AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je vous demande pardon, Monsieur, Oliver Twist en a redemandé !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité




MessageSujet: Je vous demande pardon, Monsieur, Oliver Twist en a redemandé ! Ven 7 Jan - 20:44




Evan ROSIER
Histoire d'un réfractaire





-There was Rosier... Evan Rosier !
-Rosier is dead. He refused to come quietly and prefered to fight. "
– Harry Potter and the Goblet Of Fire™




W.H.O ?

Evan Rosier. Un nom qui ne vous est sans doute pas inconnu. Mais que savez-vous réellement de lui ? Prétendez-vous connaître le Serpentard ? Prétendez-vous pouvoir comprendre un seul instant ce qu'il est vraiment ? Rosier. Un nom qui fera trembler et frémir. Un nom qui, pour l'instant, fait penser à la gloire, au sang pur, à la fortune. Pas à l'orphelin déchu, ni au réfractaire. Pas aux punitions ni aux humiliations. Pas aux problèmes d'amitiés ni aux choix. Et encore moins à la relation terriblement compliquée entre un oncle et son neveu. Alors qui est Evan Rosier ? Pourquoi prendra t-il le mauvais chemin ? Un monstre ? Un homme courageux, comme l'attestera sa mort ? Ou simplement un de ces pauvres diables avec qui la vie n'a pas été tendre ? Des quelques vingts années que Rosier passera sur la Terre des hommes, son nom restera. Martyr. Monstre. Homme bon. Héros. Evan, Evan Rosier. Et voici son histoire.








Dernière édition par Evan Rosier le Jeu 24 Mar - 1:16, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Je vous demande pardon, Monsieur, Oliver Twist en a redemandé ! Dim 9 Jan - 20:44





Just the BEGINNING
1959 - 1964





"Il fut marqué et étiqueté, et se trouva tout d’un coup à sa place :
l’enfant de la paroisse, l’orphelin de l’hospice, le souffre-douleur affamé,
destiné aux coups et aux mauvais traitements, au mépris de tout le monde, à la pitié de personne."
– Oliver Twist™




ORPHELIN

À quoi tu penses, Evan ? À quoi est-ce que tu penses alors que tu n'as que deux ans ? Tes parents sont morts ; ils viennent de mourir dans les flammes, parce que leur belle maison victorienne n'était tout simplement pas parée contre les incendies. Ils viennent de s'enfermer dans la cave, pris au piège ; et toi tu dors. Ta mère a eut le temps de te passer par le soupirail du sous bassement à un passant. Elle n'a pas eut le temps de te dire adieu, la pauvre ! Elle a juste glissé un "prenez soin de mon bébé !" avant d'expirer dans les bras de son mari, de ton père, Evan Rosier Sr.
Alors toi, Evan, à quoi est-ce que tu penses ? Tu penses que tu aurais pu être aimé par tes parents, vivre finalement une vie grandiose d'héritier de sang pur ? Ou bien est-ce que tu réalises, au fond de tes rêves, que tout cela en fait partie maintenant ? Certains naissent avec une cuiller en argent dans la bouche. Toi, tu l'avais Evan; cette cuiller. Mais on te l'a prise. Tu es orphelin maintenant. Tu n'as plus personne ; personne sauf un oncle. Un oncle ! Quel bonheur, il va t'accueillir. Mais non, mais non ! Cet oncle, le frère de ton père; Theodore Rosier, est bien trop heureux d'hériter de l'affaire. Il va lui aussi t'abandonner, Evan. Tu n'es pas grand chose encore ; un gamin, un bébé. Tu dors du sommeil du juste et tes pleurs ne tiennent compte de rien. Mais si tu savais ce qui t'arrive, sûrement pleurerais-tu encore plus fort.






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Je vous demande pardon, Monsieur, Oliver Twist en a redemandé ! Lun 10 Jan - 0:38




An ORPHANAGE
1964-1968





"Celui qui ouvre une prison doit savoir qu'on ne la fermera plus."
– Les Aventures de Tom Sawyer™




ST JAMES
Tu as six ans, et c'est ici qu'on t'a mis. Une prison ! Cet endroit n'est rien d'autre à tes yeux. Comment cela pourrait-il en être autrement, après tout ? Un endroit avec des murs clos, des barreaux à certaines fenêtres et des geôliers, c'est forcément une prison. Tu ne saisis pas très bien la nuance. St James est un orphelinat Londonien ; et pas n'importe lequel. C'est certainement le plus coûteux, le plus strict aussi, sans doute. Il est destiné à ceux dont l'héritage est conséquent, ou ayant un tiers pouvant payer l'établissement. Certains fils de bonne famille un peu récalcitrants y font aussi leur entrée, mais peu y restent. Alors que toi, tu y es depuis... Depuis quand d'ailleurs ? Tu ne t'en rappelles même plus ! Tu étais trop petit. Tu ne sais pas que tu as un oncle. On t'a juste dit que tes parents étaient morts. Mais toi, tu sais que tu es différent des autres enfants. Tu sens que tu peux faire certaines choses que eux ne peuvent pas faire. Parfois, quand les plus grands sont cruels avec toi, tu leurs souhaitent les pires horreurs. Et elles arrivent. Tu t'en veux un peu mais au fond, tu te dis que c'est bien fait. Tu te fais punir; et en toi on enfonce la haine. Mais tu es courageux et tu n'as pas un mauvais fond. Lentement, tu deviens un homme. Tu regardes le mur d'enceinte, celui qui entoure les bâtiments A et B, ceux des filles et des garçons. Et plus les années passent, plus tu te dis qu'il n'est pas si haut que cela...





