elle avait en tête. La jeune fille pouvais sentir les regards posaient sur eux. Détachant ses yeux quelques instants de Keenan, elle aperçut une jeune femme qui les observaient avec insistance. Une expression traversa soudain le visage de l'inconnue, un sentiment que Crsytal connaissait bien, pour l'avoir provoqué des dizaines de fois chez la gente féminine la jalousie. Mais pourquoi ? Après tout Crystal ne fessait que discuté avec Keenan, rien ne trahissait ce qui s'était passé entre eux . Et pourtant, la femme devenait de plus en plus fermé au fur et à mesure que Crys se rapprocher du jeune homme ou peu^-être de son homme.

-Keenan connaîtrais tu pars hasard la fille qui est assise au bar ? Je demande ça, car elle me dévisage depuis que je t'ai dit bonjour.

Le corps de Crystal se raidit immédiatement, percutant sur ce qu'elle avait fait une semaine plutôt couché avec un homme dont elle ne savait rien. Elle planta un regard froid et lourd de sens dans celui de Keenan. L'heure était peut-être à la vérité.




Crystal Shadow 16ans
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 25/11/2010
● MESSAGES : 36


MessageSujet: Re: INTRIGUE; Struggle for pleasure Ven 25 Mar - 19:31

Le son de sa voix était tout aussi charmante que son apparence. En entendant le langage employer par le jeune homme Milana compris vite qu'il s'agissait d'une personne de bonne famille. Famille qui devait être très connue, car a en jugé les invités avaient dû être trier sur le volet et la seule à faire étrange dans ce paysage était bien sûr Milana. Peut lui importait de toute manière, car elle ne connaissait que trop bien la marche à suivre dans ce genre de réception.

-Enchanté de faire votre connaissance Mlle Swars, Mr Lestrange. Je me nomme Milana Ra.... Blackwolf.

La gaffe avait été évitée de peu. Comment avait t-elle était aussi stupide pour avoir laissé une information pareille sortir de sa bouche. Se mordant légèrement la lèvre Milana observa attentivement la réaction du couple. La jeune fille ne semblait même pas faire attention à cette conversation comme observer par autre chose, quand au jeune homme rien dans son visage ne trahissait aucune émotion, il semblait se contenir avec nue force surhumaine. Que cachait en fait cette façade ? Ce mystère resterait entier pourtant, car le moment n'était pas venu de faire tomber les masques. Elle-même n'était pas prête à faire tomber le siens.

-Cette réception est vraiment charmante. Vous ne trouvez pas ?

Que lui prenait-elle d'ouvrir ainsi la conversation, décidément Milana avait vraiment des réactions bizarres en ce moment. Il fallait quelle se reprenne au plus vite avant de faire de nouvelle bévue. Elle devait prendre congé du couple et même partir de cette soirée avant que les choses sorte de son contrôle, mais cela aurait été du plus mauvais effet et sûrement pas la meilleure manière de passer inaperçu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN'TASTETHEFRUITϟ La bièraubeurre et moi, on déchire
avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 18/07/2010
● MESSAGES : 685


MessageSujet: Re: INTRIGUE; Struggle for pleasure Sam 26 Mar - 19:56




    Un bourdonnement commençait, ses oreilles, une migraine. L'équilibre psychologique de la jeune femme était dangereusement précaire suite à tous les malheureux incidents dont elle avait été victime ces derniers temps.

    Une envie de vengeance, une envie de violence, même gratuite. Traduire ses pensées troublantes en gestes regrettables. Faire ressortir cette rage qui l'étouffait. Et également au milieu de tout ça , l'amour et avec lui l'attirance, la faiblesse, les regrets.

    Rabastan répondit comme prévu, enserrant la taille de Fraise qui se contenta de fixer la jeune femme, du nom, elle le savait à présent, de Milana... le nom de famille partagé, elle le comprit aussitôt, n'était qu'un mensonge.

    Son regard fixe était faux lui aussi, non, elle n'étudiait pas chaque trait de son visage, la Gryffondor était perdue dans ses pensées. Ces échanges entre Milana et Rabastan lui permettaient de souffler quelques secondes, de se recentrer. Le danger ne venait pas des autres. Son petit ami était aux mains des alliés de son " cavalier " et pourtant le fait de lui avoir tenu la main ne l'avait pas répugnée. Le fait de passer une soirée sous haute tension, ne semblait pas l'agacer plus que cela non plus... Aurait-elle passé une meilleure soirée en étant tranquillement assise avec Ariana dans un coin de la pièce à dévorer les amuses-bouches? Non.

    Elle répugna une fois plus la naissance d'un sentiment qu'elle n'aurait pas dû ressentir, elle souhaitait que les événements dérapent, elle souhaitait voir son adrénaline grimper, elle souhaitait se sentir en danger, assister à une quelconque situation violente aussi, peut être... Et elle ne souhaitait pas rester spectatrice.

    Comment rester calme, bien à sa place alors que sa meilleure amie avait été assassinée sans raison? Comment conserver ce masque alors qu'on meurt d'envie d'exploser? Comment rester cette Fraise pétillante et si gentille alors que celui qu'on aime se fait peut être torturer? Alors que celui qu'on aime est peut être déjà anéanti lui aussi? Comment tenir la main d'un meurtrier alors qu'on prône la justice et la bonté?

    Non, non... des larmes menaçaient grandement de s'écouler des yeux émeraudes de la jeune femme. Elle ne tarderait pas à perdre le contrôle, qui avait eu l'idée de passer une musique triste à l'assemblée de sorciers? Elle prit une grande inspiration qui la fit frissonner.

    - Absolument charmante.. J'espère que vous y trouvez autant de plaisir que nous... Milana.

    Bien qu'elle employa le prénom avec un fin sourire, le ton de la Gryffondor invitait poliment la femme à prendre congé. Les larmes menaçaient de plus en plus de franchir la barrière de ses yeux et elle paniqua, se sentant prise au piège. Comme un ennemi, son esprit envoya ses pensées dans d'horribles visions d'un Mick mutilé.

    Néanmoins experte en fausses apparences, Fraise accorda un dernier regard à la femme, celui ci l'invita également à les laisser à présent et la jeune sorcière refit doucement face à son partenaire, le regard grave et fougueux , un léger sourire en coin, elle se hissa sur la pointe des pieds et cette fois -ci ,ce fut elle qui se saisit de ses lèvres. Une de ses mains fila dans la nuque du mangemort. L'ardeur avec laquelle elle l'embrassa ne put faire douter personne, puisqu'il n'y avait réellement rien qui ne soit faux dans ce baiser. Une douce violence , elle sembla aux yeux des autres, assoiffée des lèvres de son compagnon. Mais elle avait la chance qu'ils ne puissent lire tout ce qui traversa son esprit. Le besoin d'affection, d'attention, le besoin d'agir, l'impossibilité de rester immobile, mais surtout...

