AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lose yourself... | Keenan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 27/08/2010
● MESSAGES : 90


MessageSujet: Lose yourself... | Keenan Dim 20 Fév - 21:25








Une belle journée ? Non.
Pour un jour d'hiver, il avait fait bien chaud. Les londoniens avaient sorti leurs robes et short, profitant d'un rare soleil qui illuminait gracieusement les rues d'habitudes froides de la capitale. Cela aurait pu être une occasion, une chance même, pour Alienor de sortir de sa mélancolie. Mais ce n'était pas le cas. C'était un dimanche, un beau dimanche. Alienor n'avait que ce jour pour se détendre, pour s'évader de l'infernale cursus laborieux que lui infligeait son travail à l'hôpital. Elle en profitait souvent pour aller au parc avec sa fille, Andréa. Mais pas ce jour-là.
Assise à la table du salon, la jeune femme gardait son regard posée sur la petite brune assise dans le canapé devant elle, tenant des deux mains une tasse brulante de thé vert. La douleur, qu'est ce que c'était ? Rien, comparé à ce qui l'attendait. La culpabilité par contre... C'était douloureux. Elle allait gâcher une vie dans peu de temps. Celle de sa propre fille... Elle allait la perdre. Et pourtant, elle restait assise là, ayant préalablement fermé rideaux et portes, regardant avec le peu d'espoir qui restait la petite fille qui lui ressemblait tant. Elle aurait pu agir, changer les choses, supplier. Mais à quoi bon... Maximus Cobb n'était pas un homme que l'on pouvait amadouer par les sentiments. Elle était tellement déçue de lui... Il avait pourtant été quelqu'un pour elle, un ami, un confident. Mais aujourd'hui, elle le voyait comme un monstre, et il la voyait comme une traître. C'était une belle photo de famille.
Elle finit par retirer les main de la surface brulante, chuchotant quelques insultes, et regarda ses paumes rouges. La brûlure n'était pas bien grave. Elle aurait pu l'effacer d'un simple coup de baguette, comme on le leur apprenait à St-Mangouste. Mais effacer les traces, c'était faible. Et la faiblesse était un ennemi.

On sonna à la porte quelques minutes plus tard. Dans un sursaut perceptible, le regard fuyard d'Alie se posa au delà de la cuisine, quittant un instant la tignasse de la plus jeune Willow. Elle se leva doucement, hésitante. Cela aurait pu être des aurors. Ou bien Cobb en personne. Mais elle doutait que ce lâche se montre en personne. Fermant les yeux un instant, elle finit par faire tourner la clé dans la serrure, et tomba nez à nez avec Sarah, sa voisine de trois ans sa cadette. Alienor avait appelé la jeune femme une heure plus tôt, lui demandant de garder la petite deux, trois heures, pour des raisons qu'Alie préférait taire. Adressant un faible sourire à sa baby-sitteuse d'un soir, Alienor s'écarta pour la laisser entrée, attrapa son manteau et déposa un baiser sur le front de son enfant, avant de sortir en silence. Où allait-elle ? Chercher quelqu'un. Ce quelqu'un, elle ne l'avait jamais vu. Elle ne lui avait jamais parler. Et pourtant, il pouvait l'aider, elle en était sûre. Elle le connaissait sans le connaître. Max était bien bavard après quatre verres dans le nez. Trois ans plus tôt, il lui avait avoué quelque chose d'inavouable. Il lui avait fait part d'un secret, lourd et difficile. Sur ce quelqu'un. Keenan Svensson. Oh oui, elle avait retenu. Et elle n'avait jamais pensé qu'elle puisse réutiliser ce secret contre son meilleur ami. Mais c'était une question de vie ou de mort, non ? Alors il fallait sauver sa peau. Elle n'avait pas de plan, juste un visage, un nom. Un endroit. Elle emprunta le magicobus jusqu'au chemin de traverse, et, sans adresser un regard à personne, elle fit sonner la petite clochette du chaudron baveur. On ne devait pas la reconnaitre. Max avait envoyer différentes personnes à sa recherche, pour la surveiller, la piéger au bon moment. Alors, quelques jours plus tôt, elle avait falsifié quelques documents administratifs, et s'était éclaircie sa chevelure brune. Elle restait Alienor. Rien ne la changerais.
Elle se dirigea vers le bar, où quelques couples prenaient un verre avant de commencer la soirée. Il devait être 18-18h30 à tout casser. Un homme était assis seul, un verre en main, brun et palot. Elle sortit de sa poche la petite photo qu'elle avait volé dans les dossiers de Maximus, et fut confirmée dans son idée que cet homme était le bon. Elle s'avança, ne laissant pas sa faiblesse et sa fatigue transparaitre. Elle s'assit sur le tabouret d'à côté, commanda la première boisson inscrite sur la carte, et toisa furtivement l'inconnu.

