AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 M'accordes-tu cette danse? [Irina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 28/12/2010
● MESSAGES : 15


MessageSujet: M'accordes-tu cette danse? [Irina] Lun 3 Jan - 22:45

Cette soirée s'articulait autour d'une promesse. Et quelle promesse ! Il se remémorait encore la scène dans sa tête. Il voyait encore les parents d'Irina qui discutaient avec les siens. Et de quel sujet, il n'en savait rien. Car la scène se déroulait derrière la baie vitrée du salon et Adrian était condamné à la bienséance de rester sagement dans son fauteuil. Il connaissait les parents d'Irina et le fait qu'ils soient venus pour demander une faveur à ses parents était de mauvais augures. Ce ne fut que plus tard dans la soirée qu'Adrian apprit le sujet de conversation. Lui. Lui et Irina. Ses parents venaient de promettre que leur fils accompagnerait leur fille au Bal de Noël de Poudlard. Pour quelles raisons? Il n'en savait rien du tout. Mais la promesse que ses parents venaient de faire pour lui était irrévocable. Et puis, Adrian ne l'aurait pas souhaité. Il avait simplement acquiescé sobrement de la tête lorsque ses parents lui apprirent la nouvelle. Que pouvait-il faire d'autres? Il ne tacherait pas l'honneur de sa famille pour une simple soirée. Et puis, Irina n'était pas désagréable au regard. Car, pour le reste, il n'en savait rien.

Il se tenait droit, devant le miroir de sa chambre. Il était encore étonné que la glace lui renvoie son reflet. Il ajusta quelque peu sa cravate, accrocha la fleur qu'il tenait à la main droite à sa boutonnière et fit quelques pas en arrière. Le résultat était impeccable. Il était beau. Certes, toujours aussi froid et placide mais beau. Du moins, il espérait l'être... Faisant demi-tour, il entama la lente remontée vers la surface. Là où, normalement, Irina l'attendrait. Mais avec elle, on était jamais sur de rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: M'accordes-tu cette danse? [Irina] Mar 4 Jan - 10:07

D'aussi loin qu'elle puisse s'en rappeler, Irina n'avait pas souvent cédé aux injonctions de ses parents. À vrai dire elle n'aurait sûrement jamais fait ce qu'elle s'apprêtait à faire si les circonstances avaient été autres. Le fait était que, malgré le succès qu'elle savait avoir auprès de la gent masculine, la jeune fille inspirait également de la crainte au sein de cette même population. Elle ne se cherchait pas d'excuses, bien au contraire. Se savoir crainte était une chose à laquelle la jeune fille goûtait tout particulièrement. D'ailleurs, il était un peu logique que celle qui était connue partout comme l'héritière de la très noble lignée des Empoisonneurs inspire aux gens au moins une petite appréhension. Jusqu'ici, Irina s'était débrouillée pour avoir toujours quelqu'un sous la main lors des bals. Il y avait une ou deux années, elle y avait même été avec Deborah. Seulement voilà, après l'incident Rosier, et surtout après sa rencontre avec Amycus, la jeune fille s'était sentie fort lassée par ses camarades de classe, aussi mignons soient-ils. Ainsi n'avait-elle pas trop réfléchi à la question et s'était retrouvée, quelques jours avant le soir fatidique, face au vide béant de sa solitude. Elle avait bien, une fois de plus, pensé à la solution Debbie, mais cette dernière avait déjà trouvé un cavalier et toute égocentrique soit-elle, Irina ne pouvait qu'encourager cette nouvelle amourette. Et puis la nouvelle était survenue, comme jaillissant de nulle part. Une lettre de son père, qui étonna beaucoup la jeune fille puisque monsieur Norgoth avait depuis longtemps perdu l'espoir de recevoir un jour une réponse à ses missives, arriva, annonçant on ne pouvait plus clairement à sa destinatrice que cette année, elle n'aurait pas à se donner la peine de choisir parmi ses soupirants, la décision avait été faite pour elle. Irina n'avait pas eu besoin de se creuser la tête bien longtemps pour deviner le genre de garçon qu'elle devrait se coltiner le temps d'une soirée... Et en effet, elle devait admettre que personne ne semblait être mieux indiqué qu'Adrian Walter, jeune garçon qui faisait bien évidemment partie de la maison de Salazar et qui en avait les caractéristiques principales, pour cette tâche. Après s'être défoulée de longues minutes sur les rideaux de son lit, Irina s'était calmée en pensant qu'il valait encore mieux être mal accompagnée que ne pas être accompagnée du tout. Elle se résolut donc à se laisser voir au bras du jeune homme, qu'elle savait par ailleurs être plutôt bien de sa personne, puisqu'ils s'étaient aperçus plusieurs fois au cours de réceptions données par leurs parents respectifs. Mais, surtout, elle s'engagea personnellement à lui faire vivre un enfer.

