AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Se retrouver pour faire des conneries | Azaël Stanwell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 02/12/2010
● MESSAGES : 86


MessageSujet: Se retrouver pour faire des conneries | Azaël Stanwell Dim 5 Déc - 20:33


Une fine couche de neige était présente ce matin. Je m`étais levée de bonne heure pour finir un devoir que j`avais tardé à faire. Ensuite, je m`étais habillé chaudement pour aller faire une petite balade à l`extérieur. J`adorais cette belle neige poudreuse qui me montais jusqu`aux chevilles à certains endroits. Je me laissai guider par mes envies donc j`arrivai au parc par hasard. Quelques élèves plus jeunes se poursuivaient en se lancant de la neige. Je les ignorais. Ensuite, je réussi à me trouver un coin plus tranquille où je pouvais lire la lettre de mon père que je venais de recevoir ce matin. J`allais la sortir de ma poche lorsque je vis au loin une silouhette familière. Je m`approchai un peu pour essayer de mieux voir ces traits mais il était trop loin. Alors, je courru pour le rattraper. J`avais déjà le sourire aux lèvres. C`était lui, il n`y avait pas de doute. Je manquai de renverser un groupe de filles de Poufsouffle, mais je n`avais pas l`intention de m`arrêter. Il me restait quelques mètres à peine avant d`être à côté de lui. Quand il tourna la tête pour probablement regarder les jeunes qui se faisaient une guerre de boules de neige, je ne réussi pas à contenir mon rire qui fut amplifié par l`echo des lieux. Il dut me reconnaître car il s`arrêta net.

Le problème c`est que moi je n`y arrivait pas. Il y avait de la glace sous mes pieds et avec la vitesse considérable que j`avais atteinte, quand je m`arrêtai, je glissai droit vers lui. C`est donc ainsi que je le renversai au passage... Un nouveau rire me secoua alors que j`étais sur le dos et qu`Azaël avait tomber sur mes jambes. Je restai étendu de tout mon long, la tête dans la neige. Quelques flocons commencèrent à tomber ce qui me fit sourire:

-J`adore l`hiver, mais pas la glace...

Je le regardai puis tentai maladroitement de me relever toute seule. Évidemment, je du me diriger vers la surface couverte de neige pour y parvenir car le chemin était trop glissant. J`avais une faible douleur à la jambe droite mais je réussis aisément à marcher. C`est à ce moment précis que je le pris par la main et commença à courir vers le fond du parc. Je ris et lui dit, toute joyeuse:

-Ça te dirais de faire quelques petites conneries, comme la dernière fois?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 04/08/2010
● MESSAGES : 120


MessageSujet: Re: Se retrouver pour faire des conneries | Azaël Stanwell Mar 7 Déc - 22:05

On n'oublie rien de ce qu'on veut oublier : c'est le reste qu'on oublie.


    Boris Vian disait vrai. L’oubli est un processus mesquin, sans foi ni loi, qui frappe lorsqu’on en a le moins besoin et qui s’évanouit lorsqu’il nous est indispensable. Il prend diverses formes, toutes plus insaisissables les unes que les autres. Le trou de mémoire, vicieux et parfois préjudiciable. La maladie qui décline la mémoire, douce dégénérescence qui opère sans qu’on en souffre. Le sortilège Oubliettes, même. Charme parfois bénéfique mais dangereux à forte dose. Malgré cette profusion d’attaques, l’oubli et ses illusions réservent un sort bien plus funeste aux pauvres âmes désireuses de détruire leurs réminiscences secrètes. Et ce sort s’appelle l’incapacité d’oublier. C’est le pire des tourments, la torture la plus insidieuse, Parce que même avec toute la bonne volonté du monde, avec une concentration d’acier et avec un courage herculéen, il est impossible de se débarrasser de ses pensées indésirables. C’est une fatalité, inexorable. Elle laisse un sale goût dans la bouche, et elle scande haut et fort que l’être humain ne peut se contrôler intégralement. Le spleen dans toute sa splendeur.

    Azaël était de ceux qui subissaient les foudres de l’oubli. Pourtant, il s’évertuait à ne pas céder à l’affliction doucereuse du spleen. Ça ne durerait certainement pas longtemps, mais il tenait à pousser sa résistance hors de ses hasardeuses limites. Par gloire personnelle ? Foutre non. Seulement pour retarder l’échéance du désespoir. Il s’était levé avant le soleil, ce matin. Il n’avait jamais eu le sommeil lourd ; et en ce moment, Morphée ne lui accordait pas ses grâces pour le maintenir dans ses rets plus de quatre heures. Il s’habilla rapidement et s’empara au passage d’une cape fourrée. Sans s’attarder un instant dans la salle commune, il dévala les escaliers de la tour des Aigles avec une vigueur qui le surprenait presque. A force de trop prendre sur lui, il amassait une dose incroyable de passions et de ressentiments violents. Une catharsis ne lui ferait certainement pas de mal. Une fois arrivé au rez-de-chaussée, il passa par la Grande Salle pour prendre de quoi petit-déjeuner dehors. Une viennoiserie finit dans la poche intérieure de sa cape. Il arpenta ensuite d’un pas pressé l’aile gauche du château pour enfin arriver dehors.