Sa seule chance...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 02/02/2011
● MESSAGES : 198


MessageSujet: Re: Lose yourself... | Keenan Dim 20 Fév - 22:14

    Shade observait son maître s’agiter inlassablement dans cette pièce principale. Elle ne comprenait pas un traitre mot de ce qu’il pouvait bien lui raconter mais elle pouvait aisément percevoir une point d’irritation qu’elle ne chercha pas à calmer par crainte. Keenan n’était pas violent avec elle, mais l’animal était assez fin pour appréhender un quelconque faux-pas. Elle resta alors allongée sur l’immense et sombre tapis qui dominait l’immense pièce. Le sorcier soupira longuement, faisant les cent pas – si ce n’est plus-, plongeant ses mains dans sa chevelure épaisse et sombre, comme pour atténuer ce qui semblait jouer avec ses nerfs à cet instant même.

    « Elle me hante Shade. Cette fille me hante, répétait-il dans une froideur et un dédain particuliers. Je ne me suis jamais inquiété pour que ce soit avant elle. Elena va me rendre fou. C’est comme si elle détruisait tout ce dont j’ai bâtit jusqu’ici. Personne ne doit savoir, ni Max ni qui que ce soit d’autre. »

    En vérité il n’avait que Max. Mais ce qu’il entendait par « personne d’autre » n’était autre que Crystal. C’était comme s’il connaissait déjà tout d’elle. Certes, il avait longtemps et perpétuellement arboré son corps, violenté cette chair dans une intimité absolue, mais le peu d’échange qu’ils avaient eut lui suffit à deviner quel genre de femme elle était. Et il ne se trompait pas à son sujet : il la devinait possessive, jalouse, déterminée et prête à tout pour préserver leur relation des plus bestiale. Keenan l’était aussi, c’est probablement ce qui était le plus effrayant. Mais croyez le ou non, Crys était une étudiante fascinante lorsqu’on pénétrait toute l’intimité qu’elle avait à lui offrir. Elle s’adonnait totalement à lui, à sa violence : à se monstre avide de dominance et de torture. Il se vidait en elle, à proprement parler et toute faim s’atténuait si bien qu’il pouvait aisément se permettre de voir Elena plus souvent qu’ils ne le pouvaient avant cette rencontre. Elena l’ignorait jusqu’ici, mais Keenan n’était pas dupe, toutes d’eux l’apprendraient bien assez rapidement. Son discours devenait ainsi insensé, ce qui ne ressemblait pas au personnage. Cela ne lui correspondait pas. Lorsqu’il arrêtait brutalement cette mise en scène à peine crédible, la chienne releva la tête et huma l’atmosphère. Elle se releva alors instinctivement et rejoignit son maître qu’elle perçut plus calme. Shade était la seule qui le comprenait mieux que personne. La presque louve chercha l’attention serein du sorcier qui répliqua immédiatement. La caresser l’apaisait autant que Shade se laissait bercer par les remords de son partenaire. Très vite, Keenan la laissa s’aérer sur l’immense balcon avant de disparaître à son tour.

    Lorsqu’il rejoignait le café le plus proche des lieux, il était loin de se douter qu’on le chercherait dans un élan de désespoir. Quelques minutes à peine après qu’il se soit installé, cette femme au visage familier pénétrait en ce lieu. Ses sourcils se froncèrent, tandis que l’irritabilité atténuée reprenait impétueuse. Lorsque la jeune femme pris place non loin de lui, Keenan comprit très vite qui elle était. Que croyez-vous ? Cobb lui vouait une confiance digne de ce nom, et le sorcier, jamais ne l’avait trahi. Lorsqu’elle se décidait enfin à le quitter du regard pour s’adresser à une des serveuses pour le moins alléchante, le sorcier pris place face à elle, sans bienséance ni courtoisie.