    Fraise libéra les lèvres attirantes de son maitre d'un soir et enfouit son visage dans son cou, ou elle put secrètement permettre à ces larmes indomptables de se déverser, ou elle pouvait l'espace d'un instant, relâcher la pression, retirer le masque. Elle se sut faible, elle avait conscience qu'elle ne se verrait plus offrir de compliment sur son jeu parfait ce soir là. Elle n'avait pu faire autrement. Certainement, il comprit qu'il devait la laisser reprendre ses esprits.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 20/03/2011
● MESSAGES : 59


MessageSujet: Re: INTRIGUE; Struggle for pleasure Dim 27 Mar - 2:53

La soirée se déroulait plutôt simplement jusque là, c'était comme si Rabastan avait tout prévu ou que du moins le couple qu'il formait avec Fraise avait tout pour évincer chacun des obstacles. Ils étaient observés mais leur couple si bien montré permettait d'entretenir chez chacun un doute indéniable, les empêchant d'agir, pour le moment. Fraise était venu « au secours » du mangemort lorsque la situation devenait incontrôlable et ce dernier en faisait de même lorsqu'il sentait qu'elle n'en avait pas la force, ou qu'elle n'avait tout bonne ment pas la réponse. Ne se quittant pas d'un iota ils évoluaient ensemble dans la salle, contrôlant à merveille chaque rencontre. Pourtant, le mangemort sentait quelque peu l'étau se resserrer, comme si bientôt, tout allait s'assombrir, comme si bientôt, il devrait prendre les devants et quitter le plus habilement possible ce lieu hostile.

Faisant la conversation avec une jeune femme venue à leur rencontre, le mangemort présenta sa cavalière et lui-même avant d'observer la réponse de son interlocutrice. Fraise était restée muette depuis qu'ils étaient revenu dans la foule, après s'être embrassés devant les yeux d'une auror. Rabastan prenait donc l'initiative de la conversation se demandant intimement si ce contact, sa main sur la taille de Fraise, leur baiser, avait été source de dégout et si c'était là la raison de son silence soudain. Il analysait la situation, comme à chaque instant, ne laissant rien au hasard et il comprenait facilement qu'elle se déteste ce soir d'être là avec lui. Il comprenait encore plus aisément le profond dégout qu'il lui inspirait, il ne pouvait lui en vouloir pour ça.
Leur interlocutrice venait de se présenter, sortant le jeune homme de sa léthargie psychique. Il venait de se passer quelque chose, quelque chose d'important. Elle avait hésité sur son nom, pire elle avait failli en donner un autre... Rabastan fronça légèrement les yeux et les planta profondément dans ceux de celle qui venait de se présenter comme s'appelant Milana. Il prit note intérieurement de l'hésitation sur le nom, cela cachait quelque chose et serait certainement sa première découverte sur la jeune fille, la première ficelle, laissée échapper de la bobine de nœud. Et Rabastan allait tirer cette ficelle jusqu'à en démêler ce premier point. Maintenant, ou lors d'un autre rencontre, peu importait puisqu'il se souviendrait de tout, il avait tout son temps.

Fraise dû une nouvelle fois venir à son secours, ou bien le fit-elle pour elle... Le fait est que le regard de Rabastan s'égara derrière Milana, au loin, sur un visage familier. Jordane... Celle qu'il avait abandonnée, celle qu'il essayait de revoir depuis des semaines, celle auprès de qui il devait s'excuser, celle qui ne voulait plus le revoir... Il la fixa un instant tandis qu'elle, ne l'avait pas remarquée. Il se demanda si elle l'avait repéré plus tôt et prenait un malin plaisir à éviter de regarder dans sa direction pour l'éviter, ou bien parce qu'elle l'avait vu avec Fraise... Impossible à juger d'aussi loin. Il ne pourrait se rendre compte de cela qu'en allant lui parler, l'effet de surprise sur le visage témoignerait alors pour elle. Mais l'heure n'était pas à ça, il n'aurait certainement pas le temps ce soir, pas comme ça.
Le garçon baissa la tête un instant, perdu dans ses pensées et dans ses regrets d'avoir été si lâche, si jeune. Il la releva lorsqu'il sentit la hanche de Fraise se dérober sous sa main. Il se tourna alors vers elle et la suivit du regard tandis qu'elle se mettait entre lui et Milana. Il planta furtivement son regard dans le sien avant de capter le léger sourire apparu sur les lèvres de Fraise. Elle s'approcha et captura les lèvres du garçon avec fougue, sa main enfouit dans sa nuque. Rabastan répondit au baiser, d'abord surpris puis ferma les yeux. Ses mains vinrent entourer le corps de la jeune fille, de façon respectueuse. Mille pensées s'affolèrent dans son esprit, comme si ce baiser n'avait rien de fictif, comme s'il n'avait rien de platonique. Il sentit autre chose, un autre chose qu'il ne sut définir clairement. Il y avait là, la violence d'un vrai baiser, violence affrontant la tendresse mise en place plus tôt. Il y avait là comme un goût de sentiments, de désir même.
Ce baiser devait-il remettre en cause ses premières impressions ? N'éprouvait-elle alors plus aucun dégout envers lui ? Impossible... Il était là, se servant d'elle, la rendant esclave de ses sentiments pour un autre.. Comment aurait-elle pu ressentir autre chose qu'une haine insatiable de lui ?
Il fut troublé par ce baiser et lorsque le contact charnel fut rompu, il s'évertua à retrouver son masque, celui de l'homme habitué à ce baiser, celui de l'homme qui trouve ce baiser tout à fait normal entre eux. Il crut qu'elle allait s'écarter, pensant qu'elle devait avoir fait ça pour remercier une nouvelle fois, celle qui plus tôt leur parlait.

Loin de lui l'idée qu'elle puisse réellement avoir besoin de lui à ce moment.. Loin de lui l'idée même qu'elle puisse avouer un tel besoin, si tant est qu'il ait existé. Elle vint se blottir délicatement tout contre lui et enfouit son visage dans son cou. Il continua à penser qu'elle faisait ça pour évincer Milana. C'était tellement plus simple de penser cela.. Qu'elle jouait le jeu, pour se défaire d'un obstacle. Mais un tout autre ordre de pensées s'agitait dans son esprit, en même temps que le premier. Et la sensation des larmes de Fraise contre sa peau vinrent confirmer son pressentiment.
Elle craquait... Elle venait de laisser échapper quelques larmes, là tout contre sa peau chaude et ne voulait le révéler à l'assemblée. C'était alors le seul moyen qu'elle avait trouvé, c'était son appel au secours.
Le mangemort frissonna à se contact et déglutit difficilement, troublé. Une de ses mains resta dans le dos de Fraise tandis que l'autre remontait. Cette dernière vint se loger dans la nuque de la jeune fille, la serrant doucement contre lui, rassurant et attentionné. Il déposa un baiser sur sa tempe.