    La morsure du froid le fit sourire. C’était une belle matinée. Il ne neigeait plus, et pour une fois le ciel ne regorgeait pas de nuages grisâtres et peu élégants. Quelques trainées cotonneuses striaient le bleu parfait. Le soleil gratifiait même l’Angleterre de sa présence. Azaël quitta le sentier de gravier qui sillonnait le parc pour marcher dans la neige. Ses pieds s’enfonçaient dans la poudre encore immaculée. Le parc était encore désert. En même temps, peu de personnes se risquaient à sortir du château. Et encore moins à cette heure matinale. Et puis, il ne serait pas sorti si le parc avait été surpeuplé.

    Pendant près d’une demi-heure, il se promena du côté Ouest du parc, à l’opposé du lac et des clairières utilisées pour les cours de Soin aux Créatures Magiques. La neige avait ce don d’éveiller les sens enfantins de tout le monde. Certains l’exprimaient à travers d’interminables batailles de boules de neige, d’autres se contentaient de sourire et de savourer le contact des flocons contre leurs visages. Azaël trouvait le pouvoir de la neige merveilleux. Quiconque souriait sous la neige était embelli. Cette blancheur presque céleste déployait son aura sur ceux qui la côtoyaient. Et ce phénomène était magique, pour les sorciers comme pour les moldus. Il existait bel et bien une magie universelle : celle de la nature.

    Des groupes se formaient dans le parc, comme des bataillons qui s’avançaient sur le champ de bataille. D’ailleurs, la comparaison était tout à fait louable : sitôt dehors, ces cohortes se lançaient dans de vigoureuses batailles de boules de neige, criant lors de la victoire et éclatant de rire lorsque la neige les atteignait avec force. Mains dans les poches, Azaël se sentait plutôt bien, comme projeté dans un microcosme situé à mille lieux de son propre monde. Une distance salutaire séparait ses tourments quotidiens de ce moment. Ça ne durerait pas, mais chaque seconde loin de ses emmerdes le faisait sourire de bien-être. Le parc était à présent bercé par les multiples conversations des élèves venus goûter au plaisir de se balader.

    Des pas pressés se faisaient petit à petit entendre et de plus en plus fort, non loin de lui. Azaël fronça les sourcils, mais son attention fut bien vite attirer par un cri aigu d’une demoiselle qui venait de se prendre une boule de neige dans le cou. Hm, pas de chance. Puis un rire familier s’éleva. Il stoppa sa marche et pivota vers la personne qui courait vers lui. Le contentement remplaça bien vite la surprise. Car il avait été surpris de voir quelqu’un venir vers lui. Il faut dire que ces derniers jours, il avait tout fait pour se tenir à l’écart de ses connaissances et même de ses amis. Elevanya était déjà tout proche de lui, mais n’avait cependant pas ralenti. Il esquissa un sourire un poil sceptique. Mauvais présage. Il se souvint de la glissade olympique de la jeune fille et finit presque aussitôt par terre, étalé dans la neige. Elle éclata de rire et il se joignit bien vite à son euphorie.

    - J’adore l’hiver, mais pas la glace...

    Azaël lui adressa un sourire amusé et se releva à sa suite. En effet, elle avait eu le malheur de terminer sa course sur une plaque de glace, dissimulée par une fine couche de neige. Un piège trompeur et apparemment très efficace.

    - Magnifique glissade, Elevanya, fit-il avec un petit rire. Chapeau bas !

    Elle quitta le chemin et préféra marcher dans l’épaisse couche de neige pour ne pas risquer de tomber de nouveau. Quelques flocons se mirent à tomber. Azaël épousseta rapidement sa cape blanche de neige et reporta son attention sur la Gryffondor. Il était content de la voir. Leur dernière rencontre remontait à plusieurs semaines. Les Gryffons et les Aigles avaient finalement peu de cours en commun. Il la rejoint en prenant garde d’éviter la plaque de glace, C’est alors qu’elle lui prit la main et commença à courir vers le fond du parc. Il secoua la tête, amusé, et courut avec elle. Elle eut un petit rire puis dit :

    - Ça te dirait de faire quelques petites conneries, comme la dernière fois ?

    Le vent glacé lui fit monter les larmes aux yeux. Ils venaient de dépasser le lac, et Azaël manqua de tomber à deux reprises. Fichue glace. Autrement, la proposition d’Elevanya était séduisante ! A chaque fois qu’il repensait aux âneries qu’ils avaient faites il y a déjà quelques temps, il avait envie de rire. De très bons souvenirs. Après tout, toute bêtise et autres entorses au règlement étaient inévitablement classées dans les bons souvenirs. Et c’était le but, n’est-ce pas ? Braver l’interdit faisait toujours plaisir. Ils ralentirent leur course folle, et légèrement haletant, il répondit :

    - Excellente idée. Tu as une idée de quoi, de où et de comment ? Ou alors on y va à l’instinct ?