    « En voilà une mission suicidaire, Willow, commença-t-il dans un sourire faux et volontaire, le regard froid et dangereux. Je doute fort que votre présence est un hasard démesuré et presque incroyable. Mais ce même avec des aurors à vos trousses vous semblez désespérément tenir à être présente en ces lieux, avait-il fini par articuler, naturellement sûr et provoquant. »

    Lorsque la serveuse rapportait la boisson choisie par son interlocutrice, cette dernière salua le journaliste. Keenan ne laissa pas le temps à Alienor d’en saisir son contenu, le sorcier le vidait d’une traite avant de le poser adroitement sur le plateau de la jeune fille, qui repartit presque gênée. Cobb était son amie et ce qu’elle lui avait fait subir allait être son pire regret, Keenan se le jurait intérieurement. Cet endroit ne lui était pas familier autant que chaque détails fulgurants de la vie de chacun de ses habitués. C’est en étant un fin journaliste comme lui et un curieux manipulateurs qu’il s’était bâti pareille réputation, pour atténuer celle qu’il cachait aux yeux de tous. Il semblait tenir les cartes en mains mais était loin de se douter qu’une révélation des plus secrète le prendrait de court.

    Et que la partie commence.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 27/08/2010
● MESSAGES : 90


MessageSujet: Re: Lose yourself... | Keenan Lun 21 Fév - 23:09


Ses yeux noirs, animés d'une lueur folle présente depuis déjà quelques semaines, parcouraient furtivement l'endroit. C'était assez plaisant. Enfin, on avait vu pire. Alienor n'était pas une habituée de ces lieux, ou plutôt, elle ne l'était plus depuis un moment. Depuis 7 ans en fait. Après sa longue dépression, dû à la disparition de son frère, la jeune femme s'était souvent recroquevillée dans ce genre de lieu. En quête de liberté, de nouveauté. En quête d'autre chose. Seulement, elle n'avait jamais réussis à trouver ce qu'elle cherchait de plus. Et elle n'avait pas vraiment eu le temps de continuer ses recherches. Elle tomba enceinte, et se promit de ne pas faire la même erreur une seconde fois. En tout cas, pas en dépend d'une autre personne. Bien sûr, elle n'était pas devenu ce genre de sainte-nitouche qui refusait les sorties... Elle n'en avait simplement pas le temps... Ce temps si précieux qu'on lui avait pris. Elle le retrouverait un jour, d'une manière ou d'une autre, non ? Elle l'espérait.
Alors qu'elle fixait un vieillard déjà à moitié endormi sur son pichet de vin, elle détourna les yeux, les posant sur ses mains, sur ses brûlures. Elle était mal à l'aise, cela se devinait. Cet homme était troublant. Mystérieux. Elle remarqua le visage de la serveuse s'illuminer dès qu'il posa un simple regard, même plutôt méprisant, sur elle. C'était assez pathétique. Faire tous ces efforts en sachant que jamais cet homme ne se retrouvera dans votre lit... Alienor n'arrivait pas à éprouver autre que de la compassion pour la fille âgée d'à peine 18 ans.


« En voilà une mission suicidaire, Willow, commença-t-il dans un sourire faux et volontaire, le regard froid et dangereux. Je doute fort que votre présence est un hasard démesuré et presque incroyable. Mais ce même avec des aurors à vos trousses vous semblez désespérément tenir à être présente en ces lieux, avait-il fini par articuler, naturellement sûr et provoquant. »


Dardant son regard sombre sur le type méprisable à côté d'elle, Alie se demanda ce qu'elle fichait ici. Il lui inspirait un profond dégoût... Il avait réussit à éveiller ça en elle rien qu'avec ces quelques mots... Et surtout avec ce qu'elle savait de lui en dehors. Mais elle ne le craignait pas, étrangement. Il n'avait pas le courage de faire quoi que ce soit à une amie de Cobb... Il était bien trop soumis à lui pour cela. La serveuse revint avec sa boisson, et à peine fut elle posée sur le comptoir que Keenan s'empara du verre pour le vider d'une traite. Ne laissant rien transparaitre de son agacement, la jeune femme se contenta d'en demander un autre à la jeunette qui venait de partir les joues empourprées.
Recevant enfin son dû, Alienor ne laissa pas le temps à son compagnon de lui voler une seconde fois son mélange, et en but une simple gorgée avec élégance. Reposant son verre, elle fixa son interlocuteur plus intensément, cherchant une faille dans ce regard froid et méprisant. Il se sentait fier. Fier d'avoir la présence d'une fugitive. Encore une fois, le simple sentiment qui lui vint fut de la méprise. Comment un être aussi mauvais pouvait se croire si puissant... Si supérieur ? Il n'était rien. Un simple envoyé, un faucheur, un violeur... Un tueur. Elle avait évité de devenir comme ça. Elle avait failli, mais elle s'était rattrapé. Et même si ses erreurs n'étaient pas effacé, elle pouvait se lever le matin, et se regarder dans une glace en se disant qu'elle n'était pas tombé le plus bas. Loin de là.