« Je suis désolé... » Murmura le mangemort. Combien de fois avait-il prononcé ces pauvres mots ? Deux, peut-être trois fois...
Il ne savait plus quoi faire, elle l'avait déstabiliser, le rendant vulnérable soudain. Il voulait la protéger, il voulait presque partir, quitter cette soirée, pour la libérer et cesser ce jeu malsain. Il aurait tant voulu que cela soit possible. Mais, il était là pour quelque chose et ne pouvait pas tout foutre en l'air pour un foutu remord. Il devait aller au bout... Il ne partirait que lorsqu'il estimerait avoir accompli sa mission, quand il estimerait que c'était le moment. Lorsque quelqu'un oserait le regarder, lui, accompagné de Fraise et lui demanderait de partir.
Il voulu prendre le visage de Fraise pour lui sécher les larmes mais se reprit, il ne pouvait pas l'obliger à afficher cette faiblesse de plus au regard de tous, et il avait seulement envi de la garder dans ses bras, le temps dont elle aurait besoin pour se reprendre. Il pouvait attendre. Tout le monde ici comprendrait également la fragilité de la jeune fille, chacun connaissant son histoire récente. Elle pouvait craquer, c'était même dans son bon droit.

« Ca va aller... Ca sera bientôt terminé et on sortira d'ici.. » Fit-il, sa main caressant la nuque de la jeune fille pleurant dans son cou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 26/03/2011
● MESSAGES : 53


MessageSujet: Re: INTRIGUE; Struggle for pleasure Dim 27 Mar - 17:39


    Une cérémonie organisée par le ministère ? A première vue, cela n'enchantait pas du tout le jeune John Dawlish. Faire des ronds de jambe, ce n'était pas vraiment ce qu'il aimait. Encore moins quand une tenue spéciale était de rigueur pour ce même bal. L'uniforme de l'école, voilà qui lui allait parfaitement. Il ne comprenait pas vraiment pourquoi on devait s'embêter à revêtir des vêtements luxueux -que de toute façon, il ne pouvait pas acheter, ce n'était pas avec le salaire de vendeuse de sa mère qu'il allait faire des folies.

    De toute façon, John Auxence n'avait pas vraiment son mot à dire. Le terme convocation était en lui-même assez clair pour qu'il comprenne que comme tous les autres élèves, il devrait se rendre au Ministère de la Magie pour y écouter ce que le charmant ministre avait à dire, que cela lui plaise, lui déplaise, le gêne, l'embête, le terrorise , le fasse vomir, l'empêche de dormir, lui donne des démangeaisons, l'énerve, l'agace, le fasse rire . (Veuillez rayer les mentions inutiles).
    On l'attendait à une heure bien précise avec les autres Serdaigle. D'après ce qu'il avait compris, ils auraient tous à passer par les cheminées. Ce n'était pas aussi rapide pour les groupes que le transplanage ou les portoloins, mais certainement le ministère trouvait-il cela moins dangereux. Comme il était doux aux oreilles de John de voir qu'il maîtrisait désormais tous les aléas de la vie d'un sorcier, problème de transport y compris. Lors de son entrée à Poudlard, le jeune homme qui avait été élevé en grande partie par une mère moldue n'y connaissait pas grand chose. Désormais, au bout de 7 années, il avait parfaitement intériorisé tout ce qui devait l'être.

    Ils étaient attendus dans le bureau du professeur McGonagall. John aurait la correction d'arriver à l'heure. Il ne mit pas longtemps de toute façon à vêtir un costume noir, classique, sobre. Le seul qu'il avait de toute façon. La robe de sorcier, il avait essayé, mais cela ne l'avait pas conquis. Il préférait un bon vieux pantalon noir. Avec une chemise blanche, toute simple, le jeune homme était élégant sans trop en faire. Il arborait l'écusson de sa maison sur la veste de son costard, ce qui ne gâchait rien. Fier d'être chez les Serdaigle ? Oui ! On lui disait souvent qu'avec son tempérament de tête brûlé, il aurait du avoir sa place chez les Gryffondor.

    Il attendit donc son tour, en tarabustant quelque peu ses amis à proximité, avant d'entendre son nom et de faire un clin d'œil à ceux avec qui il attendait. D'humeur taquine, le jeune garçon ? Pas plus que cela, mais il devait avouer qu'il n'avait aucune envie de tirer une tronche de cinq pieds de long. Bref, il entra dans le bureau, pris la poudre mise à sa disposition et arriva dans la salle où ils étaient tous attendus. Cela faisait un paquet de monde et une organisation bien complexe, certainement. Avec un peu de méthode, on devait pourtant réussir à s'en sortir, jugea le jeune homme, en regardant autour de lui.

    Maximus Cobbs commença et John prit le parti de l'écouter avec attention. Il était majeur, désormais et il était hors de question qu'il ne parvienne pas à prendre son parti dans cette affaire d'aussi haute importance. Heureusement, il avait hérité d'un sens de la justice assez aigu (on ne savait pas bien de qui il avait pu hériter de cela, d'ailleurs …) qui lui faisait redouter le Mal au profit du Bien.

    Le ministre parla, évoquant la torture qu'il avait subi. Et il descendit ensuite de l'estrade. Que dire, donc ? C'était … intéressant, pour le moins. John savait qu'il suivrait cette voie, lui aussi, pour la lumière et contre le Seigneur des Ténèbres. Mais jusqu'à où pourrait-il aller ? Il ne le savait pas encore lui-même. Le jeune homme souhaitait devenir auror et avait les notes qu'il fallait en conséquence, mais sans savoir si cela suffirait. Il fallait être d'une trempe bien particulière pour être auror … Tandis qu'il réfléchissait, la soirée continuait à battre son plein -si on peut s'exprimer ainsi … Il chercha du regard quelques têtes connues avec qui il aurait des affinités particulières. Bah oui, ça sert aussi à cela, des réceptions ...



HJ: si quelqu'un veut venir lui parler, il est ouvert à toutes propositions Cool !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DARK&SECRETϟ Vivre, ça doit être une belle aventure
avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 05/08/2010
● MESSAGES : 634


MessageSujet: Re: INTRIGUE; Struggle for pleasure Dim 27 Mar - 22:38





Moment d'absence. Elle se réveilla seulement lorsqu'elle vit Fraise renverser "accidentellement" sa boisson sur le gars là... Depuis quand il était là lui ? Elle ne l'avait même pas remarqué. Pourtant sa petite tête lui disait quelque chose... Boarf, elle s'en fichait en fait, pas la peine de se donner un mal de crâne pour mettre un nom sur une étiquette. En voyant la scène, elle ne put s'empêcher de pouffer de rire ; dans le genre petite garce euphorique. Reprenant ses esprits, elle regarda bizarrement Fraise quand celle-ci la pria d'aller aux toilettes avec le gars sans nom fixe. Si elle avait été lucide, elle aurait remarqué cette petite lueur dans les yeux de sa meilleure amie. Ce petit point qui brillait, et qui, sans aucun doute, disait que la situation n'était pas normale. Lucide, elle aurait cherché à savoir qui était Rabastan. Lucide, elle aurait entraîné Fraise à l'écart. Et lucide, elle aurait vu que ça ne collait absolument pas.
Mais elle était saoule. Et cela impliquait beaucoup de choses. Et donc, elle partit en direction des toilettes sans demander son reste. Elle monta sur le lavabo comme une gamine, et fit balancer ses jambes en regardant l'inconnu nettoyer son costume. Elle avait le tournis, et finit par descendre du meuble.