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Je vous demande pardon, Monsieur, Oliver Twist en a redemandé ! Mar 11 Jan - 1:05




Des FUGUES
1968-1970






-La liberté ne peut être que toute la liberté ; un morceau de liberté n'est pas la liberté.
– L'unique et sa propriété™




FUGUEUR

Ce n'est que le début. Huit ans ! Huit ans et déjà cette envie d'en voir plus, plus que tout le monde. Pourquoi, Evan ? Pourquoi ne peux-tu pas rester bien sagement entre ces murs comme on te l'ordonne ? Pourquoi dois-tu rêver à autre chose, entre les assommantes heures de classe, et les leçons d'équitation ou de bonnes manières ? Déjà quand tu étais plus petit, tu regardais le mur d'enceinte avec envie. Et puis un jour, ça y est, tu l'as fait. Tu as escaladé en t'accrochant au lierre, comme un petit animal furtif. Et un instant - c'était facile, bien trop facile !- tu étais dehors. Le monde t'a surpris, toi, l'orphelin en uniforme strict, du haut de tes huit ans. Tu n'étais sorti que pour les leçons d'équitation et quelques autres occasions. Mais voilà que le monde t'appelle - et tu ne peux résister à cet appel.
Pour la première fois mais pas la dernière, tu cours vers ce mot. Liberté. Tu veux l'atteindre, mais à chaque fois qu'il semble tout près tu le rates. Liberté. Liberté !
Sais-tu ce que l'on fait des fugueurs quand on les rattrape - et on les rattrape toujours -, Evan ? Non ? Tu l'apprendras bien assez tôt.... Mais pas sûr que cela te dissuade.





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Je vous demande pardon, Monsieur, Oliver Twist en a redemandé ! Mar 11 Jan - 1:14




Un RÉFRACTAIRE.
1968-?






- I'M THE KING OF THE WORLD

– Titanic™




PUNITIONS

Il y a des gens avec qui on n'accroche pas. C'est comme ça après tout, pas vrai Evan ? Oui, tu serais bien placé pour nous en parler. Toi, le petit garçon renfermé sur toi même, plein de courage et de haine, celui que tout le monde connait mais que personne n'ose approcher. Il fallait bien que ce jour arrive, celui où le fauteur de troubles, le rebelle un peu trop sombre, un peu trop bizarre ne s'attire les foudres du pouvoir en place.
Et le pouvoir en place, quel est t-il ? Le Directeur de l'orphelinat, bien entendu, rien que cela. Il te déteste et tu le détestes sûrement encore plus. Il est difficile de savoir lequel des deux exprime la plus grande haine. La première fois qu'on t'a ramené à l'orphelinat, tu te débattais comme un lion, mordant et griffant. Petit animal blessé que l'on remet dans sa cage. Il n'a pas essayé de t'expliquer ; oh non, cela aurait été bien trop long. Il t'a saisi par le col et t'a traîné dans son bureau.

- Espèce de petit insolent. Prenez la position.

Au début tu refuseras. Et puis au fil des années la positon te deviendra familière. Des coups sur le dos, les fesses, les cuisses, les épaules. Une ou deux fois il s'emportera et on te ramènera dans ta chambre sans connaissance. Tu as neuf ans mais tu es déjà un homme. Et sur la photo de classe où tous sourient, tu restes stoïque. Tu penses que tu pourrais réescalader le mur sous peu ; et tu le fais. De tes neuf ans à tes dix huit ans, tu le feras. La liberté... La liberté est plus qu'un mot.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Je vous demande pardon, Monsieur, Oliver Twist en a redemandé ! Mar 11 Jan - 1:21




Une AMIE.
1968-1978






Si la vie n'est qu'un passage, sur ce passage au moins semons des fleurs.

– Montaigne™




OPALE MADDY SULLIVAN

Tu l'as rencontrée un jour où tu t'étais encore fait la malle. Tu étais rentré cette fois, rentré tout seul, en douce, escaladant le premier mur d'enceinte, celui qui menait aux jardins des bâtiments des filles et des garçons. Tu pensais que personne ne t'avait vu, mais elle était là. Petit chose malicieuse qui te regardait de ses yeux très clairs. Au début, tu ne l'aimais pas. Tu l'ignorais royalement. Qu'est ce qu'elle faisait là, cette fille ? Et puis quand tu as voulu escalader le deuxième mur pour retourner au bloc C, celui des réfractaires, elle t'a parlé. T'es différent toi aussi ! Et tu t'es figé.
Opale Maddy Sullivan était une sorcière. Et toi, tu ne savais même pas ce que c'était. Elle non plus d'ailleurs. Mais tous les deux, petits êtres perdus qui étaient voués à tout sauf à devenir amis, vous allez devenir amis. Les meilleurs amis. Oh, bien sûr, Opale sourira pour deux. Et Evan se battra pour deux. Mais vous serez les inséparables, malgré le mur d'enceinte et les punitions. Et lorsqu'Evan prendra les habituels coups de canne, Opale voudra le défendre. Ramené à sa chambre, il trouvera le courage de lui sourire.
Mais les caractères trop différents peuvent-ils encore s'accorder...?
Tu es allée à Poufsouffle, Opale.
Et toi, Evan, à Serpentard. Comme tu le voulais.
Tu aurais pu aller à Gryffondor, mais tu en as décidé autrement.
As-tu perdu Opale ? Es-tu trop fier pour te l'avouer ? Car oui, Opale; tu l'aimes. Tu l'aimes comme une soeur. Et on ne peut pas perdre une soeur. Jamais.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Je vous demande pardon, Monsieur, Oliver Twist en a redemandé !

Revenir en haut Aller en bas

Je vous demande pardon, Monsieur, Oliver Twist en a redemandé !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A WINDOW TO THE PAST  :: 
LUMOS !
 :: 
BIOGRAPHIES
-