« Je ne suis pas assez lâche pour craindre ceux qui me veulent du mal. »


Buvant une nouvelle gorgée du délicieux liquide, Alie détourna le regard, ne voulant plus voir ce visage si maléfique et perturbant. Elle continua, sans une once de détresse dans la voix.


« Je suis là pour te convaincre de m’aider. Tu dois m’aider. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 02/02/2011
● MESSAGES : 198


MessageSujet: Re: Lose yourself... | Keenan Ven 25 Fév - 0:35

    « Je ne suis pas assez lâche pour craindre ceux qui me veulent du mal. Je suis là pour te convaincre de m’aider. Tu dois m’aider.»

    En quoi craindre ceux qui te veulent du mal serait lâche ? Répondit-il sur un ton quelque peu déçu et naturellement froid. L’instinct de survie est inné, et j’ai entendu dire que l’instinct maternelle était plus fort encore, alors sous ces airs d’hypocrisie maquillée explique moi plutôt en quoi je pourrais t’aider, poursuivit-il fidèle à ses sarcasmes incessant avant de regagner un air plus vrai et moins amusé : il venait de mesurer toute la dureté des mots de son interlocutrice. Tu dois vraiment avoir besoin de moi pour risquer ta liberté en venant me voir ici, d’autant plus que la responsabilité d’une mère doit être un poids considérable à ajouter à toute l’anxiété actuelle de tes affects. Très vite, le ton de Keenan redevint plus dur et glacial, tantôt froid tantôt insultant, sur un timbre progressivement plus bas et presque imperceptible : Quoi qu’il en soit je n’ai rien à t’apporter, tu es celle qui a torturé Cobb, et rien que pour ça ta présence m’est trop insultante et écœurante.»

    Le sorcier mesurait toute l’ampleur de ces paroles. Il semblait fier, naturellement fier, fidèle à son personnage incessant qui l’animait. A mesure qu’il parlait, beaucoup d’oreilles indiscrète se prêtaient à la discussion. Le sorcier avait pris des précautions, après tout, il pouvait se retrouver face à cette apprentis mangemorte qui semblait plus fine que ce qu’elle laissait percevoir. Rien n’échappait au sorcier et sa sensibilité d’analyse aguichait toute la curiosité pressante qui venait de naître en lui lorsqu’elle avait prononcé ces derniers mots. Que lui voulait-elle ? Devait-il en parler à Cobb ?

    Très vite il mesurait l’ampleur de la tournure que pouvait prendre ces événements. Il savait qu’une jeune fille innocente en paierait le prix. Il connaissait le rôle incertains que jouerait son ami dans l’éducation de la dernière Willow. Jamais il n’aurait avoué cette sensibilité qu’il éprouvait pour certains individus telle que cette dernière et savait aisément jouer avec ce masque pervers et sans scrupule qu’il avait toujours été dans l’obligation de porter. C’est ainsi qu’il dû se défaire de toute la complexité de cette situation pour préserver son secret à lui.

    Après tout n’était-il pas humain lui aussi ? Quoique la réponse serait doublement acceptable si on supposerait une personnalité, une attitude plus animale, sauvage qu’humaine. Keenan lui aussi ferait jouer la carte de l’instinct de survie. Il n’en avait que faire des autres : telle était l’attitude qu’il avait adopté au fil des années –bien qu’avec l’arrivée d’Elena, ses plans aient quelques peu changé. Ainsi, le sorcier s’apprêtait à rejoindre sa table qu’il arborait quelques minutes plus tôt avant que son interlocutrice ne s’apprête à le retenir. Cependant, la venue de la jeune fille, dans un sourire naïf, qui se chargeait des commandes, intervint de nouveau, obligeant Alienor à n’ajouter rien d’autre qu’un silence qui semblait la peser :

    « Keenan, je te sers un autre verre ?
    Ce sera tout pour moi, Katelyne, lâcha-t-il sans un regard pour elle, les yeux froids et arrogants plantés dans ceux plus sombres de la clandestine. »

    Ladite Katelyne regagna le bar dépitée et ayant perdu tout sourire. Alienor n’était pas la seule à comprendre ce que cherchait réellement cette jeune femme et pourquoi elle se montrait aussi attendrissante et presque trop stupide avec le sorcier. Keenan avait, en effet, perçu ce qu’elle cherchait réellement mais s’il répondait à ces avances, aussi incertaines et implicites soient-elles, il signait la mort indéniable de cette innocente. Lorsque le sorcier tournait enfin le dos à sa sorcière, le jeune gagnait des méditations antérieures qui le hantaient toujours plus : l’image d’Elena sous sa violence bestiale et meurtrière, puis sa sœur et ce secret lourd et étouffant qu’il avait toujours gardé pour lui-même, en sécurité, sans que jamais personne ne sache véritablement ce qu’il avait fait et qui il était.