- Tout va bien?

Sans crier gare, Ariana se mit à se vider complètement sur les chaussures d'Adrian. Et voilà, au moins c'était sortis. Maintenant elle se sentait beaucoup mieux. Grâce à ce petit gars. Elle lui sourit largement, et posa une main sur son épaule.

– Beaucoup mieux, merci !

Lui accordant un clin d'oeil, elle se rinça la bouche avec de l'eau, alors que lui était à deux doigts de pété un câble. Elle sortit des toilettes toute guillerette, et fut choquée par ce qu'elle vit : Fraise, Rabastan, bouche contre bouche... Quelle ho-rreur. Elle en resta littéralement bouche-bée. Et Mick alors ? Alors là, ça y'est, c'était décidé : Fraise n'était plus son amie, voilà. Elle la bouderait. Tournant les talons, chancelante, la jeune fille tomba nez-à-nez avec un autre gars sur qui elle n'arrivait pas à placer un nom. Josh ? Joe ? John ?... Ouais, John. Un serdaigle, plutôt mignon, avec qui elle n'avait jamais vraiment parlé.

– Coucou John !

Sur ces mots, elle entoura le garçon de ses bras. Une étreinte qui dura des siècles. Peut-être même qu'Ariana avait dormis, rien que quelques secondes.


WE CAN TRY.. MAKE ME SMILE ★❝I'm not a perfect person, there's many things I wish I didn't do. And so I have to say before I go that I just want you to know : I've found a reason for me to change who I used to be. A reason to start over new, and the reason is you. I’m sorry that I hurt you, it's something I must live with everyday, and all the pain I put you through. I wish that I could take it all away, and be the one who catches all your tears : and the reason is you.❞ A&S

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GRYFFINDOR ϟ N'aie pas honte de ce que tu es...
avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 04/03/2011
● MESSAGES : 93


MessageSujet: Re: INTRIGUE; Struggle for pleasure Mer 30 Mar - 16:47



_FLYNNOUNET ! Tu m’as tellement manqué ! Tu te rappelles le jour où t’as perdu ton slip à la fête au bord du lac ? C’était tellement marrant ! PLIC PLAC PLOC, plus rien.. Cette nuit là nous a tous un peu traumatisée tu sais... Mais bon, t’as grandis ! Et ça, c’est super génial mega topissime mon petit Flynn. Bon allez, c’est pas tout ça, mais moi je me casse.


Flynn restait bouche bée. La Serdaigle semblait n'avoir rien comprit de ce qu'il disait, et ça confirma le fait qu'elle était bel et bien saoule. Après des excuses, qu'elle l'appelle par son surnom et qu'en plus elle lui rappelle un vieux souvenir qui datait de leurs premières années à Poudlard. Il n'appréciait pas trop qu'elle lui rappelle, et encore moins ainsi. Oui c'était bien arrivé, mais elle oubliait des détails... Elle aussi avait eut sa part de honte cette nuit là! Mais il ne voulait pas y repenser... Ce n'était pas le moment.


Flynn hésitait entre deux types de réactions: la retenir ou la laisser partir. Elle était effectivement saoule, et pourquoi s'acharner à vouloir parler à quelqu'un qui ne comprend pas un mot de ce qu'on lui dit? Et qui n'a pas conscience de ses actes? Flynn la laissa partir. Il la vit s'éloigner à travers la masse de gens qui se pressaient dans la grande salle. Il la perdit vite de vue. Il aurait bien une autre occasion de s'expliquer avec elle! Ce soir ce n'était apparemment pas le bon moment. Tant pis... Ce sera pour une prochaine fois. De toute façon, il la verrait surement en cours le lendemain ou à un autre moment de la journée. Il se promit de de lui parler le plus tôt possible, le lendemain matin. Mais il se sentait déjà moins coupable, il avait fait ses excuses, et elle ne pourrait rien lui reprocher. Même si elle ne s'en souvenait pas...


Ça y est... Flynn n'avait plus rien à faire... à part s'ennuyer à mort à une soirée où il n'avait pas du tout envie de se trouver ce soir là. Seul. Allez! Il faut se ressaisir et remettre de l'énergie dans ce corps qui ne demande qu'à rentrer chez soi! Mais il n'en avait pas la possibilité alors autant profiter du buffet! Surtout qu'il mourrait de faim! C'est ainsi qu'il s'approcha des mets et des boissons qui lui criaient de venir! Il succomba à l'appel de son estomac, et se servit une coupe de champagne. Bah quoi? Il avait 17 ans, il était majeur! Il avait parfaitement le droit de boire de l'alcool! Bon ok, il boit déjà depuis pas mal de temps, mais là c'était une fête organisée par le ministère de la magie! Si il tombait sur son père et qu'il n'aurait pas eut 17 ans, il se serait fait tu... euh... engueul... disputer! Mais ce n'était pas le cas, alors pourquoi se casser la tête avec des questions idiotes de ce type?


Après qu'il se soit servi, il vit un ami à lui, et tout content d'avoir trouvé de la compagnie, ils entamèrent une grande discussion sur l'ennuie de la fête. Mais son ami dut partir rapidement, car il vomi sa part de gâteau sur un bout du buffet. Il dut évidement partir, et fut escorté par un des professeurs de Poudlard, jusqu'au château. La fête était finie pour lui apparemment! Flynn l'enviait presque, mais le vomi le dissuada de l'idée qu'il pourrait en faire de même. Il se retrouvait encore une fois seul. Il avait l'impression de faire pitié. Il soupira, et se dirigea vers un autre coin de l'énorme salle de réception. Il déambulait à travers la foule de sorciers, souvent préoccupés dans des conversations ennuyante et banales...


Soudain, il stoppa net sa course. Devant lui se tenait une personne qu'il aurait voulu ne jamais revoir: Rabastan Lestrange. Flynn le détestait au plus haut point. Pourquoi? Flynn ne savait pas exactement au départ ce qui déclencha sa haine, mais il savait une chose: Rabastan était mauvais. Le gryffondor savait qu'il était un mangemort et pas un des plus indulgents! Et puis, il s'était rapproché d'une des amies à qui Flynn tenait le plus: Emma Jenkins. Flynn voyait en cette relation, un moyen pour mieux frapper. Il avait déjà essayé de mettre en garde son amie, mais rien. Tous le monde prenait ça comme de la... jalousie? Mais pas du tout! Flynn ne voulait même pas penser à ce mot! Lui jaloux? Jamais! Et pourtant... Il était loin de se douter qu'il était plus que jaloux, et c'était ce sentiment qui l'animait contre le mangemort.