    Il décocha un petit sourire. Non loin d’eux se dressait la petite cabane du garde-chasse, presque ensevelie sous la neige qui tombait drue, à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


● ARRIVÉE SUR LE FOW' : 02/12/2010
● MESSAGES : 86


MessageSujet: Re: Se retrouver pour faire des conneries | Azaël Stanwell Mer 8 Déc - 3:29


L`air froid emplissait mes poumons à chacune de mes respirations. Après notre course, je haletais sous l`effort, ce qui avait comme résultat d`assécher ma gorge. Je ne me souciais pas de cela, car mon cerveau bouillonnait devant l`excitation de nos conneries à venir. Je regardai tout autour de nous dans l`espoir de trouver un lieu, une personne même avec lequel nous allions débuter. Car, je n`avais pas l`intention de me restreindre à un seul coup, mais à plusieurs, à beaucoup plus que la dernière fois. Azaël m`avait suivie en semblant tout aussi enthousiasme que moi à l`idée de rire un peu aujourd`hui. Alors que je cherchai à m`en disloquer le cou de tout les côtés, le jeune homme me montra une vieille cabane en planches de bois usées qui servait d`entrepôt probablement au garde-chasse. La base était complètement sous la neige que le vent semblait avoir réuni puis remonté contre chacun des quatre petits murs. La porte était simplement fermée par un cadenas rouillé qui semblait être sur le point de craquer sous le froid. Peut-être que la magie ne sera même pas nécessaire pour y entrer.

Je regardai autour de nous pour être sûr que personne ne nous voyais et je m`avançai lentement vers la cabane. La neige qui tombait de plus en plus rendait le parc plus sauvage qu`à l`ordinaire et j`avais l`impression d`être dans une forêt plutôt que tout près de l`école. Arrivé à côté de la cabane, je regardai Azaël derrière moi. Je n`avais même pas pris le temps de le regarder dans les yeux depuis nos retrouvailles de tout à l`heure. Il me semblait beaucoup plus vieux que dans mes souvenirs, ce qui me surpris d`abord puis me fit sourire. Moi aussi je devais avoir changé un peu, surtout que j`avais toujours paru plus vieille que mon âge. Après l`avoir observé une seconde supplémentaire, je me retournai vers la cabane en me demandant ce qu`elle pouvait contenir. Cette curiosité me poussa à marcher vers la porte puis à tester le cadenas. Il était plus solide que je ne le pensais. Craignant un enchantement magique, j`hésitai une seconde avant de sortir ma baguette. Seulement, ma curiosité était trop grande pour ne pas risquer à forcer les choses. Après tout, si ce qu`elle contenait était aussi important, la cabane ne serait pas si isolé et si peu entretenue. Alors, ma baguette dans la main, je l`approchai du trou de la sérure :

-Alohomora!

Le cadenas s`ouvrit avant même que je termine la formule. Évidemment, ma baguette étant ce qu`elle est, elle réagit toujours autant. Je n`aurais probablement même pas été obligé de prononcer de paroles pour qu`elle comprenne. Une fois le cadenas tombé au sol, je poussai la porte qui craquait bruyamment avec ma mais droite où se trouvait toujours ma baguette. Un nouveau monde s`ouvrit alors à nous. L`intérieur était sombre et un peu de neige si était infiltré, mais sinon c`était un véritable coffre au trésor. Des outils divers étaient suspendu aux trois murs et des tablettes rempli étaient accroché jusqu`au plafond. La cabane était très saturé avec une multitude d`objets qui attiraient tous mon regard. J`entrai en entier dans la cabane pour qu`Azaël puisse se glisser dans la petite entrée. Il y avait tellement d`options qui venait de se créer avec tout ce matériel que je me tournai vers mon compagnon après avoir tourner sur moi-même pour avoir une vue d`ensemble.

-Je n`est aucune idée de ce que nous pouvons faire, mais je crois que maintenant nous savons avec quoi nous allons réaliser nos coups. Alors, on commence par quoi ou par… qui?

Un sourire de joie fendit mon visage mouillé par la neige. Cela me semblait tellement amusant de pouvoir faire des niaiseries un peu. Des visages me passaient par la tête, mais je savais que ces gens-là étaient tous dans l`école à cette heure ci. Comme le risque de se faire prendre était plus grand dans les murs de Poudlard, je décidai naturellement que nous allions réserver nos conneries pour l`extérieur. Seulement, je ne dirais pas non à une occasion de le faire dans l`enceinte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Se retrouver pour faire des conneries | Azaël Stanwell

Revenir en haut Aller en bas

Se retrouver pour faire des conneries | Azaël Stanwell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A WINDOW TO THE PAST  :: 
EXTERIEUR DU CHÂTEAU
 :: 
LE PARC
-