    Ou tout du moins tel était ce qu’il avait toujours cru vrai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 27/08/2010
● MESSAGES : 90


MessageSujet: Re: Lose yourself... | Keenan Dim 6 Mar - 15:02


«En quoi craindre ceux qui te veulent du mal serait lâche ? Répondit-il sur un ton quelque peu déçu et naturellement froid. L’instinct de survie est inné, et j’ai entendu dire que l’instinct maternelle était plus fort encore, alors sous ces airs d’hypocrisie maquillée explique moi plutôt en quoi je pourrais t’aider, poursuivit-il fidèle à ses sarcasmes incessant avant de regagner un air plus vrai et moins amusé. Tu dois vraiment avoir besoin de moi pour risquer ta liberté en venant me voir ici, d’autant plus que la responsabilité d’une mère doit être un poids considérable à ajouter à toute l’anxiété actuelle de tes affects. Très vite, le ton de Keenan redevint plus dur et glacial, tantôt froid tantôt insultant, sur un timbre progressivement plus bas et presque imperceptible : Quoi qu’il en soit je n’ai rien à t’apporter, tu es celle qui a torturé Cobb, et rien que pour ça ta présence m’est trop insultante et écœurante


Elle avait écouté à peu près un quart de toutes ses belles paroles. Pas qu'elle se sente inférieure à lui, mais tout ça, c'était franchement ennuyeux. Que croyait-il ? Qu'il lui apprenait quelque chose ? Qu'il allait la rendre muette grâce à son ton froid et fier ? Il en fallait tellement plus, tellement... Cet homme n’était rien d’autre qu’un habitué des filles faciles. Habitué à ce qu’on s’abaisse à ses règles, qu’on boive ses paroles, qu’on lui donne la béquée. Bref, il était pitoyable.


« Ferme-la Svensson. »


Elle avait dit ça avec une certaine lassitude, ponctué d’un ennuis bien audible. Ca avait été trop tentant. Il avait besoins qu’on le remette à sa place, qu’on lui montre qu’il ne valait rien. Car c’était bien vrai, il ne valait rien. Il n’était rien d’autre qu’un monstre. C’était lui qui méritait d’aller en prison, pas elle. D’ailleurs, elle ne comprenait pas comment Maximus avait pu le laisser justifier ses meustres et ne pas l’arrêter ensuite... De la pitié peut-être ? Probablement. Max ne laissait pas passer grand chose. Alors pourquoi ça? C’était inconnu. Ce qui était sûr, c’est qu’Alie avait toutes les cartes en main. Malgré les sarcasme de son voisin, il ne devinait pas tout ce qu’elle pouvait lui faire faire. De simples paroles. Cinq petits mots. Et là, elle le verrait désarçonné. Ce serait jouissif. Elle n’avait qu’à balancer ça.
Au moment où elle s’apprêtait à le faire, la serveuse aguicheuse revint les voir.


« Keenan, je te sers un autre verre ?
Ce sera tout pour moi, Katelyne »


Alienor esquissa un sourire en coin en voyant la jeunette repartir la queue entre les jambes, le regard triste. C’était vraiment pitoyable. Et c’était lui qui provoquait tout ça ? Sur toutes ces filles ? Hum, et si elles connaissaient la vérité...


« Ça ne te fait rien ? De voir toutes les filles misent dans ton lit mourir. »


Elle avait dit ça le plus simplement du monde, tout en buvant sereinement une autre gorgée de vin. Ca passait comme une question banale, habituelle. Comme un « Et toi ça va ? ». Et pourtant, elle venait de dévoiler son jeu. Il n’avait pas trop de choix : il verrait bien vite que son cher Cobb n’était pas si adorable que cela. Reposant ses yeux sombre sur Keenan, Alienor tenta de voir à quel moment il ouvrirait les yeux sur la nature de leur Ministre. Il n’avait été qu’une bonne poire, un objet, rien d’autre. Il avait fait confiance, et après ? On n’est jamais sûr de rien. Jamais sûr des autres.