Son regard alla du mangemort à une fille qu'il connaissait bien: Fraise Swars. Fraise était une de ses plus proches amies.Ils se connaissaient depuis leurs premiers jours au sein de la grande école de magie. Ils étaient même sortis ensemble l'an précédent. Mais leur relation n'avait durée que quelques semaines, en se rendant bien compte qu'ils étaient plutôt faits pour être amis. Ils avaient eut des difficultés à remettre en place leur amitié... Mais quand l'assassinat de Bérénice arriva, ce fut à ce moment là que les deux renouèrent leur amitié, encore plus forte et plus grande qu'avant. Flynn avait été là pour Fraise, et c'était ce qui avait déclenché leur amitié renaissante. Et quand il vit son amie, pleurant dans les bras de son ennemi, il ne put se contenir.


Flynn s'avança vers eux, et ne fit pas attention à la fille qui se tenait à côté d'eux. Quand il fut arrivé jusqu'à eux, il déclara, d'un ton menaçant envers Rabastan:

_Qu'est-ce que tu lui as fait? Lâches-là!

Se tournant vers son amie, il lui dit, d'un ton apaisant et plein d'amitié:

_Fraise, qu'est-ce qui se passe?

Il était loin de se douter, que Rabastan allait revenir sur le sujet qui allait le plus fâcher Flynn: Emma.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN'TASTETHEFRUITϟ La bièraubeurre et moi, on déchire
avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 18/07/2010
● MESSAGES : 685


MessageSujet: Re: INTRIGUE; Struggle for pleasure Ven 1 Avr - 1:15

    Elle n'était pas en mesure de réfléchir au pourquoi de ses actes. La fragile mais courageuse Gryffondor avait craqué. Elle ne le faisait pas souvent, et surtout, jamais aux regards des autres. Elle se savait... humaine, mais elle répugnait à la faiblesse.

    Elle était dans les bras d'un potentiel tueur, et pourtant... elle se sentait là protégée. Elle ferma ses yeux noyés de tristesse et se serra contre lui, plus grand, plus âgé, plus mature. Les mauvaises langues l'avaient souvent désignée comme une " mangeuse d'hommes " ce qui la mettait vraiment mal à l'aise, Fraise Swars n'éprouvait aucun plaisir à voir les autres malheureux, elle ne cherchait pas à afficher un tableau de chasse impressionnant, ne cherchait pas à voler les petits amis d'autres, à tromper pour s'amuser, non... Elle recherchait simplement, toujours, l'attention et l'affection masculine, traumatisme de son père qui ne l'avait jamais aimée.

    Elle sentit la main de l'homme se poser doucement sur sa nuque, elle sentit ses lèvres quelques instants après. Sa douceur ne lui donnait que plus envie de relâcher les larmes qu'elle contenait depuis trop longtemps mais elle luttait, elle luttait pour qu'elles s'arrêtent, elle luttait pour faire bonne figure, elle luttait pour ... qu'il ne soit pas déçu d'elle.

    D'où venaient ces sentiments qu'elle n'aurait dû ressentir, elle n'en sut encore rien et n'eut pas la force de chercher à les comprendre. Il lui murmura qu'il était désolé, elle frissonna. Il lui sembla sincère... Se pouvait-il qu'il la considère autrement que comme un objet? Il la rassura ensuite, murmurant une nouvelle fois, et elle prit une grande inspiration, tentant à tous prix de calmer sa faiblesse. Il aurait très bien pu se taire, il n'était en rien obligé de la rassurer...

    Soudain la main rassurante bougea... des bruits de pas précipités parvinrent aux oreilles de la jeune femme... Par la suite, un ton dur et froid qui imposait à son partenaire de la lâcher. Elle n'était pas prête mais elle ne pouvait rester blottie contre le corps rassurant. Fraise se détacha lentement les yeux rougis et se tourna vers l'arrivant..

    - Flynn ...? Je...

    Les yeux rougis, la brune sembla complètement désorientée, pourquoi avait-il été agressif, pourquoi...

    - Calme toi je... ça va.

    Elle lui adressa un faible sourire et ce qui se voulait d'être un regard rassurant. Elle fut incapable d'en faire plus.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 20/03/2011
● MESSAGES : 59


MessageSujet: Re: INTRIGUE; Struggle for pleasure Sam 2 Avr - 0:25

Comment ils en étaient arrivés là... Tout était allé si vite, dans la perte de contrôle. Il avait simplement voulu se servir d'une jeune élève fragilisée pour pénétrer dans l'antre du « bien » et se pavaner de plus belle à la barbe du ministre et des aurors présent pour sa protection. Tout était parfaitement écrit... Mais ça avait dérapé, malgré les efforts des deux protagonistes. Et il était maintenant là, planté au milieu de la salle, une jeune fille pleurant dans ses bras. Cette fille qui aurait dû n'être qu'un objet d'infiltration, de manipulation, était maintenant comme sa protégée dans un lieu où le seul sale type c'était lui. Elle n'était plus sa captive bien que la situation impose que Rabastan ne baisse jamais sa garde, elle était véritablement sa cavalière et véritablement proche de lui. Pleurer dans les bras de quelqu'un, c'est un acte de proximité accrue, surtout lorsque l'épaule sur laquelle vous vous reposait et à la fois une épaule comme « amicale » et celle de votre geôlier.
Il aurait dû lui demander de se ressaisir au plus vite, être dur avec elle mais il en avait été bien incapable. Derrière le masque du mal se cache toujours une part d'humanité, fragile, sensible et attachante. Il s'en rendait compte aujourd'hui encore une fois. Sa rigueur n'était pas infaillible, il n'aimait pas toujours faire le mal. Parfois même, de lourds remords l'assaillaient, l'amenant à reconsidérer la situation et sa propre situation. Et puis, il finissait pas reprendre le dessus, lui et sa raison et il mettait de côté ses sentiments pour se rappeler son nom et sa destinée toute tracée avec lui.

Il la serrait contre lui, lui laissant tous le temps nécessaire pour sécher ses larmes douloureuses. Lui restait là, le regard dur non pas de rigueur mais de colère, colère contre lui même. C'était sa faute si Fraise pleurait aujourd'hui. Il ne voulait pas l'abandonner. Comme s'il avait des responsabilité envers elle, alors même qu'ils ne se connaissaient pas une heure plus tôt. Il se sentait proche d'elle à ce moment. Même si son esprit le harponnait du contraire, affirmant qu'elle ne pouvait pas se sentir proche de lui, qu'ils étaient trop différents, opposés même. Il murmurait à la gryffondor quelques mots rassurant lorsqu'il fut interpelé et releva le regard vers celui qui lui parlait, ses lèvres précédemment posées délicatement dans le cou de Fraise. La main du mangemort glissa dans le dos de Fraise et il fixa alors celui qui s'approchait et le reconnu immédiatement tandis que la jeune fille sortait de son cou pour refaire face avec lui.
Rabastan se ressaisit de la main de Fraise d'une façon qui se voulait protectrice et fit face au jeune homme.