Cela dit, elle ne devait pas pour autant se laisser aller. Aussi avait-elle passé les quelques jours qui lui restaient à se préparer ardemment pour le bal auquel il l'accompagnerait. Et le résultat était fort appréciable : Irina était ce soir à couper le souffle. La robe qu'elle s'était trouvée dans un des magasin les plus huppés - et bien sûr les plus chers - du monde Sorcier était à l'origine une pièce rouge somme toute assez simple, moulant son buste et s'évasant à partir des hanches, dénudant ses bras, son dos et sa gorge grâce à deux larges bandes de tissu se croisant sur sa poitrine pour se rejoindre derrière sa nuque. Irina avait passé beaucoup de temps à travailler sur ce vêtement ; en fait c'était surtout le moyen de l'améliorer qui avait occupé ses journées. En effet, l'héritière des Empoisonneurs avait décidé de faire honneur à sa lignée en confectionnant pour ce faire une potion particulièrement ardue : de la liqueur de Flamboyance. Elle avait eu particulièrement de mal à dénicher dans le château une plume de Phœnix, mais une très innocente visite dans la réserve du professeur Slughorn avait évincé ce petit inconvénient. La très simple robe qu'elle s'était payée, une fois trempée dans la fameuse mixture - dont la composition était, au passage, bien au-delà des capacités habituelles d'une élève de premier cycle - était littéralement devenue un brasier, proposant aux yeux de chacun un magnifique dégradé de rouges et d'oranges dans toutes leurs différentes nuances, sans tomber dans l'outrance ou le trop éblouissant. Elle avait chaussé des escarpins à talons modérément hauts - étant déjà assez grande pour son âge elle ne voulait pas risquer de surpasser de taille son cavalier - d'une agréable teinte pourpre, et avait agrémenté son cou d'une simple chaîne d'or au bout de laquelle pendait une très sobre pierre d'onyx polie, qui avait été dotée de la douce forme d'une larme. Ses longs cheveux bouclés étaient rassemblés sur sa nuque, tombant en cascade dans son dos. Elle était tout simplement resplendissante. Au cas où il ferait trop froid, elle portait à son bras blanc une cape d'un rouge très sombre, doublée de la fourrure d'une Chimère, dont l'on disait que c'était la plus chaude jusqu'ici exploitée par l'homme.

La jeune héritière se regarda une dernière fois dans le miroir et un sourire de satisfaction apparut sur ses lèvres rougies par un peu de maquillage. Sa peau très blanche et sans imperfections, qu'elle avait hérité de ses origines slovaques, l'avait exemptée d'utiliser son fond de teint, et une petite touche de mascara seulement allongeait ses cils, donnant plus de force encore à son regard déjà intimidant. Elle était parfaite. Après avoir une dernière fois vérifié que rien ne manquait à sa tenue, elle glissa sa baguette magique le long de sa cuisse, dans un de ses bas. Elle ne voulait pas risquer d'être vulnérable après ce qui s'était passé la dernière fois qu'un bal avait été organisé en ces lieux. Une expression amère prit place sur le visage délicat d'Irina. Elle n'avait pas connu Berenice Berckley, mais sa mort avait tout de même été un choc pour elle comme elle l'avait été pour tous les lèves y ayant assisté.

Elle soupira doucement, chassant ces sombres pensées de son esprit. Ce soir, elle allait s'amuser comme jamais elle ne l'avait fait, rien ne pourrait l'en empêcher... Et surtout pas ce gêneur de Walter ! Sur cette décision implacable, la jeune fille prit la direction de la Salle de Bal, où l'intéressé l'attendait vraisemblablement depuis déjà quelques minutes. Elle le reconnut de dos, sans avoir besoin de chercher bien longtemps. Force était d'avouer qu'il était très beau garçon, malgré son caractère détestable. Arrivant à sa hauteur, Irina le salua froidement d'un simple signe de tête. Il devait comprendre dès maintenant qu'elle n'avait pas accepté sa proposition de gaieté de cœur.

    — Bonsoir, Adrian. Tu es... Très élégant, ce soir. Dit-elle, le toisant du regard avec le plus profond des mépris

L'ambiance promettait d'être folle...
Revenir en haut Aller en bas

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 28/12/2010
● MESSAGES : 15


MessageSujet: Re: M'accordes-tu cette danse? [Irina] Mar 4 Jan - 19:59

Ce fut sans surprise qu'il constata qu'il était arrivé le premier devant les portes de la salle de bal. Faisait-elle déjà exprès d'arriver en retard? Essayait-elle de le rendre fou d'impatience? Gâcher sa soirée? Il n'en savait rien. Depuis qu'il avait accepté de l'accompagner à ce bal, ils ne s'étaient pas vus. Pas même croisés. A croire qu'ils s'évitaient tout deux, évitant ainsi de justifier le choix de leurs parents.