« Tu pensais vraiment que ton secret serait gardé éternellement ? D’après ce que Max m’a dit, je te pensais plus futé que ça... C’est dommage. »


Elle avait laissé insinuer ses projets. De quel côté pouvait-il pencher maintenant... Max l’avait trahi. Il ne pouvait que choisir la team Alie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 02/02/2011
● MESSAGES : 198


MessageSujet: Re: Lose yourself... | Keenan Dim 6 Mar - 21:16

    « Ça ne te fait rien ? De voir toutes les filles misent dans ton lit mourir. Tu pensais vraiment que ton secret serait gardé éternellement ? D’après ce que Max m’a dit, je te pensais plus futé que ça... C’est dommage. »

    Keenan n’eut trop de mal à réaliser l’ampleur de ces révélations. Pourtant, il était réputé pour ce jeu qu’il interprétait remarquablement bien. Il savait leurrer ses adversaires et était en mesure de tromper n’importe lequel de ses partenaires. Alienor semblait se complaire à interpréter ce rôle démesurément supérieur -et faussement certains-, mais le sorcier ne doutait pas de ce masque qui ne lui valu aucun cillement. Le visage de Keenan ne le trompa pas. Personne n’était en mesure de percevoir une quelconque réaction sur ce visage trompeur. Bon sang ce que cette femme lui était indéniablement insupportable. C’était comme si la naturelle arrogance du jeune homme se reflétait sur la personnalité de la sorcière. Le sorcier en aurait été presque troublé s’il n’avait pas cet autre détail qui voyait le jour.

    Le jeune homme resta silencieux. La sorcière ne le regardait plus. Les yeux gris du sorcier fixait son visage sans jamais laisser transparaître sa surprise ni même sa stupeur ou encore cette irritabilité bienveillante. Il prit alors place, à nouveau, l’allure calme, l’attitude hautaine et dangereuse. La sorcière semblait satisfaite tandis que Keenan prenait son mal en patience. Il ne semblait pas le moins du monde déstabilisé et il lui sembla que la jeune femme en fut quelque peu perturbée. Elle le fixait désormais, il en fit de même, sourire en coin, quelque peu amusé, en surface.

    Cobb ne l’aurait jamais trahi. Max ne savait rien de tout cela. Personne de ne savait quoi que ce soit de ce passé soigneusement gardé, jalousement et précieusement caché de ces autres. Elle disait vrai ceci dit : ses propos étaient véridiques, elle n’avait rien deviné, rien inventé. Quelqu’un savait. Que lui voulait-elle pour lui dévoiler un chantage indirectement vulnérable ? Il ne put s’attarder sur ses méditations au risque de perdre toute crédibilité. Il resta alors imperturbable et parla plus distinctement :

    « Me voilà navré d’être la cause de ta déception, commença-t-il comme si rien de ces révélations n’était important. En revanche, je doute fort que tu ne saches quoi que ce soit à mon sujet : je ne tue pas ces femmes, et si je les repousse avec autant de dédain et sans le moindre remord ou respect pour elles, c’est exactement pour leur épargner une mort certaine. Il marqua une pause, il n’avait pas contredis les propos de la sorcière et ce volontairement, il devait être sûr d’un tout autre détail : qu’est-ce que tu attends de moi pour à ce point user de présupposés propos illusoires provenant de Max ? »

    Malgré tout, Keenan semblait adopté une attitude plus vraie que ce jeu qu’il dévoilait face à de potentiels inconnus et ennemis. Personne ne pouvait percevoir sa surprise et sa colère. Il se laissa gagner par un excès de curiosité mêlé à une assurance détestable. Qu’importait, cette jeune femme semblait plus intrigante et intéressante que ce qu’il avait entendu dire. Et une seule chose le forçait à perdurer ici même : Alienor comptait sur lui, et son semblant d’assurance et de contrôle sur la totale situation actuelle était fausse. Elle avait besoin de lui et Keenan savait d’ors et déjà qu’il profiterait de cette opportunité pour obtenir ce qui lui serait le plus bénéfique et le plus opportun.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Lose yourself... | Keenan

Revenir en haut Aller en bas

Lose yourself... | Keenan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A WINDOW TO THE PAST  :: 
ANGLETERRE
 :: 
LONDRES
 :: LE CHEMIN DE TRAVERSE :: Chaudron Baveur
-