« Hendley... Quel bon vent te fait venir jusqu'à nous ? A ce que je sache je n'ai pas pour habitude de maltraiter les jeunes femmes, tu devrais le savoir, Emma ne s'est jamais plainte au moins ? » Fit le mangemort décidé à répondre aux hostilités cette fois. Le calme était terminé, il fallait que ça avance. Il fixa alors le jeune homme avec arrogance accompagné d'un petit sourire en coin tandis que sa main libre tenait fermement sa baguette dans sa poche au cas où l'idée saugrenue d'un affrontement viendrait à l'esprit de l'élève de gryffondor. Une petite histoire assez cocasse unissait les deux garçons, une fréquentation pour être un peu plus clair.
Fraise semblait complètement décontenancé, elle n'arrivait plus à refaire surface, le monde semblait s'être assombri autour d'elle. Que s'était-il passé d'un coup... Pourquoi se revirement, elle qui gérait très bien la situation depuis le début... Était-ce la pression ?
Rabastan réajusta l'étoffe située depuis le début sur ses épaules robustes mais fines et jeta par la même occasion un regard aux alentours, dans la salle. Il surveillait chaque mangemort depuis le début de la soirée et tout particulièrement celle qui les avait déjà observé plus tôt lorsqu'ils s'embrassaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 02/11/2010
● MESSAGES : 34


MessageSujet: Re: INTRIGUE; Struggle for pleasure Sam 2 Avr - 14:00

Bercley était morte. Le ministre avait été enlevé. Il avait été libéré. On lui avait dit que son père faisait partit de cette étrange et triste organisation. Elle s’en fichait, elle ne voulait plus rien avoir à faire avec cet homme. Pas depuis ce qui s’était déroulé, il y a peu, très peu. Dagmar avait trouvé une femme, et pas encore les yétis. Le mariage était pour l’été. Une sorcière Tibétaine au prénom imprononçable qui l’aidait dans son interminable recherche. Janis était devenue Capitaine de son équipe. Et sa mère avait pris un pistolet moldu, se l’était posé sur la tempe et s’était fait exploser le crâne, décorant le mur de sang et de cervelle. C’était Liah qui l’avait trouvée, durant les dernières vacances. Alertée par le bruit étourdissant, elle était entrée dans la pièce et avait vu. Sa grande sœur -pour une fois présente à la maison- était vite intervenue, cachant à la petite dernière un spectacle sinistre qui avait déjà eu de temps de s’imprimer dans sa mémoire, dans son être.
Et puis elle était retournée à Poudlard. Comme si de rien était.
Y’avait-il une potion anti-traumatique ? Non. L’inventerait-elle ? Non. Elle n’inventerait plus rien, c’était fini, tout était fini.
Comment essayer de comprendre l’état d’une personne après le suicide de sa mère ? C’était impossible pour qui ne l’avait pas vécu. Et encore. Tout le monde à une persuasion différente de la chose, tout dépend de la relation d’origine au niveau maternel.
Mais pourquoi partir dans des détails psychologiques tortueux alors qu’il n’y a qu’une phrase à dire, une phrase qui résume bien toute la situation : Ça fait mal.
Oui mais….
Stop ! Ne nous lançons dans de telles choses que les oui mais, et si, en fait… Avec des mots de ce genre on pourrait mettre Poudlard en bouteille (et sans sortilège !)

Liah leva la tête, soudain sortie de ses pensées par une personne qui la secouait gentiment. C’était plutôt doux, ça aurait pu la bercer presque. Une Auror lui demandait gentiment pour la troisième fois son invitation. Elle lui tendit avec un sourire contrit, se redemandant mentalement pourquoi elle était venue. Mystère.
En fait, pour tout vous dire, elle avait eu un éclair de lucidité qui avait percé la bulle qui la retenait prisonnière depuis la mort de sa mère. Et si j’y allais ? Ça me changera les idées.
Bien sur, il y avait aussi le champagne gratuit et elle en avait besoin, de se souler, boire boire boire et encore boire. Ainsi elle était heureuse, elle partait dans un petit monde, dans ses nuages, elle avait la tête ailleurs, dans un espace idyllique loin des réalités terribles de ce monde, qui finissaient toujours par la rattraper.
Quelqu’un pouvait-il lui expliquer à quoi tout cela servait ? A quoi jouaient les gens, pantins manipulateurs qui tournaient dans le grand bal de la société, répandant la futilité qui lui était propre ?
Oui, la Liah, rousse joyeuse, folle mais à la belle verve, devenait désagréable ces temps-ci. Connaissant les circonstances, je pense que vous lui pardonnerez la chose, mais ses amis, enfin, ceux qui le prétendaient être, ne savaient rien eux, résultat elle se trouvait seule à maudire entre ses dents le nombrilisme récurant chez certaines personnes.
Elle avait mis la première robe de soirée qui venait. A vrai dire, elle n’en avait pas beaucoup. Elle était noire, simple, et sombre, tout comme l’esprit actuel de celle qui la portait. Ses cheveux roux étaient lâchés et voletaient en belles mèches ondulées autour de son visage.

17 ans. Cela sonna dans son esprit comme une grosse cloche. Tout le monde semblait l’avoir oublié. Oui. 17 ans. 18 demain. Dans quelques heures, dans bien plus de minutes et dans ce qui semblait être une éternité de secondes. Le lendemain, elle aurait 18 ans. Qu’est-ce que 17 ans et 364 jours d’une vie ? Rien. Non, ce n’est qu’une part infime du monde, et le fait que l’on vieillisse, ma foi, ne l’empêchera pas de tourner le monde. Nop, il tournait déjà avant, il tournera pendant, et il tournera après. Tu peux crever, il n’en a rien à foutre le monde ! Quelle saloperie que tout cela.
La jeune femme reprit ses esprits. Voilà cinq minutes qu’elle faisait la conversation à un petit buisson d’intérieur disposé là pour décorer.
Elle jeta un coup d’œil à sa coupe de Champagne. Vide. La cinquième. Mais, cela n’avait rien à voir avec le fait qu’elle faisait la causette à un buisson. Liah est et reste Liah. Aussi il ne faut pas se poser de questions sur certains sujets.
Passons.
Ses pensées, comme ce texte, se bouclaient dans sa tête sans logique apparente, elle passait mentalement du coq à l’âne sans que cela la dérange. D’un œil de plus en plus critique, elle observait dégoutée, le grand jeu de la société sorcière.
En fait, elle ne voyait rien en même temps qu’elle voyait tout. Paradoxe.
Ainsi, sans savoir pourquoi, elle se mit à tourner sur elle-même dans la salle, invisible parmi le monde, seule dans le siens. Elle voulait avoir le tournis, ne plus rien ressentir comme les autres, trébucher, tomber par terre et fixer le plafond. Elle ne se doutait pas qu’elle le fixerait bientôt, mais sans aucunement pouvoir le voir.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GRYFFINDOR ϟ N'aie pas honte de ce que tu es...
avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 04/03/2011
● MESSAGES : 93


MessageSujet: Re: INTRIGUE; Struggle for pleasure Dim 3 Avr - 16:48


- Calme toi je... ça va.