Il attendait déjà depuis quelques minutes lorsqu'il l'a vit arrivée. Et là, il sut d'emblée qu'il ne regretterait pas le choix de ses parents. Peut-être serait-elle désagréable, amère et asociale mais... Elle était magnifique dans sa robe rouge flamboyante. Malheureusement, il comprit bien vite que cette soirée ne sera pas placée sous le signe de l'amitié. Les premières paroles qu'elle lui lança pouvaient passer pour un compliment, mais les yeux de la jeune femme disaient tout le contraire. Décidant de ne pas relever, il se contenta seulement de lui tendre la main. Pas une parole, pas un geste. Les yeux d'Adrian brillaient d'un éclat froid, comme d'habitude, et sa main ne devaient guère être très attirante. Mais ce soir, il essaierait d'être un parfait gentleman. Dans les limites du possible, bien entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: M'accordes-tu cette danse? [Irina] Dim 9 Jan - 15:20

Irina déposa sa main, après une ou deux secondes de réflexion, dans celle d'Adrian. Elle était glacée. À vrai dire, ce n'était qu'une impression, les mains du jeune Walter étaient de la même température que n'importe quelles autres mains dans cette salle, mais Irina ressentit comme un frisson lorsque leurs peaux se touchèrent. L'attitude du jeune homme, comme celle de beaucoup de Serpentards, lui avait toujours fait froid dans le dos. Jamais ils ne contestaient un ordre, jamais ils ne laissaient s'échapper une marque d'affection, par contre ils savaient comment faire jaillir leur haine... A bien y réfléchir, Irina ne se sentait pas si éloignée que ça de l'aura du Vert. La seule différence était qu'elle, au lieu de ne rien laisser paraître, en faisait toujours plus que nécessaire. Il était très rare qu'elle soit aussi calme que maintenant... Sauf, bien sûr, quand c'était sa bipolarité qui prenait le dessus. Elle ne laissait rien paraître mais elle était très angoissée par le regard que les gens porteraient sur elle ; quoi, Irina Norgoth, la plus fervente ennemie de tout Vert qui se respecte, au bras de l'un d'entre eux ? Mais heureusement, ce soir, on aurait dit que les maisons avaient été oubliées. Quelques Serpents avaient même daigné accepté pour l'occasion de se montrer en compagnie d'un ou d'une cavalière de Poufsouffle. Toute personne ayant connu la vie à Poudlard savait que ce n'était pas ordinaire du tout.

Quand ils arrivèrent vraiment dans la salle, Irina faillit lâcher prise. Elle ne se sentait pas bien du tout... Trop de bruit, trop de gens... L'atmosphère étouffante attaquait son cerveau comme pour en faire déguerpir ce qu'il lui restait de santé mentale. Mais, encore une fois, malgré la peur qui lui tiraillait le crâne et l'estomac, Irina ne dit rien, ne montra rien. Adrian ne devait surtout pas se douter de ses faiblesses. Continuant à marcher droit devant elle, guidée par le jeune homme, son regard planté sans émotion dans le vide, Irina était méconnaissable. Elle, d'ordinaire si énergique, n'avait plus la force de s'amuser. Elle avait toujours eu du mal à supporter les bals ou les soirées regroupant beaucoup de monde, mais en général elle parvenait à se tenir. C'était sûrement la fatigue... Elle passait ces temps ci de plus en plus de nuit chez Amycus, et elle devait avouer que le lit de ce dernier leur servait rarement pour dormir. Mais cela, personne ne le savait. Personne, sauf Deborah.

Penser à Deborah faisait du bien à l'héritière des Empoisonneurs. C'était comme si la jeune fille et elle avait cette chose en commun, cette chose dont elle ne connaissait pas la réelle nature, mais qui l'apaisait. Elle sentait qu'elle pouvait avoir toute confiance dans son amie. Un sourire plus assuré apparut sur les lèvres d'Irina, et son regard reprit vie. Attrapant alors qu'ils passaient devant le buffet une coupe qui d'après son contenu était sûrement réservée aux professeurs, elle fit mine de remettre correctement sa boucle d'oreille, en détachant une petite sphère qu'elle laissa tomber dans son verre. Elle avait trouvé ce remède contre l'agoraphobie dans un des livres de son père pendant l'été et s'était dit que ça l'aiderait sûrement à supporter la foule le temps de la soirée. Elle en avait donc dissimulé une dans le bijou, au cas où - en ce moment même, elle se félicitait de sa prudence. Finissant son verre cul sec, elle dût garder les yeux fermés pendant quelques bonnes secondes, le goût n'étant pas particulièrement agréable. Puis, elle reposa la coupe sur le buffet et s'arrêta, empêchant Adrian d'aller plus loin. Lui adressant un sourire qui, même s'il pouvait paraître charmant à un œil extérieur, signifiait le total opposé quand on connaissait la situation, elle se décida à prendre la parole :

    — Dis-moi, tu comptes aller jusqu'où comme ça ? Je n'ai pas l'intention de faire le tour de la salle toute la soirée.

En réalité cela ne faisait pas si longtemps qu'ils marchaient mais Irina n'était pas ce soir d'humeur indulgente.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: M'accordes-tu cette danse? [Irina]

Revenir en haut Aller en bas

M'accordes-tu cette danse? [Irina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A WINDOW TO THE PAST  :: 
LE CHÂTEAU
 :: 
REZ DE CHAUSSÉE
 :: SALLE DE BAL :: Bal de Noël
-