Ce ne fut pas les paroles de son amie qui le rassura. Il savait qu'elle n'allait pas bien. Ça se voyait parfaitement! Sinon pourquoi serait-elle, les larmes aux yeux en compagnie d'un homme pas très fréquentable? Il s'inquiétait pour son amie. Personne n'avait le droit de faire du mal à ses proches, que ce soit de la famille ou des ami(e)s. Flynn détestait les situations comme celle dans laquelle il s'était plongé. La soirée s'était annoncée mauvaise, dès qu'il avait posé le pied hors de la cheminée. Et elle allait continuer. Cela sentait les hostilités à plein nez! Et il ne pourrait pas les éviter.

Il n'eut pas le temps de répondre à Fraise, le mangemort parla aussitôt, avec un ton remplie de provocation et de mépris:


_Hendley... Quel bon vent te fait venir jusqu'à nous ? A ce que je sache je n'ai pas pour habitude de maltraiter les jeunes femmes, tu devrais le savoir, Emma ne s'est jamais plainte au moins ?


Flynn ne s'attendait pas du tout à ce type de réponse. Comment osait-il le provoquer de la sorte, en mettant Emma dans leurs histoires. Rabastan avait de l'audace, et Flynn aussi. Il n'allait pas se laisser faire et laisser l'homme qui se tenait en face de lui, intégrer l'amie la plus proche de Flynn. Le gryffondor sentait la rage monter jusqu'à son cerveau et... son coeur. Bientôt, ses gènes dignes d'un grand gryffondor pur jus, se dévoileront sans qu'il ait pu faire le moindre geste. Il haïssait le mangemort et tout ce qu'il disait sonnait comme le venin d'un serpent. Rabastan était bien évidement un ancien Serpentard, et Flynn un véritable gryffondor. Les rouges et verts n'ont pas la réputation de s'entendre bien, et ils allaient en faire la démonstration...

Flynn entra comme dans un piège, dans le jeux du mangemort. Il ne pouvait masquer l’agressivité, qui l'animait et qui lui donnait toute cette force pour protéger celle qu'il ne voyait que comme une amie très chère, alors qu'elle allait devenir la femme de sa vie un peu plus tard...


_Comment oses-tu parler d'elle ainsi? N'approches plus Emma et laisses Fraise tranquille! Sinon...


Il marqua une courte pause... Qui se traduit par une hésitation... Ou peut-être une faiblesse? Non si il avait été faible, il n'en serait pas arrivé là. Il se devait de les protéger. Loyal? Il était. Courageux? Bien sûr. Téméraire? Aussi. Et agressif? En tant normal pas beaucoup, mais quand il était question de ses amis, il pouvait se révéler incontrôlable. Et c'est ce qui allait se passer. Il hésitait... Qu'est-ce qu'il pouvait bien faire face à Rabastan? Le menacer? Ca ne servirait à rien, le mangemort avait surement plus de cartes en main... Mais tous le monde n'était pas au courant de l'activité de cet homme... Et si il dévoilait au grand jour la véritable nature du mangemort? Est-ce que ça servirait à quelque chose? peut-être... Mais il n'allait pas commencer par ça... Flynn opta plutôt pour autre chose...


_Sinon, tu le regretteras...


Pas très convaincant... Mais c'était déjà mieux que rien... Flynn était prêt à se battre, et il n'avait rien à faire de ce qu'il se passait autour de lui. Ce qu'il avait dit au mangemort traduisait son désir de défendre ses amies, en se battant. C'était un homme après tout, il ne supportait pas l'humiliation et l'incapacité à agir... Il n'avait pas peur du mangemort. Le gryffondor empoigna sa baguette. Il était sûr qu'un combat serait inévitable. Mais il ne commencerait pas. Il ne ferait que se défendre... au début... Si le mangemort va trop loin, il passera à l'attaque...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MODO'LAET'S.GOϟ Qui a dit que les Serd' étaient sérieux ?
avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 24/07/2010
● MESSAGES : 701


MessageSujet: Re: INTRIGUE; Struggle for pleasure Dim 3 Avr - 17:46

Il ne parlait plus. Le silence devenait trop pesant. Vanille le regardait, cherchant quelque chose dans son regard...pourquoi ne se mettait-il pas en colère contre elle? Après tout, elle le méritait ! Il aurait du avoir envie de lui dire des mots blessants, de lui balancer son verre à la figure, de la fuir, elle qui ne semblait même pas lui faire confiance ! Il l'engueulait, certes...mais c'était comme lorsqu'on fait la morale à un petit enfant, qu'on lui dit de ne plus recommencer, et ce n'était pas assez. Elle avait été tellement horrible ! Et il ne savait rien...personne ne devait savoir, car si ses plus proches amis avaient compris auparavant...cette fois-ci, ils lui tournerait le dos et jamais plus la confiance ne s'instaurerait. Cette fois-ci, ça n'avait pas été un accident. Elle était complètement fautive. Complètement. Elle avait vu couler le sang d'un autre sous ses yeux et n'avait rien fait pour arrêter cela. Elle avait eu envie de le voir souffrir.

Aaron...parles, s'il te plait. Parles, ne me laisse pas écouter ce silence trop longtemps...peut-être était-ce pire que des paroles blessantes ou un verre brisé. C'était comme si elle n'existait plus, comme si elle n'était pas présente dans cette salle, comme si...comme si elle n'était qu'une ombre de passage. Elle regarda tout autour d'elle, elle ressentait les émotions des autres, elle avait l'impression que tous les regards étaient tournées vers elle, mais qu'ils ne voyaient personne.

C'est alors qu'elle aperçut Fraise. Elle était accompagnée d'un jeune homme qu'elle ne parvenait pas à voir clairement...que faisait-elle? Elle était bien trop loin pour que la serdaigle puisse déceler une quelconque émotion sur son visage, mais elle devinait bien que ça n'allait pas. Mick était porté disparu, et elle devait être anéantie. Vanille ne pouvait rien faire, ni même lui en parler ou lui dire qu'elle était désolé. Ce qu'elle voulait, c'était éviter les problèmes qui fusaient depuis un certain moment. Le vase était déjà plein, il avait même déjà débordé et répandait l'eau sur le sol souillé par les larmes. Elle détourna alors le regard, sans porter aucune attention à un garçon qui semblait ne pas apprécier le fait que son amie et cet étrange inconnu soient ensembles.

Ses pensées étaient tellement nombreuses qu'elle ne laissa pas entrer l'inquiétude qu'elle avait pour sa grande amie. Plus tard...plus tard, elle irait la voir...oui, plus tard, lorsque tout aurait dégénéré? Lorsque les forces du mal se seraient introduites dans cette immense salle? Lorsque quelqu'un serait...déjà mort? Non. Il suffit. La jeune fille éloigna ces immondes pensées. Et son regard rejoignit celui de John. John...encore une rencontre inattendue. Encore quelqu'un qu'elle n'avait absolument pas prévu de voir. Elle allait devoir s'expliquer, s'excuser...c'était trop cette fois. Beaucoup trop.

L'avait-il vue? Ou bien regardait-il derrière elle...? Il semblait surpris. Il avait toutes les raisons de l'être. John avait été son premier...son premier amour, si on peut appeler cela comme ça. Vanille n'avait jamais réellement aimé quelqu'un, car pour elle, cela ne signifiait rien. Enfin, jusqu'à ce jour, où Evan occupait tout son esprit. John, elle l'avait...admiré, elle l'avait trouvé rassurant, protecteur. Une once d'amour s'était immiscé au sein de ce couple, du côté de Vanille. Et à cette époque, pour elle, c'était déjà beaucoup.Elle resta plantée là. Elle avait presque oublié Aaron. Sans un regard pour lui, elle dit :


« Je reviens... »

Elle s'approcha de John, qu'elle considérait à présent comme un grand frère, et ne dit rien. Elle se contenta de regarder le sol, serrant son verre aussi fort qu'elle le put.



" Vois le monde tel qu'il est vraiment " :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 14/01/2011
● MESSAGES : 64


MessageSujet: Re: INTRIGUE; Struggle for pleasure Dim 3 Avr - 21:04

    Il la vit tressaillir. Ou peut-être que c’était lui qui tressaillait? Difficile de discerner le vrai du faux, avec son esprit qui pervertissait la réalité en y laissant filtrer ses sensations, ses émotions, ses pensées, ses désirs aussi peut-être. Il était là, derrière une demoiselle qu’il n’avait pas revue depuis cette fameuse nuit qu’il aurait été plus sage d’oublier. Il attendait avec un espoir douloureux qu’elle daigne se tourner vers lui. Il crevait d’envie de la prendre par les épaules et de la faire virevolter lui-même, tant l’attente lui était pesante.
    De la faire virevolter? De grâce… Tout le monde se doutait bien que ce n’était pas simplement pour cela qu’il avait traversé la pièce. Il ne voulait pas « juste » la voir. C’était une envie bien plus pressante, bien plus intense, bien plus charnelle… C’était elle qu’il voulait. Comment se l’admettre, cependant…

    Elle lui fit face. Les lèvres humides de champagne. La grâce de la jeunesse. La fierté de celles qui ont un terrible caractère. Belle à en crever.
    Belle à en crever… et il crut que son cœur allait s’arrêter quand elle lui offrit un petit sourire plein de charmes… envoûtante… malgré elle? Il se demandait à quoi elle pouvait bien penser, en cet instant. Pour pouvoir lui sourire ainsi sans lui lancer une réplique cinglante dont elle avait le secret. Pour…
    Lui tendre la main?
    Elle se fichait de lui… cette fille était capable d’accorder un semblant de générosité à des raclures du Ministère en incarnant l’amabilité… et à lui elle ne tendait qu’une main? Il bouillait déjà de rage. C’était incroyable de pouvoir passer d’une émotion à l’autre en si peu de temps… Jusqu’à la seconde auparavant, il espérait… quoi donc… incapable de le dire. Mais désormais, il… il enrageait. Sa colère était profonde, douloureuse. Tout cela n’était qu’un mélange de jalousie et d’amertume… mais il le vivait de manière exacerbée. Et pourtant, malgré un sentiment difficile à ravaler, il parvenait à se contenir. A rester de marbre. Il y a des talents du passé que l’on ne peut avoir oublié… Le seul signe qui pouvait transparaître de sa fureur, c’était cette main qu’il ne se refusait de serrer. Au lieu d’un geste qui n’avait pour lui aucune raison d’être, il se contentait de plonger son regard noir dans les yeux de la jeune femme. Laquelle les détourna…
    Gênée?

    Incapable de rabrouer sa curiosité, il observa dans la même direction qu’elle. Ce qui n’était très certainement pas la meilleure chose à faire ce soir… puisque c’était un homme qu’elle regardait. D’instinct, il le détesta. Simple question de virilité? Orgueil blessé? Sentiment de possession piqué au vif? Un mélange de tout cela.
    Et l’explication était d’une évidence… cet homme était beau, charmant, séduisant. Le genre qui ne passe pas inaperçu, qui attire les regards envieux des demoiselles et les sourires des jolies filles. Le genre que tout individu normalement constitué est capable d’haïr instantanément, conscient des enjeux et des risques qu’une telle rencontre inclut.
    Bien sûr, notre homme n’était pas du genre à attirer la pitié. Il avait toujours eu satisfaction dans le domaine de la séduction. C’était un joueur de talent… Qui heureux au jeu, malheureux en amour? Phrase qui n’avait pas trouvé à s’appliquer avec ce ténébreux… peut-être parce qu’il avait toujours mêlé l’un et l’autre jusqu’à présent… peut-être parce qu’il n’avait jamais été confronté à la réalité de ce sentiment… peut-être…
    Et peut-être que ça allait changer.

    Il reporta son attention vers celle qui hantait ses pensées depuis cette nuit au Chaudron. La grimace qui transforma le visage de la demoiselle ne suffit pas à le rassurer, à le satisfaire. Il était d’ailleurs possible qu’il ne s’en soit même pas aperçu. Plongé dans les vapes d’un esprit qui montrait encore de nombreuses failles, il ne captait pas toujours chaque image que pouvait lui offrir la réalité. Dommage… il aurait pu calmer ses instincts… sombres… mais il faut croire que l’on ne sort pas si facilement des chemins tortueux déjà tracés. L’incendie, l’amnésie, et maintenant… ?
    Les yeux de Jordane posés sur lui chassèrent les pensées lugubres auxquelles il se laissait aller de plus en plus ces derniers temps. Même son fléreur le sentait… il crachait souvent… prenait un air menaçant… se hérissait le poil… des signes qui ne trompent pas. Josh glissait sur la mauvaise pente. Ses tentatives désastreuses avec Max avaient probablement étaient l’événement qui fait pencher la balance… du mauvais côté…

    Elle était là, devant lui, et il était peut-être plus prudent de se concentrer sur elle, non?


    « Je… tu ne m’as jamais répondu… je ne pensais pas te voir… »

    …mais j’en crevais d’envie.

    Il eut une brusque envie de la toucher, là, à l’instant.
    Et il ne se maîtrisa pas le moins du monde, lorsque sa main effleura la joue de la jeune femme qu’il dépassait de quelques bons centimètres. Elle avait la peau d’une douceur incroyable… et il sentit grimper en lui une folle envie de l’embrasser. Cette fois pourtant, il se retint. Il n’y avait que son regard pénétrant pour exprimer ce qu’il pensait en cet instant. Un regard qu’il plongeait dans les yeux de la belle.

    Captivé.




♫ “I've been down to the bottom of every bottle”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: INTRIGUE; Struggle for pleasure

Revenir en haut Aller en bas

INTRIGUE; Struggle for pleasure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A WINDOW TO THE PAST  :: 
ANGLETERRE
 :: 
LONDRES
 :: LE SIÈGE DU MINISTÈRE DE LA MAGIE :: Entrée des Visiteurs
-